agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 3089 .



Promenade automnale
article [ Création ]
Début d'automne...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Nadja ]

2010-09-27  |     | 



Durant cette belle journée d’automne, le doux soleil de septembre brille de ses dernières forces.
Me promenant sur le boulevard, je m’arrête tout à coup et je lève les yeux. Projetée sur le ciel d’azur, la couronne d’un châtaignier est remplie de fleurs. C’est un vrai miracle de voir ces fleurs d’un blanc si frêle parmi les feuilles rouillées.



Feuilles rouillées -
châtaigniers sur le boulevard
remplis de fleurs


Dans le parc central, je m'arrête devant la statue où, depuis son socle de marbre me regarde d'un air triste le poète aux ailes coupées.
Soudain, son poème sur l'automne me revient à l'esprit et la voix de Nicu Alifantis se met à résonner dans mes oreilles;



Emoție de toamnă

A venit toamna, acoperă-mi inima cu ceva,
cu umbra unui copac sau mai bine cu umbra ta.

Mă tem ca n-am să te mai vad, uneori,
că or să-mi crească aripi ascuțite până la nori,
că ai să te ascunzi într-un ochi străin,
şi el o să se-nchidă cu o frunză de pelin.

Şi-atunci mă apropii de pietre şi tac,
iau cuvintele şi le-nec în mare.
Şuier luna şi o răsar şi o prefac
într-o dragoste mare.


Emoție de toamnă chanté par Nicu Alifantis

Emotion d’automne

L’automne est revenu, couvre mon coeur de n’importe quoi
de l’ombre d’un arbre ou mieux encore de ton ombre à toi

J’ai peur, parfois, quand je ne te vois plus
que ne poussent en moi des ailes aigues jusqu’aux nues,
que tu n’ailles te cacher dans un oeil étranger,
qui puisse derrière une feuille d’absinthe se fermer

Alors je me tais et je m’approche des pierres ,
je m’empare des mots, je les noie dans la mer.
Je siffle la lune, je la fais se lever,
et dans un immense amour, se métamorphoser.

(Traduction : Virginia Popescu, Nicole Pottier)





Soleil brûlant -
aucun nuage dans le ciel d’azur
pourtant l’automne


Tout en continuant ma promenade automnale, une autre voix, celle de Tatiana Stepa, d’une clarté cristalline se met à fredonner à mon oreille. Elle interprète également cette transition entre les deux saisons qu’on appelle aussi « l’été indien ». La mélodie mise sur les vers d’Adrian Paunescu est emplie d’une triste nostalgie.

Totusi, toamna

E inca verde iarba pe coline
Si zilele nu s-au scurtat de tot
Si cineva cu-n sac in spate vine
De sus din munti, ca de la un complot
Porumbul are inca dinti de lapte
Albinele se-ngreuiaza-n zbor
Varatec ploua-n fiecare noapte
Si greierii mai canta pana mor

Si totusi vine toamna
Si totusi vine toamna
Si tu o simti si o ingani

Si totusi vine toamna
Si totusi vine toamna
Si, vai, suntem batrani

Cojoacele n-au coborat din poduri
Iubirile n-au coborat din vis
Se coc gutui in foarte multe moduri
A le musca e inca interzis
In clai de fan miroase-a foc de floare
Cerboaicele nu cauta mascul
In aguride pivincerul moare
Mai este pan’ la nunta timp destul


Totusi,toamna chanté par Tatiana Stepa

Pourtant, l’automne

L’herbe est toujours verte sur les collines
Et les jours n’ont pas encore raccourci
Et quelqu’un portant un sac à dos, descend
Du haut de la montagne, comme d’un complot.
Le maïs a encore des dents de lait,
Les abeilles s’alourdissent en vol,
Il pleut chaque nuit comme en été
Et les grillons chantent à en mourir

Pourtant l’automne s’en vient
Pourtant l’automne s’en vient
Et tu le sens et le murmures

Pourtant l’automne s’en vient
Pourtant l’automne s’en vient
Hélas, nous sommes vieux!

On n’a pas sorti les touloupes des greniers
On n’a pas sorti les amours des rêves
Les coings mûrissent de différentes manières
Les croquer est encore défendu
Dans les meules de foin on sent encore l’arôme des fleurs
Les biches ne cherchent pas le mâle
Le sommelier meurt dans le raisin vert
Et il y a suffisamment de temps jusqu’aux noces

(Traduction : Virginia Popescu, Nicole Pottier)

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .