agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2883 .



Balance-toi !
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [May_Ziadeh ]

2010-08-21  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Balance-toi, petite plante,
Ta feuille est tendre et verdoyante,
L'air est suave de fraîcheur;
Balance-toi ! L’heure est passée
Où par le soleil oppressée
Tu pâlissais sous sa chaleur.

Balance-toi ! Le crépuscule
Déjà sur les balcons ondule
Ses fantômes mystérieux;
Et sur la nature assoupie
Coule cette paix alanguie
Qui ne peut venir que des cieux.

Oh ! Les douceurs de l'heure brune !
De deviner au ciel la lune
Quand l'azur est encore serein !
Oh ! La brise qui vous caresse !
Oh ! La chère ombre qui vous presse
Contre son chaste et moelleux sein !

Oh ! Les mille voix soupirent
Lorsque les longs stratus expirent
Quand le jour finit de mourir !
Oh ! L’or des paupières lointaines
Des étoiles qui dans les plaines
D'azur commencent à s'ouvrir !

Oh ! Les rêves du crépuscule
Quand l'ombre de la nuit circule
Que les oiseaux ne chantent plus !
Ô tendresse ! Quand la pensée
En rythmes divins cadencée
Murmure de ces mots voulus...

Quand le toit des maisons s'efface,
Que l'oeil, inquiet, perd la trace
Du Moukattam dans le lointain;
Quand à l'entour tout, calmé, rêve,
Du coeur un cantique s'élève
Au Dieu du soir et du matin;

Salut, honneur, amour, louange
À Toi qui fis et l'homme et l'ange,
À Toi qui suspendis le ciel;
Qui dans le temps et dans l'espace
Au jour, la nuit, marquas leur place,
Salut à Toi, Père Eternel !

Plante, balance-toi, palpite,
Balance-toi, danse, petite !
L'air est suave de fraîcheur;
Balance-toi ! L’heure est passée
Où par le soleil oppressée
Tu pâlissais sous sa chaleur...

(May Ziadeh, Fleurs de Rêve, 1910,
sous le pseudonyme d'Isis Copia)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .