agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 140 .



L'homme invisible
personnelles [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [syriuseyes ]

2016-08-12  |     | 



Comme chaque fois au lendemain d'une soirée bien arrosée, Jean-Charles De la Clochemerle alla se promener dans le parc des tilleuls, histoire de s'éclaircir les idées et de ménager sa gueule de bois. Puis après une bonne marche de dix minutes dans la chaleur étouffante de l'été, il finit par s'assoir sur un banc afin de profiter de la fraicheur de l'ombre des peupliers qui bordent l'allée principale. C'est alors que survint l'impensable!
En tentant d'aborder une charmante demoiselle par un "Holà gente Dame! Auriez-vous quelques instants à me consacrer histoire que je vante votre beauté?" , formule d'abordage qu'il avait concocté il y a bien longtemps et qui faisait en son temps son petit effet, il se rendit compte que la jeune dame tournait la tête comme si elle ne pouvait pas le voir, comme si seule sa voix lui était parvenue. Elle s'était alors enfuie à toutes jambes, laissant pantois le cher homme. Après mûres réflexions et d'autres tentatives sur d'autres passants, il en vain à la conclusion qu'il était devenu invisible! Par quel charme étrange, qu'avait-t-il fait la veille qui lui avait conféré cette faculté, impossible de s'en rappeler. Au début quelque peu déconcerté, il repris ses esprits, ce qui n'était pas chose aisée un lendemain de fête, et finit par en conclure qu'avant de chercher une solution à cette situation si singulière il pouvait en profiter un peu.
Toujours assis sur son banc, il remarqua que son ombre était quant à elle toujours visible. Il se mit à faire des ombres chinoises de loups et autres bêtes sur le sol, et mordait les passants par procuration de cette ombre, tantôt en poussant des cris d'animaux, tantôt en hurlant "houhouhou qui est là? C'est le louuuuuup!". Les badauds s'enfuyaient en courant sans pouvoir le regarder, et lui pouffait, exagérant parfois volontairement son rire pour prendre un ton sarcastique voir démoniaque et imiter ainsi les sorcières qu'il avait pu voir au cinéma. Quelques uns se retournaient quelques mètres plus loin pour chercher la source de tout ce remue-ménage, mais aucun ne regardait vers lui, aucun ne réussissait à la voir. Tous tournaient la tête d'avant en arrière, maugréant des "Qu'est ce que... Ce n'est pas possible! Tout de même?!", s'en allant qui sait raconter leur incroyable mésaventure à leurs amis qui ne les croiraient pas.
Mais la vie d'un homme invisible n'est pas faite que de bienfaits et de blagues en tout genre. Un couple qui promenait Médor laissa l'animal uriner par mégarde sur la jambe de Jean-Charles. Lorsque celui-ci gronda son mécontentement, ils prirent leurs jambes à leur cou et laissèrent l'animal derrière eux. Jean-Charles y vit une occasion de rire encore un peu. Il enleva sa chemise et la boutonna sur le cou du canidé telle une cape. Puis il prit l'animal dans ses bras invisibles, lui tint une pate vers l'avant et le fit voler devant toute personne passant à sa portée en criant "Super chien! Super chien est là!", parodiant Superman et collant une frousse à tous ceux qui passaient par là. Certains badauds regardaient de loin, l'air circonspect. C'est sûr on ne voit pas un chien voler tous les jours.
Jean-Charles poursuivit son chemin et donc son expérience d'homme invisible. Une vieille rombière passa par là, droite comme un i pour simuler une suffisante noblesse, le menton levé bien haut pour laisser croire que son esprit ou celui du Saint-Esprit planait au dessus d'elle. Notre bon Jean-Charles, qui avait acquis une certaine assurance s'enquit de monter en puissance et se mit debout sur un banc. Il tourna les talons et lui montra sans vergogne ses fesses invisibles en hurlant "Avez-vous à cœur de mourir plus haut que votre cul, en voici un, ne vous déplaise!". Au lieu de prendre la poudre d'escampette, la vieille femme s'arrêta net et se tourna vers Jean-Charles qui manqua de tomber du banc, déstabilisé par cette imprévisible réaction. Elle le fixa droit dans les yeux et il comprit alors qu'elle pouvait le voir. "Le charme magique a-t-il cessé d'agir?" pensa-t-il. Alors qu'il tentait maladroitement de se rhabiller, la vieille dame s'adressa sèchement à lui : "Ce n'est pas le tout d'être clochard et d'accepter une condition pareille, encore faut-il savoir rester digne!". Sur ce elle tourna les talons, laissant penaud notre pauvre homme invisible.

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .