agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 385 .



C’est l’heure où je descends t’attendre sur la grève…
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Jeanne_Neis_Nabert ]

2015-05-28  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




C’est l’heure où je descends t’attendre sur la grève
Tu disais : « Je viendrai quand me voudra ton rêve » ;
Viens, mes bras étendus t’adjurent frissonnants,
Ma voix impérieuse et magique t’évoque,
La réalité meurt dans le soir équivoque
Nous nous retrouverons, l’heure est aux revenants.

Me vois-tu, me vois-tu debout sur la terrasse ?
Oh ! moi j’ai deviné déjà ton ombre lasse,
Avant mes yeux mon cœur plus prompt t’a reconnu,
Mon cœur avide goûte enivré ton approche
Et j’ai dit seulement sans remords ni reproche :
« C’est toi ! je savais bien que tu serais venu ! »

Déjà tes lèvres sont à mes lèvres scellées
Nous allons défaillants par les blanches allées
Où les pavots d’argent bercent leur encensoir,
Viens, faisons souvenir les troènes, les roses
De ces temps au-delà de leurs métempsycoses
Où comme nous, amants, ils s’étreignaient le soir.

Quand vous vous abreuviez d’amour au bord des couches
Ô fleurs, quand vous tendiez toutes vos frêles bouches
Vers la source aux baisers que vous n’épuisiez pas –
Vois, le tamaris cède au vent qui l’assiège ;
Et vaincue elle aussi par notre sortilège
Daphné dans les lauriers entrouvre ses doux bras.

Laisse-moi reposer le front sur ton épaule,
Emmène, emporte-moi, muette au bout du môle
Donnons à notre amour la double immensité
Du ciel nocturne empli de notre nostalgie
Et de la mer qu’émeut notre humaine magie
Autour des rochers lourds de notre volupté.

Appareillons ensemble aux épars sourds des phares ;
Une invisible main détache nos amarres,
Voguons au fil de l’eau, voguons au fil du vent,
Voguons à l’infini le front couronné d’astres
Sous la lune qui jette en lumineux pilastres
Ses rayons sur la mer, notre palais mouvant.

Ô vertige divin ! voguons à la dérive…
La vie est sans raison, notre rêve sans rive,
Notre voile est de brume, un étrange jardin
Fait à nos yeux d’extase irradier la flore
Des algues de safran de soufre et de phosphore
Entre le flux subit et le reflux soudain.

Viens ! Je sais quelque part sur la mer ignorée
Une île de bonheur fabuleuse et dorée
Que les souples embruns cachent sous leur toison.
Viens ! d’une voix lointaine, ivre, surnaturelle
Le cortège divin des amants nous appelle,
Viens éternellement ! l’île est à l’horizon !

À l’horizon ! à l’avenir ! à l’aventure !
Viens ! nous aurons du moins vu la cité future
Si nous n’abordons pas à son port radieux ;
Nous aurons deviné dans les nuits vaporeuses
Ses temples transparents, ses âmes bien heureuses
Et sa chimère d’or aura séduit nos yeux.

Mais pourquoi ton visage est-il pâle, si pâle !
Nos doigts sont désunis par la brusque rafale,
Notre barque chavire au milieu des récifs…
Nos cadavres meurtris ont roulé sur la grève.
Tu disais : « Je viendrai quand me voudra ton rêve…» ;
………………………………………………………….
Je suis seule et les vents se sont levés plaintifs

(Jeanne Neis-Nabert, « Carnets d’une morte » in Silences brisés, 1908, pp. 99-102)


.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .