agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Rom�nesti - Romanian Poetry

poezii


 


Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 5628 .



Rencontre ... avec Marlena Braester
communautés [ écrivains israéliens d`expression francaise ]
de Nicole Pottier

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [NMP ]

2004-10-21  |     | 



Paris brille sous le soleil du mois d’octobre, après la pluie qui lave les soucis et les préoccupations de cette rentrée. Les rues sont pleines, les gens vont et viennent, je trace mon chemin parmi la foule. Rue Vieille du Temple, dans le Marais, j’ai rendez-vous avec Marlena Braester à 14h00 au Salon de la Revue. Manifestation annuelle où sont représentées trois revues des « écrivains israéliens d’expression française » : «Continuum», «Poésie & Art» et «les Cahiers Benjamin Fondane».

Je regarde attentivement parmi la multitude de stands, et soudain nos regards se croisent, l’attente a pris fin. Je découvre… Salutations d’usage, sourire, intérêt et déjà questionnement. La rencontre s’initie, le dialogue s’instaure rapidement, direct et chaleureux. Marlena parle un français parfait, qui coule fluide, tel son écriture, toujours concise et précise. Dotée d’un esprit vif et curieux, digressif et analytique, nous discutons face à face dans un café parisien, à l’abri de la pluie.



Le premier sujet abordé fut celui des racines : née à Iasi, où elle a fait toutes ses études, elle s’est d’abord mariée, est devenue professeur de français et d’anglais et a quitté la Roumanie avec son mari en 1980 pour Israël. Inscrite à l’université de Haïfa, en attendant la reconnaissance de ses diplômes et l’équivalence, elle a suivi des cours de linguistique et de littérature française qui la passionnent. Puis une petite fille naît, en 1984, dans ce nouveau foyer sur cette terre d’Israël. Elle a ensuite soutenu une maîtrise sur Paul Eluard et Antonin Artaud, à Haïfa, et son doctorat en linguistique en France sur « L'Ironie dans le fonctionnement du langage ». Maintenant, faute d’élèves qui souhaitent apprendre le français, Marlena enseigne l’anglais technique à L'Institut Polytechnique où elle a le statut de « lectrice ». Français, anglais, roumain, hébreu… dans une société multilingue et pluri-culturelle, Marlena garde cependant son identité roumaine, je cite de mémoire cette phrase : « nous parlons en roumain, mon mari et moi, et notre fille nous répond en hébreu. » Rupture linguistique entre les générations…

Le second sujet dont nous parlons est celui de la poésie. Ecrivain, linguiste, mais aussi traductrice, Marlena Braester travaille – bénévolement- pour le Centre de Recherches sur la Poésie Francophone Contemporaine (CRPFC) de l'Université de Haifa. Ce centre a été créé en 1998, dans le cadre des Centres de Recherches de l’université de Haïfa, par le professeur Jacqueline Michel (professeur en Lettres Modernes et spécialiste de la poésie contemporaine) où Marlena dirige un atelier de traduction de la poésie (francais-hébreu-francais).
Le CRPFC se présente comme un "lieu de poésie" ayant un double but :
- contribuer à faire mieux connaître la poésie contemporaine française / francophone, et israélienne (juive et arabe).
- Suivre le développement actuel de la création poétique.
L’atelier de traduction dirigé par Marlena occupe une place de première importance dans les activités du CRPFC. Les sessions de travail rassemblent régulièrement des traducteurs professionnels dont certains sont aussi poètes, ainsi que des traducteurs-chercheurs dans le domaine de la littérature moderne.

Ce centre publie la revue "Poésie & Art", dont le comité directeur se compose des trois membres suivants : Jacqueline Michel, Marlena Braester et Isabelle Dotan. Revue annuelle qui rend compte des rencontres avec les poètes invités, et donne à lire quelques uns de leurs poèmes (certains inédits) en version bilingue (français/hébreu) pour la plupart. Cette revue présente également des articles et des commentaires critiques sur la poésie contemporaine, et sur des poètes connus ou à découvrir. Elle ouvre, ainsi, ses pages à des voix poétiques à écouter, riches dans leur diversité:
„Elles proposent d’entrer dans des démarches créatives dont chacune est marquée par l’originalité forte d’une pensée qui la sous-tend. Des poètes s’expriment traçant des approches et des saisies diverses de ce monde-ci, comme en témoigne pour chacun d’eux, le choix de poèmes et de textes en prose poétique offerts à la lecture. Dans ce champs d’une poésie à l’oeuvre, viennent s’inscrire des articles critiques. Ils accompagnent ces voix poétiques. Cherchant à les mieux "penser", ils tentent des chemins d’une meilleure écoute." Jacqueline Michel in "Poésie & Art", n°6, 2004, extrait du prologue page 5.

L’écoute et l’attention sont grandes de part et d’autre dès que nous abordons la parole poétique. Création par excellence, et re-création dans l’exercice de traduction, cette parole poétique nous subjugue totalement.

Marlena Braester est également présidente de l’Union des Ecrivains Israéliens de Langue Française qui publie la très intéressante revue "Continuum", revue à parution annuelle également. Le comité de rédaction se composant comme suit : Marlena Braester, Bluma Finkelstein, Monique Jutrin, Esther Orner et Carmen Oszi. Quatre rubriques y sont développées : Hommage – Voix majeure – Voix nouvelle- Poésie et peinture. Plus la rubrique Informations.
A ce sujet, plusieurs articles sont publiés sur Agonia :
Editorial Continuum n°1
La francophonie en Israël
Editorial Continuum n°2
Parution Continuum n°2

(Dans le n°2 de "Continuum", 2003-2004, Hommage à Claude Vigée, Voix majeure : Esther Orner, Voix nouvelle: Cédric Cohen Skalli.)

En guise de conclusion, me revient en mémoire ce texte que Marlena écrit dans "Continuum" :
„Le JE poétique, l’AUTRE du langage
Depuis Proust, on le redit de plus en plus souvent: "étrangère" nous est la langue poétique. Jusqu’au moment où le poète l’assume en tant que telle: poétique, elle lui devient de moins en moins étrangère. Des paroles "différemment" conjointes, un re-découpage de la signifiance, des rythmes qui s’éveillent, une recherche menée dans le langage, une mise en regard – et une poétique secrète est à l’oeuvre. Une langue poétique a toujours la fraîcheur de l’aube primordiale, l’ouverture du commencement.
Le passage du roumain au français, je l’ai vécu dans le continu. Linguistiquement parlant, je suis allée vers les racines d’une langue; et à force d’en sonder les profondeurs, j’ai découvert la source de plusieurs; pour un moment, les différences étaient annulées; et ce fut le recommencement: dès ce moment "réfractaire", ma langue fut déviée pour "couler de source" comme un flux naturel vers le français. Les réverbérations du poétique rendent scintillants les versants de la langue.
Le danger est de traiter une langue ("maternelle" ou pas, peu importe) en tant que "transparence"; car, transparente, on ne la voit plus, on risque de ne pas y distinguer les profondeurs, les épaisseurs. C’est vrai: il y a une „langue mère”: parfois il y en a deux. Car une autre peut nous adopter poétiquement et ce qui se tisse sous notre plume a une texture différente.
Décisive est aussi la littérature que nous côtoyons. Notre propre écriture naît souvent dans l’écriture de l’Autre: un "dedans" que l’on est en train de sonder. Il peut nous arriver d’être tellement pris "dedans", que notre écriture naisse de cette terre poétique.
A la recherche de l’Autre de l’écriture, de l’Autre du langage, le poète subit sans cesse la réfraction de la langue en langue poétique."
. (in "Continuum" n°1, 2002-2003, page 11)





Marlena, "la poétesse du désert", aux racines roumaines, et que le français a adoptée linguistiquement. L’art de communiquer avec l’Autre, d’adapter sa parole et de la lui porter au travers de la création poétique.

Le jour s’est avancé, peu à peu, le temps nous fut compté. Nous avons donc repris chacune notre trajet, laissant cet entretien ouvert jusqu’à l’an prochain où nous avons pris rendez-vous pour … le 15ème Salon de la Revue.

Multumesc foarte mult, Marlena, si pe curînd !


Correspondance : Marlena Braester, Altar 10/2 – Haïfa 92984 (Israël)
Téléfax : 972 04 8230557
E-mail : [email protected]


(Photos: Nicole Pottier).

Curriculum vitae Marlena Braester

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .