agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Rom�nesti - Romanian Poetry

poezii


 


Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 3518 .



Roumanie multiple, aux paradoxes de l\'espoir
article [ Livre ]
Carmen MIHAI

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [NMP ]

2004-04-30  |     | 



"Roumanie multiple, aux paradoxes de l'espoir", par Carmen Mihai, éditions Autres Temps.

Il a une belle couverture bleu outremer avec une photo du monastère de Moldovita, prise sous un angle insolite et intéressant. A l'intérieur, en frontispice, comme une devise:

AUTRES TEMPS

Temps de vagabonder de mot en mot, de port en port,
Temps d'écouter, de poser son regard, de témoigner,
Et dans le respect d'autrui,
Temps de connaître et de comprendre l'Homme et le monde.


Il y a de nombreuses photos illustrant de courts textes, organisés en chapitres:
-De Dacia Felix à Rômania,-Une histoire de légende, -Bucarest l'orientale, -Argesus, Alutus, -Dans la force des Carpates, -Entre Valachie et Transylvanie, -Transylvanie roumaine Ardeal hongrois..., -Bucovine, parure de la Moldavie, -De ballade en balade, une terre envoûtante, -Frontières réelles et barrières imaginaires, -Partir vers la liberté, -L'histoire appartient à ceux qui la vivent, - Au lendemain de l'espoir.

Je vous invite à le découvrir à travers cet extrait :


Partir vers la liberté (page 78):

Comme tant d'autres gens de la planète, j'ai quitté la terre de mon enfance.
Rien de plus banal.
Derrière moi, le temps a ravivé le soleil brûlant de l'été et le froid perçant des rudes hivers roumains.
La poussière des chemins s'est déposée épaisse sur les éclats nostalgiques d'un cortège d'images m'accompagnant en nuée dans toutes mes pérégrinations...
C'est grâce au départ que l'on s'approche de ce que l'on quitte.
Mon départ fut précipité. D'abord, personne n'y crut vraiment, ensuite, le regard des proches se fit critique, désapprobateur, acéré par la jalousie et la peur de l'inconnu.
La distance et le temps creusent depuis une sorte d'indifférence, nous imposant parfois le silence, l'amertume toujours.
"Sache donc ceci: l'étranger est une ombre qui porte son pays sur le dos" (Panaït Istrati)
Devant moi,
l'avenir fait d'un mélange savant d'insouciance, d'espoir, de rêve et d'obstacles, d'une sincère et durable chaleur humaine, d'amitié.
Etrangère parmi des étrangers, je n'ai jamais autant reçu que depuis mon arrivée en France; je n'avais jamais pu en offrir autant non plus.
Toute ma richesse est là, dans ce partage.
C'est ainsi que je suis arrivée jusqu'à vous.
Vous courez aussi;
vous êtes assaillis par l'information, la technique, le progrès.
Vous avez à peine le temps de peser votre passage.

Regards croisés

Telle une avalanche les questions se sont abattues sur moi, Roumaine égarée parmi vous, amis inconnus et pressés. Le regard vous trahit: vous vivez dans l'immédiat, vous ne faites que passer, une caméra à la main, au travers du triste spectacle du présent roumain. Je m'obstine à vous voir seuls, sans miroir et sans caméra, au détour d'une phrase, vous éloignant des images trompeuses des médias. Je vous attends.
Il était naturel que je cherche, près de vous, mon pays.
Vos paroles, insouciants éclats de verre coloré, tombent sur mon corps, en pluie imprévisible. Mes espoirs sont une cible facile en cette fin d'histoire barbouillée d'un peu de vérité et de beaucoup de probable. Vos yeux fixent sur moi les prémices du chemin proche, mais parallèle au vôtre, et me donnent la chance d'apprendre, près de vous, la patience.
Comment penser qu'en m'éloignant du pays, jamais plus il ne me quitterait ?
Vivre ailleurs que dans son pays ne veut pas forcément dire être déraciné. C'est aussi aller plus loin, ouvrir les yeux sur une réalité plus vaste et dans laquelle on plonge sa propre identité ainsi mise à l'épreuve. On y mesure, à travers une constante comparaison, ce que l'on est.
Devant l'inconnu, nous sommes vus à la lumière intransigeante de la différence. Elle nous projette sur une scène où seule la force de l'humilité peut sauver.
Je m'avance vers vous inquiète et confiante.
Mon pays est riche en humilité. "

Nota bene : la photo qui illustre cet article est celle du monastère de Moldovita. Monastère du XVIe siècle érigé par le voïvode Petru Rares. Les murs extérieurs sont revêtus de fresques. Sur plusieurs registres on peut admirer des centaines de scènes et de personnages allégoriques.


.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .