agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 132 .



La main de mon garçon 24
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-07-19  |     | 



Alves, il avait raison, après déduction de toutes les taxes, si j'avais un autre appartement en Roumanie, des anciens, très petits, mais je mettais tout l'argent sur un compte en Roumanie, juste au cas où je devrais Je rentre à la maison. L'hiver est venu aussi vite qu'il était parti, Savin, il ne fait plus de sport, mais Luis lui a acheté un abonnement, je suis allé avec lui quand j'étais libre, mais surtout quand je ne travaillais pas sur le projet. Tiago, qui me quittait pour d'autres choses que je devais traverser, je voulais finir ça ensemble.
Savin est allée à l'école, avec Veronica, mais aussi avec la fille de Tiago, mais elle a étudié en français, étant séparée de celles qui ont étudié dans la langue locale. Un jour, je les ai conduits à l'école avec Luis, mais Savin a boité un peu, me regardant pour voir si je l'avais remarqué.
- Journée!
- Papa, je suis tombé amoureux de Veronica.
- Veronica?
- Vous voyez, peut-être vous l'aurez!
- Donc?
- Je suis tombé…
- Il est tombé à cheval, c'est de ma faute, l'entraîneur m'a dit de le laisser faire son boulot, mais je suis devenu gros.
- Veronica?
- Oui c'est vrai! Nous étions tous sauf Savin, il a mangé son cul pour rouler.
- Encore?
- Pascal, je m'excuse, mais c'est rapide!
- C'est la même jambe, Luis!
- Savoir.
- Quand?
- J'avais tort, mais le garçon est tellement heureux à cheval.
- Oui, papa, je l'avoue, j'aime beaucoup, mais je dois être plus prudent.
- Non, vous devez être supervisé par des personnes autorisées!
- Luis, il roule très bien.
- Son travail! Après les cours, présentez-vous à Tiago, je vais le laisser vous voir.
- Pourquoi Tereshinha n'est-il pas son médecin?
- Parce que je vais être réprimandé, c'est pourquoi!
- D'accord, mais il le saura auprès de Tiago.
- Faites ce que je vous ai dit.
Sur le chemin d'Alves, j'ai rencontré Morela.
- Salut!
- Pascal, je voulais juste te chercher, je veux un boulot pour Luis.
- Il y a cinq minutes, j'ai rompu avec Luis, pourquoi ne me l'a-t-il pas dit?
- Il a fait un bordel avec Savin," demande Alves, "je viens de lui maintenant.
- Allez, on parle là-bas. Je suis très curieux, quelles boissons il a commandées!
- Oh, oui, je ne veux pas discuter avec toi.
- Sur quoi?
- Il trouve toutes sortes de raisons, Pascal.
- Je comprends. Aller?
- Si tu n'aides pas Luis autrement, d'accord.
- Tu comprends.
Sur le chemin d'Alves, je l'ai fait en frappant la tête de Morela, puis elle a accepté d'aller à Alves, à la villa, au motif qu'elle voulait me montrer comment installer une chambre.
- Bonjour docteur!
- Pascal, bonjour! Qu'est-ce qui ne va pas avec toi ici?
- Nous nous sommes rencontrés en chemin, je voulais te demander, si tu as le temps d'appeler Tiago, peut-être qu'il aura le temps de voir Savin.
- Oui que s'est-il passé?
- Il est encore tombé du cheval.
- O! Ne me dites pas! Luis, je le tue, ce garçon ne me dérange que!
- Oui, laisse ça, tu peux m'aider?
- Si vous m'aidez, je viens de vous envoyer un beau messager à cet effet.
- Dire!
- La femme roumaine que je vous ai dit est dans la langue de Luis arrive, et je ne veux pas les recevoir dans ma villa.
- Très bien, emmène-la chez lui.
- Ce n'est pas possible…
- Je sais, mais grand-mère n'est pas de service…
- Laisse ça à Pascal! Je veux que tu le conduises à la plage.
- Je ne suis pas libre, je travaille demain.
- Ce n'est pas un problème, j'appelle toujours Tiago.
- Je comprends, mais ce serait un problème, si la fille veut me parler, que dois-je faire?
- Écoute, tu l'as dans la tête, Pascal!
- Libérez Morela, elle peut aller se promener.
- Non, oui, tu m'as donné une idée à ce sujet, si je continue d'appeler Tiago, tu ramèneras sa fille à la maison, je comprends qu'il a un enfant pour se préparer à l'opération.
- Son Morela.
- Elle est juste occupée, et tu sais très bien que Tereshinha et moi ne nous entendons pas très bien.
- C'est pourquoi je veux que Savin soit vu par Tiago.
- D'accord, ça reste comme ça.
- Comme vous le souhaitez, Dr Alves.
- De toute évidence, vous étiez contrarié, non? Ecoute, je n'ai pas le droit d'être contrarié quand je dois prendre le sang de Savin!
- L'analyse de contrôle coûte-t-elle cher?
- Vous ne voulez pas savoir, vous n'aurez probablement plus rien sur le projet après un an.
- O! Alors qu'est-ce que tu fais, docteur? Dis-je en mettant ma main sur mon cœur.
- Une analyse.
- D'accord, je vais les prendre tous, donnez-moi s'il vous plaît une semaine de congé.
- C'est fait, contactez Tiago le matin.
- Pourquoi?
- Vérifiez si Savin a besoin de soins spécialisés.
- Tu veux que je ramène Luis ou que je l'enterre dans le sable.
- Ce n'est pas ton genre de…
- Je sais, Tiago est sur
- Puis-je t'offrir quelque chose à boire?
- Je ne sais pas, je pensais diriger Morela, la pauvre femme a proposé d'aider Luis.
- Comme vous le souhaitez, je voulais vous montrer quelques vins locaux.
- Je ne peux pas boire, je conduis demain.
- Tu as raison! Allez, lève-moi la tête!
J'ai conduit Morela à la villa d'Alves, la prenant dans mes bras dès que nous avons fermé la porte derrière nous, mais elle s'est retirée poliment, me demandant la force de son père, dit-elle, ne le sachant plus désormais. C’était à moi. Il n'a pas pris le verre que je lui ai tendu, l'esquivant jusqu'à la bouteille qu'il a mise dans sa bouche, buvant goulûment.
- Je ne sais pas si tu connais le goût, mais c'est la force du label!
- Pascal, pourquoi agis-tu comme un enfant?
- Pas vraiment Je sais, mais si tu veux faire l'amour, tu dois te dépêcher, car bientôt tu ne sentiras rien.
- C'est ce que je veux.
- Oh non! Je pensais que ton esprit venait à l'esprit, mais je vois que tu l'as pris…
- Je vais vraiment changer cette fois et je vais te le prendre.
- Non, non, Non! Qu'est-ce qui ne va pas avec toi Morela?
- Alves, c'est une créature assez décente, mais si tu contraries Tiago, il te coupera en morceaux et te nourrira des requins.
- Quel est l'intérêt de me couper, laissez-moi rompre, pauvres gens!
- Pour le plaisir.
- Je comprends, mais je ne comprends pas ce que tu veux dire.
- Je suis vierge, tu sais si ces fous médecins me mettent sur la chèvre et je vois que je suis parti, qu'est-ce qui se passe! Je m'échappe en me battant, peut-être que je ne sais pas quoi… tu me donnes, crois-moi, tu n'as pas d'échappatoire!
- Oh! Maintenant, je comprends.
- Allez, duvet de textile, je suis occupé!
- Nous ferions mieux de ne pas aller à la plage.
- Après tant d'alcool, tu veux que j'arrête… passe!
Vers le soir, je quittai la villa d'Alves complètement épuisée, passant près de la plage pour me ventiler, et je laissai Morela endormie sur le ventre. Tiago était à la maison quand j'ai emménagé avec lui.
- Qu'est-ce que tu fais, mon garçon?
- Je n'aime pas vraiment le début, mais j'espère que c'est pour ta fille.
- Tu as raison. Savin, il a une luxation d'une plus grande beauté, j'ai déjà commandé l'orthèse nécessaire, et jusque-là, il se tiendra avec son pied en plâtre.
- Cri Key, que ferons-nous si Tereshinha le découvre?
- Laisse-le moi, il est hors de la ville de toute façon, nous mettons celui que je n'ai pas trouvé, j'ai même demandé à Alves de passer le mot à l'hôpital, que je le cherchais, toi et Savin.
- Alors ça veut dire que la promenade avec Luis est tombée, je dois rester avec Savin.
- En aucun cas, je lui ai envoyé une infirmière de l'hôpital, avec qui elle a contacté, ensemble, pour l'horaire de travail.
- Et l'école?
- Et l'école, en cours, sera prise par l'infirmière, après les mêmes cours, seront prises, non sans arrêt, juste les nécessités.
- Je comprends.
- Tu ferais mieux de partir, la fille a l'air plutôt bien, mais pour son bien, je ne voudrais pas qu'elle tombe amoureuse de toi.
- Pourquoi, Dr Tiago?
- Parce que la fille doit apprendre, travailler, pas élever des enfants.
- Ha, ha, ha! Demain matin, nous partons pour…
- Oui, je veux que tu laisses ma fille devant ma villa, parce que tu connais l'endroit, c'est là qu'elle gère.
- Je comprends, docteur.
- OK amuse toi bien!
Je me suis installé chez moi, Savin était déjà enduit.
- Bon père!
- Je vais casser les os de ce salaud!
- Quoi qu'il en soit, ce que j'ai compris de Tiago, c'est que tu étais quelque part beaucoup plus haut que Luis.
- Développez, Savin.
- Je comprends que… Alves, on aurait l'impression de coucher avec Morela, si vous ne saviez pas qu'il y a un conflit de paternité entre les deux médecins.
- Tout ce que je sais, c'est qu'elle est la fille d'Alves, comme le prouve le test.
- Oui, mais Tiago, parce que tout le monde les connaît par peur, par ici, il ne veut pas accepter, car à cause des querelles qui les ont opposées au fil du temps, la fille n'est pas devenue chirurgienne.
- Cri Key!
- Hé bien oui! A propos cri Key!
- Développer davantage, comment avez-vous entendu tout cela?
- Luis, non seulement il est le fils d'Alves, mais le pire, c'est qu'il fait partie de l'élite de Tiago.
- Tu m'as rendu fou, je ne me bats pas contre celui-ci!
- Oui, d'ailleurs, ils veulent prendre son pub, vous le louer.
- Ne dis pas, ça veut dire que je vais bien, ils ne me donneront pas de requin.
- Dans ce cas, peut-être, mais si vous êtes allé à Morela, je pense que vous êtes perdu.
- Jusqu'ici tout va bien, que fait ton pied?
- Il a un fil fracturé, m'a dit l'infirmière, mais il se répare.
- C'est quoi?
- Réparation.
- Je ne comprends plus Tiago, il veut vraiment que je lui monte le visage!
- Père! Je pense que tu es devenue folle, la fille est de Tiago, je pense que tu es folle, qu'est-ce qui te manque, tu as de l'argent, tu as un bon travail, ta grand-mère te donne toujours de la nourriture, c'est comme ça qu'elle est restée en place, tu dois juste dire non, comprendre.
- Il y a quelque chose de sale au milieu, pourquoi veulent-ils me connecter avec Felicia, pourquoi m'ont-ils caché que tu as une fracture?
- Parce qu'ils veulent faire du baïram au bord de l'eau avec toi, c'est-à-dire avec le requin et des morceaux de toi. Réveillez-vous!
- Parlez-moi plus du pub et du loyer.
- Je pense que c'est la meilleure chose dans tout ça.
- Oui, seulement ils veulent me rattraper avec une de leurs filles, pour me forcer à aller au pub.
- Tout ce que Luis a, il l'a fait avec…
- Oui, seulement il n'a pas payé de loyer.
- C'est vrai, il n'a même pas couché avec…
- Ce sont tous des parents.
- Je suis désolé, ne mets pas Felicia dans ta soupe, et Luis, excuse-moi, ce n'est pas un mauvais choix.
- De qui est fait Felicia?
- Avec sa mère, la mère de Morela, alors…
- Je sais que Savin, seulement je ne connais pas la personne.
- Que dites-vous là?
- Rien… Je suis curieuse de savoir à quoi ressemble cette femme, d'où vient tant de beauté, quel est son nom?
- Écoute, tu… connais vraiment les nations, par ici… je dis calme-toi.
- Alors comment faire demain?
- Je ne sais pas, mais tu devrais aller voir Tiago, avec un mot gentil, lui dire que j'ai une fracture, puis le traquer pour trouver des mots.
- Je comprends, mais le résultat est le même, si je couche avec Felicia, il me fait travailler pour osa.
- Désolé, hé!
- Oui, mais j'ai compris qu'ils voulaient vraiment que je socialise avec Felicia.
- La formule ne s'applique probablement qu'à Morela.
- Cri Key!
- Ne me dis pas que tu es allé à f. le fil de l'homme!
- Tu ne m'as pas dit que tu aimais être ta mère, tra, la, la…
- Oui, sauf pour une telle mère, c'est vrai", dit-il d'un ton bestial, tu vas devoir travailler longtemps.
- Mais si Alves, c'est papa!
- Et bien non!
- Papa, le cerveau! Parce qu'il a besoin de temps avec toi.
- Oui, mon père se développe.
- Eh bien… Alves, il a besoin de temps pour son projet, et je n'arrêtais pas de le battre avec…
- Tu ne pensais pas que tu avais assez d'argent…
- Pour soudoyer ici pour un bon post, je pense que cela suffit.
- Développez!
- Je pense aussi à Alves, pensa-t-elle avant moi, et maintenant elle essaie de gagner du temps.
- Tu as peut-être cassé… ma jambe…
- Ne dis pas ça!
- Oui! Parce que je l'ai fait avec des témoins, et le fait qu'il ait surmonté l'entraîneur est frappant.
- Est-ce que je comprends que les trois mois ne leur suffisent pas?
- Peut-être bien, mais ta grande bouche les a prévenus cette fois aussi.
- Dans ce cas, je vais monter sur son visage, puis je lui dirai que je veux participer au projet.
- Ouais, une bonne idée, seulement tu vas nager à tes côtés…
- Tu te trompes Savin, tu oublies que sans parent, tout enfant rentre à la maison…
- Et c'est violé, très beau!
- Tu n'aurais pas dû me dire ça. Où est ta sœur?
- Chez le voisin Tiago, je ne sais pas avec quelle langue il apprend…
- Pourquoi tu n'es pas avec eux?
- Parce que je te ressemble, aujourd'hui j'ai entendu des discussions, mais je n'en étais pas satisfait, j'ai posé quelques questions, le reste tu sais.
- Alors, la conclusion?
- La conclusion, obtenez la fille, vous les rendez folles quand même, puis dites-lui que vous me rendez disponible, jusqu'à la fin du projet, avec un certain pourcentage de l'argent.
- Ce que je comprends d'Alves, c'est que les drogues ne sont pas comme la technologie, c'est-à-dire que vous pourriez les dépenser.
- C'est vrai, j'ai dit que je suis désolé!
- Heureusement que Veronica n'était pas à la maison.
- Tu es obsédée, la fille se soucie de nous, certaines informations viennent d'elle.
- Très bien! Donc je ne vais plus chez Tiago.
- L'homme est conscient que vous vous débrouillez bien pour sa fille, seule la deuxième partie l'accompagne.
- Et si je ne peux pas…
- Tu vas probablement jouer avec Morela, c'est sûr.
- Comment le sais-tu?
- Je comprends qu'Alves et Luis t’aurait vu quand tu étais dans l'océan, mais peut-être que tu apprenais à nager! Bravo à toi, au moins toi, c'est quand même très bien!
- Oui, je n'ai rien fait, la fille a été prise en charge. Je l'ai juste aidée à ne pas se noyer.
- Sérieusement, tu es avec moi maintenant, papa!
- Ils ont probablement…
- Dans l'eau! C'est comme le monde!
- Ouais, je ne lui ai rien fait, la fille est…
- Génial, cri Key! Tu as tout gâché! Nous travaillerons pour eux jusqu'à notre mort!
- Pas Savin! Il ne m'a pas laissé entrer.
- Oh, très bien, mais qu'est-ce que ces gens ont vu?
- On vient de s'embrasser, on s'est tourmenté, c'est tout.
- Oh, ne me dites pas, est-ce l'inverse?
- Quelque chose comme ça.
- Comme c'est cool! Quand la mère de Veronica viendra, je lui demanderai de le faire.
- Tu es fou! Qu'est-ce que ce requin vous a apporté?
- Allez, on se voit dans une semaine! J'apprends, tu n'as pas fini!
- Oui, je vais chercher Veronica.
- Non, ne fais pas ça, tu vas tomber dans leur piège.
- Tu as raison, je vais dormir.
Bien plus tôt que prévu, Tiago est venu à la porte de mon appartement avec Felicia à portée de main.
- Qu'est-ce qui vous est arrivé, Tiago?
- Bonjour, Pascal!
- Oh, bonjour!
- Je vais me faire opérer dans la première heure, donc je vous donne la fille à la réception, voyez-vous la ramener chez moi.
- Oui, docteur.
- J'espère que tu as compris ce que je t'ai dit?
- Oui.
- Alors au revoir, tout le monde!
- Merci! Je l'ai coupé!
- Je n'oublierai pas ça!
- Moi non plus!
- Pascal!
- Tiago! Rentre à la maison Felicia, nous n'avons pas fini avec ton père.
- Je vous ai entendu, les enfants!
- Prends soin de Veronica, mec!
- Oui définitivement!
- Je voudrais boire un verre, Pascal!
- Je n'ai rien, les enfants éparpillent tout ce qui signifie rafraîchissant, bien que l'hiver soit venu, s'il vous plaît, sur le calendrier.
- Pascal, tu as suivi les traces de mon père, détendons-nous, mon garçon! Prenons-le depuis le début, voyons!
- J'ai quelque chose, seulement une partie, toute la boisson est à toi.
- Essayez, vous conduisez quand même!
- Ne te sens pas mal sur la route.
- Pascal!
- Je vois que tu ressembles à ton père tous les jours.
- Tu as l'air stupide. Comment savons-nous à propos de Luis s'il est prêt?
- Allons le voir.
- Commutons maintenant!
- Je pars, tu bois ton verre en paix.
Luis ne s'était même pas levé, mais le Roumain était à sa porte.
- Bonjour!
- Salut étranger!
- Je ne suis pas un étranger. Avez-vous sonné la cloche?
- Je ne dérange pas les clients!
- N'est-il pas un ami?
- Oh oui!
- Quelque chose ne tourne pas rond.
- Qu'est-ce qui ne va pas, mec!
- Comment, restez ici jusqu'à
- Eh bien, c'est comme ça que j'ai été formé.
- Qui t'a engagé?
- Chirurgien, de ce bloc.
- Tiago?
- Oui mec!
- Encore une fois, je ne comprends rien! Qu'est-ce que Luis doit faire?
- Qu'est-ce que tu dis là?
- Rien, finissons-le. J'appellerai, puis je conduirai ici.
À la maison, Savin était dans une discussion animée avec Felicia, qui était rouge comme un cancer, qui ne correspondait pas à cette blonde naturelle.
- Ce petit, s'il te plait…
- Dis-moi, Felicia.
- Rien, cherche une fille, je pense que les hormones sont un peu chaudes!
- Vous dites!
- Oui! Mai, mai, fais-moi hocher la tête!
- Oh, félicitations jeune homme! Savin, il n'a rien dit, il était évident qu'il parlait il avait pris un vilain tour.
- Où étais-tu Pascal?
- Nous allons, mademoiselle!
- Je pensais que nous devions attendre que Luis se réveille.
- Sur terre, je ne pense pas! Peut-être que nous parlons à la grande blonde.
- À qui?
- Au bar de la plage.
- Si vous travaillez à nouveau, vous ne me verrez pas là-bas, pour voir tous les applaudissements vous applaudir!
- Je ne pense pas avoir quelqu'un pour faire des boissons, l'hiver ne fait que commencer, la nostalgie n'est pas réglée.
- Bien! Autant que je sache Rui, il donnera une rumeur selon laquelle vous êtes venu là-bas, je n'ai pas vu un homme plus calice, son père le consomme pendant toute la saison et il n'est toujours pas satisfait.
- Aller?
- Allons! Et toi, petit, tu m'approches dans environ cinq ans.
- Tu seras une vilaine vieille alors!
- Espèce d'idiot, tu vois Pascal!
- Je l'entends, allez Felicia, c'est juste un gamin, il est juste un peu maltraité, mais c'est tout.
- C'est ce qu'il m'a dit, que la fracture n'était pas accidentelle, comme elle avait été commandée par mon père. Les effrontés, après tout ce que mon père fait pour.
- Je vais certainement lui rendre son service, Felicia!
- Qu'est-ce que tu dis là?
Je l'ai tenue comme ça à la porte de Luis, qui est monté silencieusement dans le dos, à côté de son visage, sans dire un mot.
- Que fais-tu, cousine, cette fille a mangé toute ton énergie!
- Ne fais pas preuve de tact, il a pris ma vie privée, il semble que mon père ne soit plus en charge de sa vie non plus.
- Que dites-vous là?
- Rien, Felicia! Ravi de vous voir, j'espère sincèrement revenir en pensant que vous êtes…
- Oui, quel homme j'ai!
- Rien.
Bien sûr, à mon amusement, la querelle a duré jusqu'à ce que Luis arrive à la porte, où je l'ai laissé avec son roumain, lui disant de réserver ma cuisine, en riant. Je passai devant la taverne de Rui, m'arrêtant comme j'avais convenu avec Tiago devant sa villa.
- Tu n'as pas dit que tu m'as honoré?
- Je n'ai pas d'argent, tu sais très bien pourquoi, mais tu ne te vantais pas que ton père a quelque chose en tête, ici…
- Bien, bien! Emmène moi chez toi!
- Ne pas.
- Qu'est-ce que tu as Pascal?
- Je ne peux pas conduire, Luis me verrait, puis son téléphone fonctionnerait, et je serais le boulot de ton cousin.
- Quel cousin, Pascal?
- Je suis désolé, neveu de ton père.
- D'accord, nous allons chez Rui, mais si vous ne pouvez pas vous rendre au travail, vous avez foiré avec moi, asseyez-vous et lavez la vaisselle jusqu'à ce que vous payiez tout!
- Allez, Rui.
- Maintenant peut-être que tu ne bois pas, tu es tendu, quelque chose d'horrible Pascal, s'il te plait sois plus détendu.
- Trop bien, mademoiselle!
- Vous voyez, c'est possible!
Je lui ai donné mon bras, en me baissant un peu, par courtoisie, et Felicia riait de la mère de feu, à côté de moi, sur le sable doux et agréable. Rui, il nous a reçus avec des câlins, je pense qu'il a sauté la barrière, parce que Felicia n'a pas vraiment regardé quand il l'a serrée dans ses bras, ce qui m'a fait penser que son neveu lui avait rendu visite, récemment, ils étaient trop tout évident.
- Rui, je dois te dire, je ne travaille pas ces jours-ci, donc tu ne traînes plus avec moi, ça fait mal.
- Tu as chaud?
- Quelque chose comme ça, mais dans un autre sens.
- Ne t'inquiète pas, vieil homme Tiago, c'est tout ce que j'ai dit d'entendre, il m'a payé un montant à l'avance pour ne pas te mettre au travail, d'ailleurs, tu peux commander comme si tu payais, si tu comprends ce que je dis.
- Très bien, je n'ai encore rien mangé, mis du veau au travail.
- Quoi, quoi, quel veau?" Je viens de dire que je vous honore, Pascal! Je n'ai pas opéré ces jours-ci pour donner.
- Ne t'inquiète pas, je paierai!
- Que dites-vous là-bas, vous n'avez pas d'argent, pas de diesel!
- Je vais laver la vaisselle le soir, mais j'ai faim maintenant.
- Eh bien, espérons que votre ventre est plein, cela vous rend plus diplomate.
- Je n'ai pas bien entendu, pourquoi avez-vous besoin de diplomatie!
- Laisse le! Donnez-moi une vraie force, Rui.
- Quatre-vingt-dix degrés.
- Pas même comme ça, bougeons, apportons un double aux roumains, ça vaut le coup! Felicia a dit, dans un dialecte je ne parlais toujours pas.
- Rui, j'espère que tu ne plaisantes pas! Dis-je en anglais.
- J'aimerais bien, mais Felicia connaît très bien la langue.
- Eh bien, je voulais vous montrer que je connais une autre langue.
- Heureusement qu'il n'a pas pris le français, Pascal.
- Tu ne sais pas non plus!
- Je sais quelque chose, oui je n'aime pas dire, je suis trop puant.
- Aha.
Felicia était toujours tendue, alors nous avons pris nos verres pleins, la tirant légèrement vers l'océan.
- Dis-moi Felicia, que veux-tu maintenant?
- Pour être libre, je veux faire ce que je veux, même si je veux toujours les opérations avec mon père.
- Pas Felicia, maintenant?
- Oh, peut-être que ta présence devrait me rassurer, mais mon père a continué à en faire, pour ne pas le dire, et cela m'a rendu tendu.
- Comment savez-vous qu'il les a faits?
- Oh, Savin! En plus de ça, il est venu vers moi, s'il a vu que ça ne tenait pas, il m'a aspergé de toutes sortes de…
- Permettez-moi de comprendre que vous êtes complètement innocent de tout ce processus.
- Pour donner!
- Seulement ça?
- Pascal, comme j'aurais aimé continuer la phrase en français, après ce nom.
- On m'a aussi dit.
- Le sable est froid à cette heure, j'aimerais pouvoir m'asseoir.
- Oui.
Nous avons commencé à boire, mais comme Rui était sur le point de m'appeler bientôt, nous avons abandonné toute discussion, finissant nos boissons, jetant un coup d'œil l'un à l'autre, retournant au pub à temps. Rui nous attendait à table avec deux beaux steaks, entourés de toutes sortes de fruits de mer, juste pour que Felicia ne refuse pas. Q Finalement, après avoir perdu son sens, elle a accepté le steak, réalisant probablement qu'il serait payé par son père. Une nouvelle promenade au bord de l'océan m'a tellement réconforté, j'avais pris des forces, même si j'aurais préféré du vin, mais j'ai respecté le souhait du chirurgien, qui a dit qu'après le repas tu avais une force, c'est très bon.
- Pascal, pourquoi une personne qui peut avoir une femme sur ses pieds marche avec une folle comme moi?
- Attends une minute, tu es au courant et tu ne veux pas changer, je ne comprends rien!
- Je n'ai même pas à le faire, bien sûr je ne m'en rends pas compte, il a mis cette phrase dans ma tête, je ne crois pas vraiment tout ce qu'il dit.
- Tu m'as rassuré.
- Tu me fais peur, pourquoi dis-tu ça?
- Si tu ne continuais pas la phrase, je te sauterais dessus tout de suite.
- Oui, Rui nous aurait vus!
- Oui.
- Si vous continuez à faire ça, je vais vous assommer, je n'aime pas ce mot."
- Oui!
- J'espère que c'était la dernière fois!
- Oui!
Elle m'a sauté dessus, m'a jetée au sol, m'a giflée avec ses belles paumes, je riais de la mère du feu, mais elle était sérieuse, j'ai regardé le pub de Rui, voyant qu'il espionnait très bien tout le travail, je me suis calmé et je suis sorti de dessous, me secouant, remarquant en même temps un endroit plus isolé derrière des rochers noirs, mais il n'y avait aucun moyen de la tirer là-bas, alors je l'ai tirée à la taverne de Rui, où elle a dû se calmer. .
- Je me retire chez Luis. Merci pour la force!
- J'espère que tu ne prends pas la voiture!
- Pas du tout, la voiture y reste. Repos agréable! Je comprends que vous n'avez plus de travail sur ces opérations.
- Je te guide.
- Où, Luis, pas du tout!
- Je veux m'assurer que tu ne prends pas la voiture!
- Voici comment nous procédons, je vais à la voiture chercher des bagages, puis tout le monde en route, comme ton père l'a dit.
- J'accepte!
Je suis arrivé à la voiture en faisant toutes sortes de scénarios, parce que je voulais me séparer de Felicia dans les meilleures conditions, pour ne pas donner de signaux négatifs à son père.
- Très bien, somnolent Felicia, rentre chez toi en paix!
- Écoutez, n'est-ce pas mieux de boire quelque chose?
- Je ne bois pas dans la voiture.
- Je sais, tais-toi, une idée m'est venue!
- Felicia, je pense qu'on a assez bu ensemble, on va se reposer, chacun chez lui.
- Écoute, tu te moques de moi, Rui m'a dit que tu buvais des rubis, donc tu as peur de moi, tu es fou…
- Arrête de dire ça, Felicia. De toute façon chez Luis, je ne vais pas avec toi, l'homme est avec sa petite amie, ça ne peut pas être!
- Peut-être que cela ne nous dérange pas Pascal, comment savez-vous que je ne l'aime pas en commun?
- Oh, non, tu ne peux pas, cette fille est dans un style différent.
- Peut-être que j'aime ça, Pascal!
- Écoute, si tu veux y aller, je vais faire mon lit de sauvetage et m'allonger un peu.
- Oh, je suis devenu si modeste, si émotif, papa a dit que tu étais un animal très dangereux, soyons prudents!
- Je ne veux pas être avec Luis.
- D'accord, je ne sais pas si mon père a du vin dans cette maison, je suis sûr que tu n'en veux plus.
- Exactement, sauf que nous n'avons pas de clés.
- Qui a dit?
- Eh bien, nous ne briserons pas la beauté de la villa.
- Écoutez, aidez-moi à monter la clôture, je veux ouvrir la boîte aux lettres.
- Comme vous le souhaitez.
J'ai pris cet ange dans mes bras, il ressemblait à un flocon, ce qui m'a caressé agréablement, mais le pire est arrivé quand je l'ai posé, il avait les clés en main.
- Tu vois!
- Je vois, je l'ai un peu confondue!
- De quoi tu parles là-bas? Nous entrons, buvons son verre et partons!
- Ce n'est pas possible…
- Non, Pascal! Tout est moka!
- Pour toi oui!
- Tu marmonnes encore, allez! Ah ce que j'aime, il ne me laisse jamais ici, et aujourd'hui il opère toute la journée, il ne peut pas nous attraper!
- Il ne fait pas!
- Il n'a donné la clé à personne!
- Je ne suis probablement personne.
- Oh, tu dois tout gâcher! Entrez, vous connaissez les lieux, non!
- Oui, je les connais.
- Et un peu, j'étais quand j'étais petit, maintenant on va la déranger.
- Comme tu dis.
Bien sûr, j'ai réfrigéré dès que je suis entré, mais je n'ai pas été un peu surpris quand j'ai vu d'énormes assiettes de fruits de mer, et les boissons les plus raffinées étaient là. Je pris une bouteille d'Absinthe et me jetai impassiblement sur le canapé.
- Arrête, j'ai dit viens!
- Juste une bouchée!
- Non, donnez-moi la bouteille, laissez-la à sa place, buvez la dernière bouteille de vin.
- D'accord, sers-moi Felicia.
- Droite!
Des verres à vin, avec des jambes énormes, nous avons apprécié ensemble, le meilleur vin, mais il semble qu'il allait avec la même vitesse, à la tête, quelque chose que j'attendais de la force, que j'ai commencé à mettre la main sur son corps Felicia, debout comme une pierre en regardant ma main, souriant froidement.
- Je ne t'opère pas, je te caresse juste un peu.
- Je ne sais pas si tu sais, mais je suis la fille de Tiago, mec!
- Et?
- Je ne veux pas que le fou me contrôle, et puis…
- Oh, une autre folle!
- Que dites-vous là, Pascal? Si tu me réchauffes, nous le faisons comme je veux, vieil homme, juste parce que je ne peux pas te refuser.
- D'accord, allons travailler, je meurs ici à côté de toi, tu es tellement appétissante.
- Maintenant, je vois à quoi ressemble Savin.
- Eh bien, si vous allez vers lui, apprenez-lui comment le faire.
- Que dis-tu là Pascal, parle de toute ta bouche, ton portugais, elle a commencé à m'ennuyer, parle anglais si tu ne peux pas.
Bien sûr, j'ai fait le même amour atroce que j'ai fait avec la veille, juste parce que je ne savais pas que ça allait arriver. De toute cette histoire, Felicia en est ressortie la plus satisfaite, je me suis assise sous la douche, jusqu'à ce que Felicia vienne me chasser.
- Pascal, tu es vraiment l'étalon, qui serait ici.
- Eh bien, je pense que Luis a aussi ce traitement, donc je n'ai rien perdu.
- Pourquoi tu dis ça?
- La roumaine, elle dit qu'elle garde la foule, uniquement pour son mari.
- Oh, comme c'est gentil, on le fera ensemble le soir.
- Tu n'es pas l'inverse, n'est-ce pas?
- Maintenant, je voudrais faire de mon mieux.
- Ha, ha, ha! Tu ferais n'importe quoi pour tromper Tiago, ce n'est pas beau!
- Où avez-vous deviné?
- Je suppose que oui, mais pourquoi ne t'assois-tu pas dans une des chambres de ton père, nous essayons de le préparer et de le faire.
- Peut-être que je vais m'échapper, mais tu es sûr d'arriver aux requins.
- A bientôt, viens dans la chambre!
- Après la nuit avec Luis, je vais te donner la réponse.
- Tu m'as rendu fou, viens vers eux!
- Quoi qu'il en soit, j'ai entendu qu'il cuisinait très bien.
- Oh oui! Rui, c'est un petit enfant à côté de lui! Faites des fruits de mer, vous ne pouvez pas vous en séparer.
- Très agréable.
Nous sommes arrivés à midi, Luis était sur la terrasse et sa petite amie était probablement dans l'eau.
- Salut Luis! Pourquoi est-tu agacé?
- Eh bien, probablement pour la même raison que toi, seulement je vais un peu mieux, de toute façon je ne peux pas faire aussi bien avec le roumain, pour ne pas me faire de reproches.
- Eh bien, je n'ai pas raison?
- Oui! Je ne sais pas ce qui ne va pas avec cette femme!
- Yaritza, si elle était à la maison…
- Ouais, c'est juste qu'il m'a en quelque sorte abandonné ces derniers temps.
- Je te crois aussi, que ferais-tu si ton train passait sur ton cul?
- Ha, ha, ha!
- Que fais-tu, cousin?
- J'ai faim, Luis!
- Je vais cuisiner tout de suite.
- Où est votre copine?
- Dans la chambre, elle est fatiguée de la route.
- Où il vit?
- À Porto.
- Aha, je vais prendre un bain.
Il enlève tous ses vêtements devant nous, les jette sur une chaise à table et part joyeusement pour l'océan.
- Qu'as-tu fait pour la rendre si heureuse?
- Rien, qu'aimeriez-vous faire à la femme roumaine.
- Je vois, à l'envers?
- Je ne sais pas, d'autant plus que je ne reconnais rien.
- Comme tu veux, mais si Tiago la voit, heureuse comme ça, il la mettra certainement à l'épreuve.
- Sachez que maintenant vous m'avez rendu curieux, je veux voir comment les tests sortent sur la citrouille.
- Ha, ha, ha! Comme tu es drôle! Faisons-nous de la nourriture?
- Nous faisons Luis.
Tant de fruits de mer au même endroit, je n'en ai vu que sur les marchés aux poissons, comme s'il y avait moins de variétés. Bien sûr, je viens de me laver, et le maître a mis des épices sur eux, les chauffant après la course.
L'un est parti dans l'eau, mais deux sont revenus pour rentrer, nous étant dans la cuisine, nous n'avons pas remarqué quand la Roumaine est entrée dans l'eau. Ils se sont réunis à la main, nus, les Roumains un peu plus bronzés, et Felicia, seulement rouges au contact de l'eau qui n'était plus comme en été.
- Oh, quelle belle photo! Dit Luis avec son tablier. Presque fixe, j'en ai un peu jusqu'à la fin, prends une douche en attendant.
Je l'ai mangé dans une atmosphère de joie, chacun curieux de ne pas savoir quels escargots, plus ou moins sur la table, après quoi j'ai tout arrosé avec un très bon vin sec, qui semblait y coller. Luis a pris sa petite amie par la main et s'est retiré dans la chambre à côté de la salle de bain, comme je lui ai demandé du faire, et Felicia, me regardant longuement, les a suivis sans rien dire, mais Luis a hoché la tête. Je les suis.
Les filles ont commencé à travailler devant nous, nous n'étions que des spectatrices étranges, chacune dans un coin du lit, comme les coachs des boxeurs. Tout s'est bien passé, jusqu'à ce que le Roumain me tende la main, Luis, la regardant avec colère, mais aussi Felicia. Je me suis impliquée, mais son dos semblait un peu différent de ce que j'avais fait auparavant, alors j'ai laissé Luis, une partie du corps magnifiquement harmonisé de Felicia, la réchauffer. C'était un tourment pour Caterina, parce que c'est comme ça que Luis l'appelait, pour parler oralement à ce poteau télégraphique, mais à la fin elle a tout divisé en deux avec Felicia, qui m'a tiré derrière elle, maintenant finalement satisfaite de ce que j'avais trouvé. Felicia a essayé de pousser ce poteau à l'envers, mais a échoué, mais Caterina a finalement satisfait Luis, qui a crié comme un fou pendant que Felicia l'a embrassé de feu.
J'avoue que maintenant étant la deuxième expérience comme celle-ci, je l'aimais beaucoup plus, mais comme si je voulais autre chose, je voulais vraiment aller à Yaritza, mais cette femme ne coucherait pas avec moi, l'été était terminé et les incendies de la Faculté, ils avaient commencé.

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .