agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 945 .



sans contour
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Salvamaria ]

2014-11-02  |     | 



cette nuit, suspendue entre samedi et dimanche, je recule le temps d’une heure, une vingtaine d’années et sept fuseaux horaires... je me cherche... celle que j’étais, pour voir si j’avais changé... ou, c’est tout ce temps-là qui fait de moi quelqu'un toujours en quête de soi...

étais-je une autre? suis-je la même?
peut-être, je joue à cache-cache avec les deux...

tout ce que mon âme retient des deux états d’esprit s’appelle n’oublie rien, pour ne pas te laisser aller par un autre mythe, beaucoup plus dangereux que n’importe quel mensonge!

et... les faiseurs de rêves ne rêvent pas, n’est-ce pas?

est-ce qu’on peut vraiment pardonner sans oublier? je ne sais rien du tout! ou, si cela arrive, il n’y avait rien à pardonner?!

la Roumanie est si différente vue d’ici, à une distance qui varie entre une heure, sept fuseaux qui filent le temps et les vingt ans sans retour...

l’Amérique! le mythe... en l’approchant, tu sens comment il tue, avec son sourire conquérant, tout espoir... pour t’en sortir, tu dois t’accrocher fortement à l’amour qui tue toute barrière...

mais, je continue de me promener dans notre rue, où les gardiens de nos rêves restent, à jamais, les tilleuls, même en hiver... d’un coup, je glisse...
..........................................................................
.................................................................
je me dresse sur la pointe des étoiles
en espérant effleurer ton rêve volant
tu me couronnes de fleurs de tilleul
et tu me laves avec ses arômes
murmurant je t’adore...

prends ce petit pot en terre bénie
mets-le sur l’escalier au nom chéri
bois l’eau pure qui l’a rempli
et laisse-toi aller... là où
j’suis ton étoile
couverte d’infini...

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .