agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 592 .



Les glaneurs
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Jeanne_Neis_Nabert ]

2015-01-27  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




I

Quand le soleil est bas sur l’horizon des blés
Et que les moissonneurs aux fermes sont allés,
De pâles enfants blonds, troupe lente, craintive,
Vont errer dans les champs à cette heure tardive.
Courbés vers les sillons sans relever les yeux,
Pour retrouver l’épi du faucheur oublieux,
Pas à pas, égarés dans le doux crépuscule,
Qui par pitié pour eux se prolonge et recule,
Mendiant à la terre un reste de ses dons,
Les glaneurs de blés mûrs passent dans les sillons.
On leur a dit : « Voici le soir, les glés sont vides,
Plus de faucheurs cruels ni de maîtres avides,
Le superflu du riche, hélas ! est notre pain.
Allez, aux innocents Dieu donne à pleine main. »
Et les petits glaneurs glissent le long des haies
-Où les abeilles d’or butinent sur les baies -
Sont entrés dans les champs, silencieux, épars ;
Mais les oiseaux du ciel ont emporté leurs parts,
Les vents ont balayé bien loin dans leurs vertiges
Les grains abandonnés, les épis et les tiges…
Ainsi que des voleurs, furtivement, sans bruit,
Mains vides les enfants s’aveuglent dans la nuit.
Quand le dernier rayon s’éteint sur leur paupière,
Quand il fait noir, quand il fait froid, quand il fait faim,
Ils vont las et brisés retrouver leur chaumière
Et se disent entre eux : « Nous reviendrons demain. »

II

Quand je les vois rentrer le soir à la nuit close,
Pauvres petits glaneurs ! – glaner est triste chose –
Je songe qu’ici-bas au sillon du bonheur
Comme un enfant perdu se désole mon cœur…
J’entends les moissonneurs chanter, l’âme assouvie,
Et moi je cherche en vain dans les champs de la vie
Les restes de la Foi, les restes de l’Amour…
Mais je ne trouve rien. – Voici la fin du jour,
L’espoir, ce grand soleil, a voilé tous ses charmes,
Mes yeux sont obscurcis sous les ombres des larmes,
Hélas ! de la moisson ils ne m’ont rien laissé !

Glaneur, il est trop tard, ton corps est trop lassé !

Surbiton-Hill, juin 1902

(Jeanne Neis Nabert, alias Sijenna, Humble moisson, 1903, pp. 50-51)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .