agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 14249 .



Ce n\'est merveille si je chante , vers
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Bernard_de_Ventadour ]

2006-01-02  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Ce n'est merveille si je chante
Mieux que tous les autres troubadours,
Mon cœur va plus fort vers l'amour
Et je suis mieux fait à ses ordres.
Cœur et corps et savoir et sens,
Force et pouvoir lui ai donné,
Que je ne m’applique à rien d’autre.

Bien est mort qui d’amour ne sent
Au cœur quelque douce saveur ;
À quoi sert vivre sans Valeur,
Sinon à ennuyer les gens.
Que Dieu ne me haïsse au point
De me faire vivre un jour, un mois,
Après être devenu fâcheux
Et n’avoir plus désir d'amour.

De bonne foi, sans tromperie,
J’aime la plus belle et meilleure :
Mon cœur soupire, mes yeux pleurent
De trop l’aimer pour mon malheur.
Mais qu’y puis-je, si l’Amour m’a pris,
Si la prison où il m’a mis
A pour seule clé la merci
Qu’en elle je ne trouve point?

Cet amour me blesse le cœur
D’une saveur si gente et douce
Que si, cent fois par jour, je meurs
Cent fois la joie me ressuscite.
C’est un mal de si beau semblant
Que je le préfère à tout bien;
Et puisque le mal m’est si doux
Quel bien pour moi après la peine!

Ah Dieu! Que ne distingue-t-on
D’entre les faux les vrais amant?
Tous ces flatteurs et ces perfides,
Que ne portent-ils corne au front?
Je donnerais tout l’or du monde
Et tout l’argent – si je l’avais –
Pour que ma dame sût combien
Je l’adore fidèlement.

Quand je la vois, tout en témoigne :
Mes yeux, mon front et ma pâleur.
Aussitôt je tremble de crainte,
Comme la feuille dans le vent,
Et n’ai plus de sens qu’un enfant…
Voilà comme Amour m’a saisi :
Ah! que d’un homme ainsi conquis,
Dame peut avoir grand pitié!

Bonne dame, ne vous demande
Que d’être pris pour serviteur :
Servirai en vous bon Seigneur
Quelle que soit la récompense;
Et me voici tout à vos ordres,
Être noble et doux, gai, courtois!
Vous n’êtes point ours ni lion
Pour me tuer, si je me rends!

À mon « Courtois », là où elle est,
J’envoie ce « vers » : qu’il ne la fâche
Que j’aie tant tardé à le faire!

(In René Nelli et René Lavaud, Les troubadours, Desclée De Brouwer, (Bibliothèque européenne), 1966)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .