agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2207 .



Jardins de passage
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Paula Brás ]

2005-12-29  |     | 



Nous avions prévu l'entracte, quand l'orangé découpe l'azur,
Une fuite en deux actes, ventre de nuit où s'engendre le jour.
Nos vivres répandus, mûres, cassis, fraises aux bois qui enivrent,
Au bout de la terre, nos rêves tenus, nus, dans un hypothétique équilibre.

Nous poursuivîmes les ricochets en triangle, par-delà les Bermudes,
Pour renaître de nos cendres, là où le Phénix verse les foudres.
Nos prunelles closes, par le jour qui blêmi le sable sur nos dermes,
Éveillés à la nuit, tels des anges revenus plus puissants des avens.

Un frisson de lune pénétra nos chaudes ecchymoses,
Dans un assaut rougeoyant, à la sueur morne d'un soir de métal.
Des jardins boisés d'Orient, jetés sous la stupidité de nos overdoses,
Des tranchées de pétales, et nos petites morts aux parfums de roses !

Bien plus tard, en roulis sous l'œil impérieux de Vénus,
Ses baisers mousseux déliés dans le courant des nos veines ;
Asservis aux légendes de l'astre, envoûtés par ses plexus,
Assujettis aux odyssées pathétiques d'une scène farouche.

Les effluves fiévreux, firent tonner tous les Dieux écarlates du soir.
Hardis, nous baissâmes l'asphalte, voyageurs sur un lit de hasard.
Le jour revint tremblant... avant que vibrent, séraphins de minuit,
Ma gorge sanglotant des : Je t'aime ! Et Venus s'amuse de midi.

Hypothétique voyage, sur une voilure de nuit
Mes délires sont des compagnons de passage...
Tes encolures viendront relier toutes les pages
Tellement mes doigts douloureux, t'auront écrit...

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .