agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Rom�nesti - Romanian Poetry

poezii


 


Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 4630 .



Les lettres pleurent : Benedetti est mort
article [ Société ]
By Sonia Sánchez / Tuesday, 19 May 2009 / [email protected]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [NMP ]

2009-05-19  |     | 



La tristesse pour la perte d’une si colossal personnalité n´embrasse pas tout ce que ressentent les passionnés de son œuvre à Cuba, en Amérique hispanique et au-delà.

Pour ceux qui ont suivi de près ses écrits dans cette île des Caraïbes, à qui il a dédié sa plus grande affection, Mario Benedetti, décédé ce dimanche dans sa maison uruguayenne à l’âge de 88 ans, suite à une maladie intestinale, transcende jusqu’au plus profond des souvenirs.

L´incommensurable poète, narrateur, critique littéraire, journaliste et chroniqueur de Montevideo, où il est arrivé très jeune, a uni à sa féconde œuvre littéraire le tenace opposition à la dictature militaire (1973-1985) dans son pays. Une raison pour laquelle il est resté en exil durant douze ans, vivant en Espagne, en Argentine, au Pérou et à Cuba, qui l’a reçu comme un de ses meilleurs enfants et où il a dédié une partie importante de son temps à la Casa de las Américas.

« Cuba a toujours été un mot très important pour moi. Même avant d’aller dans ce pays, la Révolution cubaine était une alerte pour beaucoup d´uruguayens, elle nous a secoué car nous avons vu la possibilité de faire face d´une façon ou d´une autre à cette pression qu’est le politique, l’économique, le militaire, le culturel... des Etats-Unis ».

Auteur de plus de 80 livres entre recueils de poèmes, romans, récits, essais et œuvres théâtrales, ainsi que de scenarii cinématographiques et des chroniques humoristiques, l´écrivain uruguayen a mérité des lauriers comme le Prix Reine Sofía de Poésie Ibéro-américaine, le Méndez Pelayo, le José Martí Ibéro-américain et la première édition du Prix ALBA.

Mario Benedetti (Paso de los Toros, Departamento de Tacuarembó, Uruguay, 14 de septiembre de 1920) a dénoncé avec véhémence les menaces du président étasunien George W. Bush contre Cuba et le brutal blocus des États-Unis imposés durant des décennies à notre peuple. En 2005 il a élevé sa voix pour réclamer à Washington l´extradition du terroriste Luis Posada Carriles. « C´est évident qu’il ne s’agit pas d’un exilé commun mais d´un assassin et si le gouvernement des États-Unis décide de lui donner l´asile il deviendrait automatiquement l’allié de ce criminel ». Et, avec la même attitude, il plaide pour la remise en liberté des Cinq Héros cubains.

Mario Benedetti est un des plus prolifiques intégrants de la dénommée « Génération de 45 », il captive pour la chaleur de ses textes vigoureux, pénétrants et sensibles, le faisant figurer parmi les grands de la littérature Ibéro-américaine. Parmi ses récits ayant eu un grands succès se trouvent La muerte y otras sorpresas (1968), Recuerdos olvidados (1988), Buzón del tiempo (1999), El porvenir de mi pasado (2003), ainsi que les drames El reportaje (1958) et El viaje de salida (2008).

Parmi ses plus remarquables romans nous n´oublierons pas : La tregua (1960), Gracias por el fuego (1965), Las soledades de Babel (1991) et, entre ses essais : Marcel Proust y otros ensayos (1951), Letras del continente mestizo (1967), Subdesarrollo y letras de osadía (1987) et Perplejidades de fin de siglo (1993), qui étaient parmi les plus attirants.

Mais pour beaucoup, sa poétique rebelle, solidaire et amoureuse faisait partie des livres de chevet, avec des titres comme : Te quiero (1956), Ex presos (1980), Viento del exilio (1981), El olvido está lleno de memoria (1995), El mundo que respiro (2001) et Existir todavía (2003).

Un virtuose des lettres est mort. Vive le Poète!

Sonia Sánchez, [email protected]

*

Tiré de Cubarte

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .