agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 531 .



Rouge
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Jeanne_Neis_Nabert ]

2015-04-02  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt





Et le monde soudain s’empourpre incendié !
Les nuages pareils à de vives entrailles,
Palpitent suspendus aux croulantes murailles
Du ciel, où le soleil saigne supplicié.
Entends le tourbillon furieux des batailles !
Et là-haut dominant les rouges funérailles
Le rouge Golgotha dans les rouges stratus ;
Voici tous les martyrs baptisés d’écarlate
Et le rouge aveuglant qui fuit et se dilate
Des pourpres de César, au poignard de Brutus !
L’orgie emplit les airs de ses chaudes bouffées,
D’âcres odeurs de chair, de pampre mûrissant,
Et sous un ciel chargé d’épaves, de trophées,
La bacchanale rouge expire dans le sang…

Ô rouge vision ! cinabres et carthames,
Velours des incarnats, carmins et vermillons,
Rouges fleurs des foyers, ô floraisons des flammes !
Et vous coquelicots, aux vagues des sillons
Bercés comme un essaim de pourpres coquillages,
Que le vent fait jaillir entre ses longs sillages,
Quand sur la mer des blés il navigue en chantant !
Et vous rubis au cœur de cristal palpitant…

Ô rouge vision des roses purpurines !
Gamme en fleurs dont les tons odorants au soleil
Depuis la note pâle éclose aux églantines
Par le luth des rosiers montent jusqu’au vermeil !
Et vous rouges pavots d’ivresse et de sommeil…

Ô rouge vision de meurtres et de fièvres,
De folie et de sang, de mort, de volupté,
Tu la résumes toute au contour de tes lèvres
En baisers, en soupirs, en extase, en beauté,
Amour ! divin amour ! ô Vénus Astarté !

(Jeanne Neis-Nabert, « Arc-en-ciel » in Silences brisés, 1908, pp.19-20)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .