agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 3475 .



Au sujet de"Veilleurs de Dhuis", un récit aubiographique de Roland Reumond
article [ Livre ]
Il était une fois… en la ville de Clichy-sous-Bois

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [cometehayley ]

2011-08-26  |     | 



Il était une fois…

En la ville de Clichy-sous-Bois, des Veilleurs de Dhuis ; mais c’était bien avant le syndrome des banlieues, et avant les émeutes de 2005, avec leur lot de voitures en flammes dans la nuit de novembre, bien avant les crises banlieusardes un peu partout en France et en Europe.

C’est là que Reumond pose le décor de son dernier récit « Veilleurs de Dhuis » (1), utilisant le déboisement progressif de ce pays des Aulnes où le Roi se nommait « Chêne Pointu ».

L’urbanisation galopante et l’évolution démographique, y sont comme les métaphores des multiples mutations physiques et psychologiques qui accompagnent le passage à l’enfance à l’adolescence.

« Quand dans les années 1950, je suis arrivé à Clichy-sous-Bois, à l’âge de 4-5 ans,»

souligne l’auteur, au cours d'une interview,

« Il n’y avait pas plus de 4000 habitants et il restait des bois; Clichy était un grand village; à mon départ de Clichy en 67, on était passé à plus de 16.000 clichois, c’est-à-dire quatre fois plus, et les bois avaient disparu (...)".

"Mais avec ses 40 % de population de moins de 20 ans, Clichy reste l’une des villes les plus jeunes de France, car elle se placerait même, semble-t-il, en tête parmi les villes de plus de 25 000 habitants... »



VEILLEURS DE DHUIS

« Jeux interdits » comme dans le bon film de René Clément, en cette année 52, quand Reumond n’avait pas 10 ans; ou une nouvelle "Guerre des boutons"; Jeux d’enfance et jeu de la vie ; des jeux, en veux-tu en voila ! Multiples, inattendus en ce récit autobiographique.

Mais le véritable « Enjeu » de tous ces « Jeux » d’enfance, ne consisterait-il pas en fin de compte, à parvenir à un « Je » relativement assumé, partiellement libéré, en grande partie autonome et responsable.

Jeu d’Épinal, que celui de ces images Clichoises, des jeux crus de l’amour et de de la mort, car pour tendre à une « vraie image » de soi, il est nécessaire de passer par l’image de l’autre, dans un jeu de miroirs.

« Aux jeux des mutations, la vie va, coule, change sans cesse de peau, mais tout revient au point de départ ! Flux et reflux, au rythme des saisons, des âges, des chairs et du béton…, c’est comme un ressort qui se tend et se détend ; car la vie est un diable doublé d’un ange à ressort, on ouvre les yeux et hop, la boîte à vivre est ouverte, au cœur d’une scénographie tragico-comique, le petit d’homme jaillit en de pluriels possibles. »

« La comédie est un jeu qui imite la vie »,
En s’exprimant ainsi, le philosophe Bergson, ne souligne-t-il pas ce côté « Comique d’action » du jeu ?

Jeux de mains gauches, jeux de vilains garnements, probablement, mais rien que des jeux d’enfant, les jeux mêmes des maux de la vie !

Si la comédie humaine est un « jeu », elle est avant tout un « Je », celui de la personne unique que nous sommes en de multiples devenirs.

Cache-cache de bosquets en fourrés, amusements ?
Sans doute !
Curiosité ? Certainement !

En ces jeux de pisteurs et de pistés, où la vie même se joue de l’amour; on reconnaissait déjà l’arbre qui cache la montagne, mais

« Nous souvenons-nous de ces broussailles de ronces qui révélaient les mystères de la vie ; car derrière toute ronce qui pousse sur nos chemins de traverse, n’y a-t-il pas quelque chose qui nous cache quelque chemin à prendre ou même l’amour véritable ? »

Avons-nous de quoi décoder la « charade de ces corps noués de désirs, entraperçus entre quelques branchages » ?

La vie tout entière, selon l’auteur « Ne serait-elle pas un mauvais jeu de maux » qui nous cache l’essentiel ? »

Comme il y avait dans les années soixante des espaces réservés à ces jeux d'enfance, l’auteur aménage tout son récit pour et par les jeux de langage, dans un libre jeu des articulations, entre :

-Les mutations du tissu humain, à travers les transformations physiques et psychologiques de la puberté, qui conduisent à plus de maturité; et les

-Transformations du tissu urbain; en un grand jeu de marelle, entre la terre des Aulnes et le ciel des logements sociaux : « Un je en marelle, un je de construction... », dit-il.

C'est de la triche peut-être !

Attrape-nigaud ou attrape-amoureux, comme on capture les mouches avec du vinaigre, une duperie en somme, plus puérile que dangereuse ;

« Car nos jeux comme nos mots d’enfant ne tombent pas sous le sens, en tout cas, pas sous celui de « la raison raisonnable des grands.»

Alors, Reumond, en éternelle classe verte, nous invite à ces jeux impudiques de Veilleurs de Dhuis, aux Jeux de l'amour au (et du) hasard des rencontres, des concours de circonstances, en une longue récréation, dans des lieux qui ne sont plus que rêverie, jeux d’un autre âge, qui étaient de leur âge, mais qui ne sont plus des nôtres.

Que gagne-t-on à ce jeu là ?

Et bien, à travers les chapitres consacrés à l’école, à la puberté, au quartier, au caté ... et aux jeux bien sûr, au fil de la Dhuis, fil conducteur de cette chronique Clichoises ("La Dhuis qui conduit le récit comme l’encre fluide de l’écriture traverse les pages de notre vie..."), Reumond nous invite à entrer « en nous-mêmes » dans le jeu, en cet espace de rêve, pour nous laisser prendre à notre propre récit et retrouver ainsi notre part cachée de rêves d’enfant, et nos souvenirs les plus personnels, afin de prendre ainsi et ensemble, le chemin de la récréation, comme si nous étions nous-mêmes de fidèles « Veilleurs » ; car entre nous...

« Les griffures des genoux, et les traits de l’écriture sont de la même essence ; et puis, ce n'est qu'un jeu d’enfant. »


présentation, Hayley SOULED


(1) Pour découvrir quelques extraits de cette œuvre, veuillez visiter la page suivante http://francais.agonia.net/index.php/personals/13986632/index.html et autres.



.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .