agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 211 .



Pastel
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Violinne ]

2017-06-22  |     | 




Les flûtes d’ombre chantent une somnambule romance,
Le vent furieux mord avide de la mer,
Au crépuscule déchiré, les étoiles dansent
Avec les poissons, dans un étang de verre.

Les épines des roses blessent l’aire de la masse,
La nuit bat ses ailes en vol des goélands,
Dix magnolias fleurissent près d’une bécasse,
Comme Dix Commandements, que Moïse répand.

Les nuages sont restés de pierre sur le bec
De la crête des montagnes, berceuse des angelots,
Soixante et quatre soleils jouent aux échecs
Sur la plaine dessinée au sang des coquelicots.

Le chant des grillons tisse de bleus souvenirs,
Les arbres poussent loin, sur la lune,
Les chiens aboient la brise abasourdir,
Moitié chaude, moitié brune.

Des jeunes aux corps de cannes, fatigués de baiser,
Des filles aux cheveux longs de blé mûr en bourgeon,
Avec des flammes aux yeux, se noient dans la rosée,
Et brillent comme des chevaux blancs en chassant l'horizon.

Voici des garçons qui ont des yeux très verts,
Comme les courageux taureaux des corridas,
Chacun a un tricorne aux quatre coins désert,
Dans la procession des nymphes d’Aeneas.

Une rivière de feuilles entaille l'aube brillante,
Les yeux de Neptune croisent quelques étranges matins,
La nuit agenouille sur le rivage des vagues dansantes,
La mer baisse sa tête sur l'épaule célestine.

Hypérion pleure par le saule ébouriffé,
Les anges sonnent les cloches des étoiles,
Les rêves dorment sur des lits de lys d’Orphée,
Des dinosaures descendent à plumes de voile.

La rivière chiale au pied de la montagne,
Sous la noire voûte de la nuit, brisée,
Traversée par des cerfs solitaires. Sur la fagne,
Le silence s'effondre dans mes intimes pensées.

La lune casse en larmes qui inondent les gens
Du « Pays-Jamais », qui passent accidentel,
De mes côtes, l’une est restée à Éden,
Où papillons frémissent dans mon âme pastel...

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .