agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 6688 .



Au mistral
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Friedrich_Nietzsche ]

2008-07-26  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




(Chanson à danser)

Mistral, ô vent, ô chasseur de nuages,
Tueur d’afflictions, balai du ciel,
Grand courroux, oh, que je t’aime!
Ne sommes-nous pas tous deux les premiers nés
D’un même sein, l’accord préétabli
D’un même destin éternel?

Ici sur les sentiers glissants des rocs,
Je cours en dansant à ta rencontre,
En dansant comme tu siffles et danses,
Toi qui sans rame ni navire,
Ô le plus libre frère de la liberté,
Bondis par-dessus les mers sauvages.

Au sortir du sommeil me frappa ton appel,
J’ai dévalé jusqu’au banc des rochers,
Au bord fauve de la mer,
Salut! Déjà victorieux des monts,
Tu accourais tout pareil
Aux rapides adamantins d’un fleuve.

Sur l’arène unie des cieux
J’ai vu galoper tes chevaux,
J’ai vu le char qui te porte,
J’ai vu ta main se crisper
Quand au flanc des coursiers
Son fouet se fait éclair.

Je t’ai vu sauter de ton char
Pour foncer plus vite encore,
Je t’ai vu réduit à une flèche
Pousser droit aux abîmes,
Comme un rayon d’or qui darde
Par les roses de la première aurore.

Danse à présent sur mille échines
Dos des vagues, des vagues malignes,
Salut à qui crée des danses nouvelles!
Dansons sur mille modes,
Que libre soit le nom de notre art,
Et gai celui de notre savoir.

Cueillons à chaque fleur
Une floraison à notre gloire,
Et deux feuilles encore pour notre couronne!
Dansons comme des troubadours,
Entre les saints et les putains,
Entre le monde et Dieu, notre danse!

Qui ne sait danser avec les vents,
Qui s’emmaillote de bandes,
Se ficelle en vieil estropié,
Qui se fait l’égal des Tartufes,
Des prétentieux benêts, des oies vertueuses,
Qu’ils vident notre paradis!

Allons souffler la poussière des rues
Au nez de tous les malades,
Chassons l’engeance des souffrants,
Délivrons toute la côte
Du râle des torses plats
Et des regards sans courage.

Chassons les trouble-ciel,
Les noircisseurs de mondes, les pousse-nuages,
Illuminons le royaume des cieux!
Soyons retentissants! Ô esprit
De tous les libres esprits, mon bonheur
En partage avec toi, retentit comme l’orage.

Et pour rendre éternel le souvenir
D’une telle fortune, accepte son offrande,
Prends ma couronne, emporte-la,
Jette-la plus haut, plus loin, plus au large,
Bondis à l’assaut des cieux,
Accroche-la aux étoiles!

(Friedrich Nietzsche, Appendice au Gai Savoir)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .