agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 1258 .



Chemins de cris, chemins de craies
prose [ ]
Dans son atelier, Dieu cria l'homme, à son propre cri il le cria ; et le cri fait homme appela sa résonance femme...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Reumond ]

2011-04-24  |     | 




Le cri du sang égale-t-il celui de l’encre ?
Je ne sais pas !

Et pourquoi mon « Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie » (sous la direction de Pierre Bonte et Michel Izard, aux PUF), ne consacre-t-il pas une juste place à la notion de « cri » ?

Je l’ignore !
J'ignore tout !

Seul, mon « Dictionnaire des symboles », de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, chez Robert Lafont, dédie quelques pages au cri sous plusieurs de ses aspects.

Pourquoi un tel oubli ? Un déni ? Presque un délit ! Pourquoi tant de silence autour de tant de cris ?

Les cris colportés par les vents, empiètent-ils davantage sur le champ de « La symbolique » et sur celui de l’art que sur la philosophie pure et dure, ou le cri dans son irrationalité, semble dépasser les marges de l’ethnographie ?

C’est dans la mythologie, où le cri est personnifié sous les traits de Iacchos, que la chair se fait mythe, échos, et dans la même mythologie où le cri est personnalisé couronné de myrte, que le cri devient trait portrait, icône pour les traits d’un dieu, d’un jeune dieu, qui nous parle du verbe de vie.

Chemin de craies, le cri est comme un souffle qui nous renvoi sa proclamation d’amour, un cri qui, passant par le corps des mots, comme flambeau à la main, procède d’une procession de mystères, d’une vitale procession où les maux sont mal avant d’être grâce.

Le cri du sang égale-t-il celui de l’encre ? Le monde est-il un grand cri poussé comme une expansion ?

Exclamations des voix de femmes, gueulement des chômeurs syndiqués dans la rue grise de monde, révolution, cris d’un soulèvement de la conscience, hallalis des literies et des loteries aux abois, pour des chairs en chasse, et des cris bestiaux de bêtes immondes comme poursuivies par le désir, par le cri de l’argent, celui du pouvoir, sonneries de corps où la chair est mise à mal pour être mise à vie.

Ambivalence, des iaî, qui savent se faire cris de joie et aussi cris de douleur, alternativement, tout comme un départ peut dire le deuil ou souligner la joie de vivre ou de survivre au mal.

Cri d’abandon ou de retrouvailles, le cri du sang égale-t-il celui de l’encre ?

Le monde est-il un grand cri poussé comme une expansion de l’Univers, comme un poème, avec un vers unique qui serait « Le Cri » ?

Du couinement discret, cri des bois vermoulus ou trop secs, appeaux des mémoires, anches des parquets aux gémissements des murs qui croulent sous les bombes, cris des hanches courbées et des croupes en furie, efforts, glapissement de verbes monstrueux, onomatopées, racines gréco-latines qui disent l’étymologie des cris, locutions criardes, grognement de bêtes avides de chairs fraîches, hurlements des vents et des marées, cris dans les voiles de l’œil.

Vision audition de plaintes portées haut, à portée des sens, du sens, dans un sens qui semble donné…, ou bien des paroles prononcées fortement à la face du monde, sur un ton très aigu, saillants, comme le sont comme les sommets des montagnes, pour dire, cri d’un buisson ardent, la présence orageuse comme la parole d’un Dieu unique.

Tesson de voix, éclats de voix lactées, cris des alarmes et des sirènes sans fin, cris des appels sans limites, des stress et des détresses, cris de paix ou de guerres, cris des réconciliations ou des disputes, encouragements ou protestations, pleurs ; cris d’admiration ou indignation...

Le cri des larmes et du sang égale-t-il celui de l’encre ? Le monde est-il un grand cri poussé comme une expansion sans fin ?

Iakkado, allégresse, Iakkhos en l’honneur d’Iakkos ou Iakkos, telles les lamentations du prophète Jérémie, Iacchos chair de mot (bene diction), et cris maux (mal et diction) des chairs.

Dans le silence, entendez-vous les braillements ineffables des dernières nouvelles, les criaillements qui montent des forges et les criailleries des cours de récréation, les indicibles clameurs de la matière tordue par l’esprit, les cris d’accouplements, les cris de cris de toutes les folies humaines, de toutes les citations et créations, de toute éternité, à l’infinie…

Le cri n’a pas d’odeur ! Les folies de spermes, sèves, baves, larmes et sangs versés, égalent-elles celles des encres ?

Depuis les origines sans origines,l’Univers est-il un grand cri poussé comme une expansion ?
Une huée de matière vivante ?
Un vrai tollé de la nature ?

Pour réchauffer le cri, ne sommes-nous pas nés pour naître, quel que soit le chemin ou la forme du cri ? C’est la culture à l’état de cris !

Chemins de cris, chemins de traits, chemins de craies…, qu’importe la consistance de la route, sa couleur et sa pente…, qu’importent les multiples brisures de la voie, les culs-de-sac et les nids-de-poule, les dos d’âne et les chaussées glissantes…, ce qui compte, ce n’est pas la voie en elle-même, ni la forme, ni la texture du cri, c’est la source même du cri qui compte !

C’est le pèlerin de la vie, le passager du trait, le passant de la marge, qui fait vibrer le cri. Évidence, me direz-vous, mais c’est pourtant la vérité tout entière, celle qu’il nous restera à évider tout au long de notre vie !

Né pour naître, pour crier, non pas simplement pour « exister », mais né pour devenir, né pour être comme celui qui nous cria homme !

Dans son atelier, Dieu cria l'homme, à son propre cri il le cria ; et le cri fait homme appela sa résonance femme pour faire chambre d’échos ; peau contre peau, ils couchèrent l’un contre l’autre leur testament, comme se couchent les signaux pour faire signes, signifiés ou signifiants, parce que le Verbe était linguiste et que les enfants des hommes étaient les enfants de l’amour et de la réverbération.

Tel le premier cri de l'enfant qui naît, s'inscrit d’emblée, l’air de rien, d’un premier coup d’air, à la croisée d’une résonance déchirante, d’un lien déchiré au lieu d’une déchirure, dans le cadre d'un "parler" familial, c'est-à-dire, d'une langue dite « maternelle », d’un cri de génitrice dans les douleurs d’une création.

Aux cris multiples des parturientes du Monde entier, répond le cri du cosmos en pleines contractions.

Et si le Big Bang Theory (1), était le Grand Cri du Logos, et l’espace même, l’écrit du temps, qu’en serait-il du trait entre toi et je ?

Mélange de tendresse et de mauvais goût, Dieu cria l’homme, par-dessus son épaule, il les cria, assez fort pour que les étoiles l’entendent, entre le brame, le hurlement de douleur et chant de la jouissance brute ; corps contre corps, chairs contre chairs, cuisses contre cuisses, les maux ajustés aux mots.

Pour que la magie ou l’alchimie opèrent, pour tourner la page, faire un trait sûr, avant d'écrire le cri, de la transcrire puisqu'il s'inscrit tout naturellement dans l'ordre du langage, ne faut-il pas transpirer de tout son être ? (2)

(…)


(1) Théorie, étymologie : « Science de la contemplation » , du latin ecclésiastique theoria, mot grec « observation, contemplation », de theôrein « observer » (Robert).

(2) Iconographie du cri (juillet 2001)

Voir site Accordphilo :
http://www.accordphilo.com/article-33285468.html




.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .