agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 4343 .



Au ciel
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Edmond_ROSTAND ]

2010-05-19  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt



« Hé, là-bas ! » s’écria saint Pierre,
« Qui frappe à l’huis du Paradis ?
-Oh ! c’est l’âme d’un pauvre hère,
Mon bon Monsieur ! » que je lui dis.

-« Vous croyez qu’on entre peut-être
Ici comme dans un moulin ?
-Vous êtes si bon, mon doux maître… »
Repris-je en faisant le câlin.

-« Taisez-vous ! On ne peut me plaire
Par des douceurs ni des cadeaux ;
C’était bon avec leur Cerbère
Qu’on prenait avec des gâteaux !

« Je suis un portier sans faiblesse.
Répondez : sur terre, là-bas,
Alliez-vous entendre la messe ?
-Pas souvent », lui dis-je tout bas.

-« On sait ce que cela veut dire,
Pas souvent ! Mais notre bon Dieu
Est partout. Cela peut suffire
De l’adorer hors du saint lieu.

« Lui faisiez-vous votre prière
En vous couchant ? – En me couchant ?
Je ne me souviens pas, saint Pierre.
Mais peut-être bien qu’en cherchant…

-« Hum !... enfin !... Et la bonne chère ?
-Je l’aimais assez… - Et le vin ?
-La bouteille aussi m’était chère.
-Bûtes-vous trop ? – Cela m’advint.

-« Mais vous viviez comme un infâme !
Et la vertu ?... – Dame ! j’aimais
Toujours une petite femme !
-Était-ce la même ? – Jamais !

« Que la dernière était jolie !
On s’en allait, sur les gazons,
Par les dimanches de folie,
On s’en allait… - C’est bien ! Gazons !

« Et vous avez encor l’audace
De me dire ça sous le nez ?
Pour vous nous n’avons pas de place :
Allez-vous-en chez les damnés !

« Oh ! là-bas on vous fera fête,
Monsieur le… Tiens, au fait, qu’avez-
Vous été sur terre ? – Poète.
Je faisais des vers, vous savez.

-« Hein ? Poète ?... Alors, m’ouvrant vite :
-« Pourquoi, » fit-il d’un ton plus doux,
« Ne l’avoir pas dit tout de suite ?
Entrez donc ! Vous êtes chez vous. »

(Edmond Rostand, Les Musardises, 1911)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .