agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Rom�nesti - Romanian Poetry

poezii


 


Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 107 .



Les pompes
personnelles [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Reumond ]

2024-04-04  |     | 



Les pompes, c’est comme la galère, j'ai arrêté de ramer depuis bien longtemps, les rames de papier me suffisent ; pour les tractions des bras, j’ai toujours été un nul, alors, à la force des bras j’ai préféré la force des mots, pour m’encrer davantage dans la vie, tels un gymnaste ou un funambule sur ses lignes fragiles. Là où tout est instable, le porte-plume me sert de perche et d’haltères, pour trouver l’équilibre entre le muscle et les méninges, pour bien peser les mots entre le sens et le non-sens.

Pomper l’encre pour m’ancrer au papier et à l’existence, tel est ma seule pratique sportive. Alors, à coups de pompes et de fraction des mains, avec quelques tractions des doigts, je trace comme un athlète ; j’amorce la phrase, et l’air de rien j’aspire et je refoule dans un va-et-vient quasi cardiaque, et en quelques mots je pompe, je pompe en envoyant des métaphores dans tous les sens, dans le sens même des substantifs qui me permettent de m’encrer au vide, celui des incertitudes, des zones d’ombre, des angles morts et des pages trop blanches… Pour ne pas perdre pied.

Les nerfs entre parenthèses et tous les muscles détendus comme entre guillemets, je m'encre et je me couche sur le papier, comme lors d’une séance de yoga graphique ou d’une session de gymnastique; moulant mes lettres, pliant les mots comme de longs origamis calligraphiés sur un mur de zazen.

De la sorte, sans être trop pompeux et sans juger qui que ce soit, tout en douceur, avec l’amour des mots, la grâce des courbes et la délicatesse du verbe « Aimer », comme dans un subtil jeu de pistons à cursives sensibles, de soupapes (sous pages) analogiques et d’une multitude de clapets de ponctuations et d’images, je ne cesse de pomper avec la bienveillance d’un pompier confronté à l’incendie du monde.

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .