agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2500 .



Embrun
poèmes [ ]
extrait - un recueil de 1977

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Reumond ]

2015-10-02  |     | 











Présentation de 1979.

Roland REUMOND est Liégeois d'adoption, depuis plus de dix ans. Originaire du Calvados, il semble avoir conservé de son pays natal, la nostalgie de la " douceur des pommes sûres ", si chères à Rimbaud . Et l'amour, enraciné de la Mer . Roland Reumont - que je regrette de mal connaître, apparaît comme un " cas ". Poète, essayiste, artiste-peindre- graphiste, créateur de musique électronique, la vie entière de cet homme de 34 ans ( " encore " jeune, mais plus tout jeunet , si l'on voit ce que parler veut dire ? ),répond de sa sincérité . C'est un inquiet, en paroles, mais davantage en actions et en ré-actions. Chose rare, à notre époque pourrissante, c'est donc un vivant ! À ce seul titre, il mérite toute notre attention sinon notre respect.

Il cherche visiblement à choquer ou à provoquer, en s'astreignant, par-là, à un néo conformisme peut-être encore plus sclérosé que celui qu'il prétend abolir. Chez cet artiste, pourtant, le goût de l'exhibitionnisme ne semble pas un jeu gratuit, au rebours de trop nombreux bipèdes avachis et hirsutes qui portent, à trois pas devant eux, leur zizi monté en ostensoir-soleil, parce qu'ils n'ont rien d'autre à proposer, Reumond - s'il sacrifie à un snobisme déjà largement dépassé - ne vient pas à nous le cœur vide, ni le cerveau délavé . C'est un vrai Poète, un visionnaire.

La lecture, seule, du recueil " EMBRUN " n'amènera pas forcément le liseur à partager ce point de vue, d'entrée de jeu . Le propos de ce texte est d'esquisser une psychanalyse des origines de la vie sexuelle. Encore qu'on ne distingue pas clairement le rapport obligé entre la Poésie et la psychanalyse, on veut bien l'admettre , à priori . Fallait-il, pour autant, nous embarbouiller de sperme, d'anus, de verges érigées, de vagins baveux et de menstrues, jusqu'à la nausée ? On se le demande !

L'érotisme nous paraît postuler une tout autre élégance et même - ne riez pas ! -une certaine pudeur. Faire remonter les origines de la vie ( sexuelle ou autre ) au mystère de la Mer est logique, orthodoxe et vachement conformiste, pour tout dire, mon cher Reumond. Vous vous donnez, par ailleurs, la coquetterie d'orthographier "La Mèr" voilà une (re)trouvaille qui nous séduit et sert votre propos. On en a découvert d'autres, qu'il n'est pas possible d'aligner céans, faute de place. Exemples : ... L’océan de mon corps se dessèche dans la nuit - … des mots qui sentent la poussière et le sel - … le bateau de mon corps sombre dans la solitude… »

Il y avait là des perles à sauver, ami Reumond , des " galets-roustons " à polir . Savez-vous que vous pourriez, que vous DEVRIEZ être le chef de file d'une génération de jeunes poètes qui cherchent à quoi raccrocher leurs rêves ? L'oserez-vous ? Vous en avez incontestablement l'étoffe et le pouvoir.

Léon Norgez, 1979.



(...)

Raz de marée à la pulpe de mon être
Raz de marée jusqu'au désordre des chairs.

Méchant à torturer les mots
Avec mon inquiétude en gestation
À ouvrir les ventres
Aux nuages du désespoir
Cruel à cribler vos regards
De parfums de gangrènes acides
Et d'évents de langage stérile.

J'aime la vie
J’aime l'Amour
J'aime la Mèr
Tumeur aux yeux bleus
Aux cheveux de varech
Au sein de galets
Aux cuisses ensablées
Aux mille muscles houleux.
Qu’elle en faisande mes instincts de noyé
tellement qu'elle roule son flux aux balcons de mes yeux.

Que la Mèr enflammée à coups d'embrun salé
Me chamarre l'anus et décharge ses mythes.
En des sphères moites et bleues
Elle flux et reflux
Psychique et somatique
Mi-embrun, mi-algues roses
Mystérieuse à outrance
Humide à satiété.
Elle est Mère par le nom et mer
Comme l'eau, par la matière.

Boisson enivrante telle une semence écumeuse
Une sève montante
Un courant intérieur, comme une rivière de sang
Ou plutôt un torrent de sens.
Une vie qui coule comme un frisson
Dans le lit des espaces ;
Gulf Stream de mes instincts,
Fleuve de mes pulsions...

Et moi, je suis pêcheur de mots aux couleurs de métaphores
Pêcheurs d'épaves et de pavés d’émotion salée.
Je suis mousse aux mâts de l'existence
Là où claquent les pavillons du temps et de l'azur.

Rongé de remords
Assiégé de vagues dénudées
Je pense donc je suis l'embarcation du Rêve fait chair
Une barque flasque
Aux rameurs invisibles.

Galère de galère
Et mon navire navigue
Et ma tête chavire
Radeau de la mérule
Et mon corps te cherche
Mèr impénétrable
Océan comme un ciel sans fin
Inconnaissable
Réel sans réalité
Néant et chaos tout à la fois
Air, terre, mer…
Au large des mots creux, je te cherche
Et mes mains ... nagent
Errantes comme vaisseaux fantômes.
Malheur aux mousses qui la cherchent
La Mèr aux yeux-baleines
Et aux mille ouvertures béantes
Comme des horizons livrés à l’œil.
Sur ses côtes mamelues, les corsaires sèchent aux vents
La langue stigmatisée par le verbe fiévreux .
Le sexe rubéfié par le sel-serpent et le ventre percé
De trois mâts lumineux .

Matelots de la Mèr ;
Qui cherchez des "MOTS D'OR" et des langages de "SEL"
Aux rivages inhumains de votre bestialité
Sachez-le
Vous êtes condamnés aux grandes quêtes sans retour
Et aux grandes aventures naufragées.

Je dérive à la folie,
Quand hurlent les tempêtes de Mèr et je m'accroche aux mots
Comme à des bouées fragiles, petit bouchon au bout d’un cordage creux.
L'écume rouge des jours accélère la mort
L’encre sèche au bout des rames
Et les vents noduleux accablent ma voilure.

L'esprit des ondes est là
Déesse des mondes sous-marins mi-femme, mi-poisson,
Mi-dentée, mi- palmée...
Dans tes eaux, j'aime AIMER
À P éblouie
À B violacé
À Z transmuté
À N sanctifié
À V médaillé
À cierge béni
À robinet béant
Outil planté verticalement sur l’horizon
Aux quatre coins du LARGE.

Sous les retombées féeriques des EMBRUNS-Arc-en-ciel
J'offre au vent mes os-cris blancs, comme des roustons-galets
J'offre mes dents de pierre au petit poucet de la fatalité,
car j'en crève de vivre.

Raz de marée
Flux cataractant
Saccade aux étoiles

(...)

ROLAND REUMOND EMBRUN, recueil de 1979 - extrait



Illustration http://ossiane.blog.lemonde.fr/2008/04/20/embruns/

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .