agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 1828 .



Tu dansais
poèmes [ ]
( Hommage à une grand-mère que je n'ai pas connue...)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [emmila ]

2010-06-18  |     | 



TU DANSAIS..

Fille de Grenade, on te disait gitane,
Étrange destinée que la tienne,
Ô Maria, enfant d'Orient, ardente flamme.
Tu dansais par les nuits de pleine lune,
Sous la voûte constellée d'étoiles
De nuits chaudes et ensorcelantes...
Tu dansais, femme aux sangs mêlés,
Animée par les plaintes de la guitare,
Séculaire mélodie de l'Amour et de la Mort...
Tu dansais, cheveux aux reins, corps exalté,
A travers les venelles de Grenade,
Ferveur rendue aux voix des Cantaores,
Éternité de la vie, ivresse du rythme...
Tu dansais, cascade de grâce et de lumière,
Déchirante réponse aux sanglots colportés par les vents...
Rêve extasié du Poète de la lune.
Parée de ta robe pourpre, ton regard ambré dans son regard,
Tu dansais, possédée d'une force animale, insoumise,
Transportée par le souffle incandescent des mélopées
Et l'éternité solaire du chant et de la poésie...
Ô Maria, et de cette musique ravie aux dieux,
Dans une soif sauvage de liberté, comme un enlacement de fée,
Tes gestes s'envolaient vers les cieux, telle une prière...
Et tu dansais ces chants de solitude,
Art sacré, essence, vibrations des cordes.
De ton âme, de ton cœur, de ton corps naissait la quête ancestrale,
Errance du Flamenco....
Tu dansais, les poèmes de Federico s'en souviennent encore...
Maria, petite fille trop tôt envolée, éphémère papillon,
Un mal insidieux, ton souffle coupé, ta vie évaporée...
Tu t'es endormie dans la soie des ténèbres,
Avant que l'aube ne pointe,
Le destin a ajouté une étoile à l'infini...
Ô Maria, tu es de tous les pays, ta jeunesse n'a point de tombe...
J'écoute le murmure des vents qui me content ton histoire.
Mon rêve est ton nom, nos songes s'entremêlent,
Et par les fenêtres du temps voyagent entre toi et moi...
Identité, mémoire, je porte en moi tes racines,
Par nos sangs mêlés, Maria, je suis gitane,
Être sans frontières, je sens ma terre, je la respire,
J'Aime, je vis, et je danse, je danse, je danse.....

CAROLINA ORTOLI

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .