agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 5278 .



Réflexion sur la réussite
essai [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Miruna Tarcau ]

2008-09-20  |     | 



La réussite, c’est le fondement même de notre humanité. Sommes-nous humains car nous réussissons? Ne le sommes-nous toujours pas lorsque nous échouons? Notre civilisation s’est construite sur la réussite de ceux qui ont vécu avant nous. Ce sont les hommes, et les femmes derrière ces hommes qui ont bâti notre monde. Ce sont ces exploits que nous aspirons à égaler. Mais quel est le sens de ce mot pour qui les uns ont sacrifié leur vie, d’autres celles de leur propre famille et fortune dans le seul but d’être reconnus pour leur juste valeur et d’éviter, après la mort, de sombrer dans ce gouffre profond qu’est celui de l’oubli? Quel est donc le sens du mot réussite?
Certains naissent avec une ambition. On dit que la grandeur de l’âme n’est pas proportionnelle à la grandeur de l’homme; dans l’esprit d’un paysan peut germer une idée qui changera le monde, et pas la moindre dans celui d’un prince. Je pourrais vous citer des noms célèbres qui inciteraient à croire que la réussite n’est pas une dure marâtre pour l’humanité, mais qu’elle s’abat sur les gens sans le moindre effort. Mais combien d’entre eux ont échoué? Combien de noms sont passés dans l’ombre, combien d’exploits se sont perdus parmi la foule dont seule une poignée nous est parvenue?
Pour parler d’une chose, il faut l’étudier sous tous ses aspects et la définir d’une manière absolue et universelle. Sous cette optique, la réussite dépend de trois critères : la dimension universelle, la dimension personnelle et celle d’un individu par rapport à un groupe.

D’un point de vue universel, réussir c’est achever ce que l’on entreprend de manière à ne laisser aucun doute quant à ses objectifs et à ses intentions. Réussir, c’est arriver à la satisfaction de ses désirs dans une situation donnée et c’est la manière de réagir face à cette situation qui déterminera l’échec ou la réussite d’un individu. La réussite est alors basée sur une quête : celle de la gloire, du savoir, de l’amour, de la liberté ou de tout autre but que peut viser un Homme. L’aboutissement partiel ou total de la quête peut alors consister en une réussite.
Pour la dimension personnelle, les limites de chacun sont démarquées par son cadre de vie. Le statut social, la personnalité et les expériences qui la forgent sont toutes des conditions déterminantes au désir déclencheur de la quête. Ainsi les connaissances, les rencontres et les modèles de chacun sont ce qui forge ses ambitions –or la réussite dépend entièrement de l’ambition dont elle est la concrétisation.
Enfin, un dernier critère intervient dans la définition de la réussite, et c’est celui du groupe. Si souvent la gloire ne revient qu’à un seul, il faut savoir qu’il n’y a pas de réussite solitaire. Hormis les facteurs de la chance, du hasard et du destin, quelle que soit la force et la persévérance d’un Homme, il ne peut réussir seul. Tout d’abord parce que l’Homme se définit toujours par rapport aux autres hommes, que ce soit ses amis, ses adversaires, ses parents ou ses ancêtres. Personne ne naît ni ne grandit seul. Ensuite, parce que tout exploit n’est rien s’il demeure dans l’ombre. La réussite supporte mal l’anonymat : ce n’est réellement une réussite qu’au moment où il y a d’autres personnes pour la décrire comme tel. Et l’ampleur de la réussite dépendra du nombre de gens qu’elle atteindra et qu’elle touchera : s’il n’y a personne pour témoigner que l’objet de la quête est enfin atteint, peut-on réellement dire qu’il le soit?

Pour sortir de l’absolu, prenons exemple sur le cas d’un personnage mythique : Achille, le héros grec. Il a grandi sous la pression de réaliser des exploits militaires, et c’est pourquoi il ne rêvait que de gloire. Face à un événement, la guerre de Troie, il réagit : il part se battre. Il se démarque face aux autres chefs et même face aux autres héros par ses prouesses, puis par sa tragique histoire. On se souvient de lui comme du meurtrier de Hector, aussi s’il n’avait pas été lui-même un héros troyen de grande valeur, Achille n’aurait eu aucune gloire à l’avoir tué. Or, son nom était loué à l’époque de Périclès et des grands procès contre les sophistes qui remettaient en question l’existence des Olympiens et des héros qui en étaient issus, comme il l’est aujourd’hui grâce à l’Iliade d’Homère qui a immortalisé ses exploits. Ainsi, le personnage, le héros et le mythe ont traversé les âges : c’est pourquoi l’on peut parler de réussite en parlant d’Achille.

La réussite n’est-elle alors liée qu’à la gloire? Est-ce une réussite de convaincre des générations futures qu’on a mené une vie formidable et réalisé toutes sortes de miracles, alors qu’il n’en est rien? Si tel est l’objectif, alors oui : c’est une réussite. Mais dans l’immédiat, la réussite est intimement liée au bonheur personnel, comme l’est d’ailleurs tout désir et toute ambition. La quête finale et suprême de chacun, c’est le bonheur.
Le prisonnier qui s’évade et que jamais plus on ne revoit est un exemple de réussite pour tous les prisonniers qui n’osent pas tenter leur chance. L’écrivain qui dénonce une dictature pour n’être lu qu’après sa mort est un exemple de réussite pour tous ceux qui comme lui étaient opprimés, mais qui n’ont rien fait. C’est le sort de chacun qui fait en sorte que le but choisi mènera ou non au bonheur.

Si à travers l’Histoire, la véritable réussite a toujours été essentiellement militaire, c’est de nos jours un phénomène bien plus complexe. Nous sommes aujourd’hui plus de six milliards d’individus. Cela signifie six milliards d’ambitions accessibles à différents degrés, selon le cadre de vie. Le vingt et unième siècle a beau avoir été marqué par l’essor des moyens de communication –facilitant ainsi la diffusion rapide de nouvelles– ce qui était considéré comme un exploit jadis ne l’est plus à présent. Il en faut donc beaucoup plus pour se faire remarquer parmi six milliards de personnes que dans un état de quelques centaines de milliers d’habitants. Dans ce cas, de deux choses l’une : soit la réussite est de plus en plus commune, ayant été réduite voire banalisée à quelques critères stéréotypes de la famille américaine; soit elle l’est au contraire de moins en moins, accessible seulement à une élite capable d’émerveiller des foules et de se distinguer parmi les autres célébrités.
Prenons le point de vue occidental : quel que soit le but visé par un individu, dès son plus jeune âge on lui inculquera qu’il faut aller à l’école, avoir des bonnes notes pour être accepté à un collège puis à une université prestigieuse, et travailler, tout cela dans un seul but suprême –l’argent. L’adulte de 25 à 45 ans est principalement défini par son travail, son salaire, sa maison et la marque de sa voiture. Du point de vue personnel, il aura droit à des passe-temps artistiques ou sportifs si toutefois ils ne nuisent pas à sa carrière, à des amis s’ils ne nuisent pas à sa réputation, et quelquefois à une passion. L’être humain ainsi réduit à sa dimension de citoyen n’est considéré comme un exemple de réussite que s’il remplit ses devoirs professionnels et familiaux. Ce sont des masses qui doivent se conformer à cette ligne imaginaire qu’est la normalité, sans quoi ils sont considérés comme des échecs. La réussite sociale consisterait alors à ne pas être considéré comme un échec –et donc à se conformer aux autres, et donc à ne pas se faire remarquer.
Or c’est le plus souvent l’opposé qui est vrai. Un homme d’affaires qui ne se fait pas remarquer demeurera toujours au bas de l’échelle; un acteur, un chanteur ou un écrivain qui ne se démarque en rien par rapport aux autres sera vite oublié. Un journaliste sera plus enclin à parler d’un artiste alcoolique, toxicomane et dont la vie familiale est difficile, que d’un autre tout aussi talentueux mais dont l’histoire est ordinaire. Lequel des deux a-t-il le plus réussi?

En vérité, la réussite n’est pas quantifiable. Aucune vie n’est entièrement un échec tout comme elle ne peut être entièrement une réussite. Chacun finira par avoir atteint des buts qu’il se sera fixés et accumulé des rêves qu’il n’a jamais accomplis. Chaque moment heureux est une réussite en soi. Chaque vie vaut la peine d’être vécue et s’il n’existait pas de petite réussite, nous ne pourrions reconnaître les plus grandes.

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .