agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 1871 .



De la nécessité des figures de style (extraits)
prose [ ]
De la nécessité des figures de style pour explorer en profondeur la réalité. (Éloge de la métaphore)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Reumond ]

2011-04-05  |     | 



Illustration : Notre-Dame-des-Anges (Clichy-sous-Bois)


De la nécessité des figures de style pour explorer en profondeur la réalité. (Éloge de la métaphore)



La métaphore et la métaphysique sont inséparablement liées comme le sont les différents morceaux d'un symbole brisé !

Il y a des perce-neige, des amaryllis-idées qui repoussent les hivers pour mieux engendrer la renaissance, le renouveau à même la peau des jeunes filles en boutons;il y a des perce-pierres qui grimpent aux murs jusqu'aux nerfs optiques, aux mots mêmes, crithmes charnus, ombellifères qui pousse dans les fentes des rochers du littoral, comme les christs poussent en croix. Au pays des allusions, on trouve aussi des alluvions qui viennent des incontinences de l’inconscient collectif, des perce-murailles pour percer le mystère de ce que les murs entendent, et décoder brique par brique, le rebus maçonnique de ce que nous disent les hourdis et les moellons, quand ils s’agglomèrent et se superposent ainsi, pour former des cathédrales ou de bien belles petites chapelles, pour contenir nos rêves et nos mythes.

Source miraculeuse, vierge noire, trois croix symboliques, le Chêne Pointu dans la forêt de Bondy et les marchands, les anges et les brigands...,

Notre-Dame-des-Anges est pour moi un haut lieu métaphorique !
C'est ici, que j'ai eu ce sentiment profond d'être né aux symboles, et d'avoir pu accéder à ce pont, à cet arc tendu entre ciel et terre, ou à cette arche, qui forment, avec toute leur ambivalence, contradiction, pauvreté ou puissance, ce qui seul peut nous permettre d'accéder à une tout autre conception de la réalité.

C’est dans le flou, dans le (la) vague, que l’on discerne le mieux !

Je suis une bande de mots à moi tout seul et quand je me regarde dans le miroir, j’ai l’impression d’avoir bonne mine de crayon ! Le nez juif, l’oreille méditerranéenne, l’œil brun, les cheveux blancs…, j’ai l’intime sentiment d’être une figure de style à moi tout seul !

Ma figure de style me permet de changer de sens ; de me tourner et de me retourner dans le creux chaud de mon lit de rivière, et, vue de dos comme d’en haut, je ressemble trait portrait à la figure complexe d’un miroir aux alouettes, hyper mobile, comme munie de mille petits miroirs à tiroirs, que l'on fait tourner et scintiller au soleil pour tromper les ennemis trop rationnels ; je suis un être fragmenté dans un monde éminemment complexe !

Ici-bas comme à l’intérieur, tout changement de sens donne une perception différente des choses de ce Monde en creux comme en relief.

Mes 65 balais, soutenus par soixante-huit kilos de métonymie grasse à souhait, pour un mètre quatre-vingts de métaphores brutes, tout concoure chez moi à figurer « le style » ; tout en moi, des trous aux tripes, des saillies aux concavités, tout participe du trope !

Autrement dit, j’ai la vessie qui lanterne dans la nuit pour sortir du brouillard épais, et les tropismes qui me guident dans les lumières trop évidentes, il s'agit de figures comme il y a des visages, des piles ou faces ennemies ou amies, par lesquelles on peut faire prendre aux mots, gros et petits, des significations qui ne sont peut-être pas chez eux première, mais qui chez moi font toujours figure de rhétorique.

Parce qu’autour de nous le réel est souvent détourné de son propre sens par les obsessionnels et superstitieux de la rationalité et de l’évidence ; tout chez moi, est prétexte aux métaphores et aux langages allégorique ; et de tour manière (tropos), je suis un cas lourd, pour lequel je vous demande patience et compréhension !

C’est la raison première, pour laquelle, j’ai choisi, dès le berceau, d’abandonner la tétine pour l’antonomase, troquant mes rots sirupeux contre l' hendiadys, avec des mots à moi pour mes maux à mois ; permutant mes borborygmes contre toutes les synecdoques de passage, et mes babils et premiers balbutiements d’humain, pour quelques catachrèses cataclysmiques.

Pour la simple déraison que nul n’ignore que l’essentiel est invisible aux sens, et qu’un grand discernement et un décodage analogique s’imposent toujours à la conscience : Le réel n’est jamais là où nous croyons le voir !

(…)

Asanas et figures de style

Percer le voir (percevoir) est une ascèse !

Les figures de style sont comme des postures de yoga ou même des positions amoureuses développées dans l’espace-temps.

Dans l’expérience littéraire ou plastique, ou toutes les formes épousées, prises et éprises par La Création, les marges s’y déploient comme des berges, elles sont des bords de mer, là où la plage s’étend de long en large comme un chiasme défait, un corps détendu sous le soleil.

(...)

« De la nécessité des figures de style » (Extraits)

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .