agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 123 .



La main de mon garçon 21
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-06-24  |     | 



Avec tant d'amis, pires ou meilleurs, autour de moi, je me sentais si seule. Rien n'aurait été mieux qu'un câlin chaleureux d'une femme aimante qui prendrait le dessus sur tous mes sentiments négatifs dont je ne pouvais pas me débarrasser. Maintenant, je voulais cette tendresse, pas seulement parce que je la devais à quelqu'un, j'en avais vraiment besoin alors. Même si je n'avais aucune raison de me sentir de nouveau fou, je n'ai jamais rêvé de ma femme, mais elle était là avec moi, elle comptait mes pas, je sentais que chaque changement dans ma vie était soigneusement compté par elle, Je ne pouvais pas me tromper, je m'occupais de son bébé. J'espère qu'elle ne discute pas avec Cecilia, car elle m'a aussi protégée, j'avais sa fille, son dernier souhait a été exaucé.
Yaritza, avait donné naissance à un garçon, que je verrais lors de la présentation de nos projets à Paris. Le problème était qu'elle entrait dans la session, ce qui signifiait qu'elle travaillerait beaucoup avec son homme riche, qui je pense ne pouvait plus tenir dans ses plumes.
Savin, je l'ai amené à l'appartement, il est allé à l'école avec la sœur de Veronica, je pense qu'il a maintenant appris sa leçon, mais il a promis de rester en contact avec l'infirmière de l'hôpital. Maintenant, nous étions tous, beaucoup plus proches de mon travail, de mes projets, surtout de l'autre travail avec Luis, il avait oublié que j'étais payé pour lui faciliter la vie et il est devenu ami avec Savin, qu'il a sorti en ville, mais surtout aidez-le à faire ses devoirs.
Tiago était toujours préoccupé par le violeur de Veronica, disant qu'il ne pouvait pas dormir avant de l'avoir castré. Alves espérait ramener sa famille à la maison avec nos plans, mais le plus dur était qu'il n'avait toujours pas de fin à l'histoire du requin.
Avec Morela, je suis resté ami, je ne pouvais pas marquer une fille dont le père était Alves, sans que toute l'histoire soit sérieuse. Quelque chose me tenait en place avec cette femme, j'étais comme déconnectée de la réalité quand j'étais avec elle, je ne pouvais que penser correctement, elle avait une douleur marquée en elle, qu'elle ne pouvait pas oublier, mais surtout ne pouvait pas partager.
J'étais libre, en hiver, l'eau était beaucoup plus agréable. J'ai emmené Savin à Luis pour faire Je ne sais pas quel projet à l'école, prendre les clés de la villa de Luis, je suis allé seul à cet endroit pour me calmer, j'étais tellement fatigué, tous ces événements, comme ils étaient sans fin, mais maintenant prêts, j'avais un bon parcours, j'attendais le moment de faire le pas chez moi, mais quelque chose me tenait en place, je ne pouvais pas changer le cours de la vie, avec toute ma résistance. Je suis arrivé à midi, j'ai laissé la voiture devant la maison et je suis allé à la taverne qui était plus loin dans la vallée depuis la villa de Luis. La musique était en sourdine, le sable sous vos pieds vous faisait sauter de bonheur, j'ai commandé une force de soixante-dix degrés, en posant facilement des questions. Le barman était un énorme blond aux gros cheveux qui décrivait cet énorme visage, il parlait un portugais que je pouvais à peine comprendre, et bien ce n'était pas celui de Tiago. J'ai expliqué que j'étais un ami de Luis, que je restais avec lui.
- Ah, tu es le barman qui a travaillé pour Luis?
- Oui, il.
- Luis m'a parlé de toi, l'homme a fait un chariot avec toi.
- Mai.
- Pascal t'appelle, non!
- Oui toi?
- Rui, excusez-moi!
- Joli nom.
- C'est plutôt rare ici.
- Je ne sais pas, je viens de Roumanie.
- Savoir. Pascal prend place.
- Je veux sentir ce sable, c'est merveilleux avec la musique, l'océan est calme, pas de vent.
- Êtes-vous un artiste?
- J'espère que je! Je ne passe pas seulement un mauvais moment.
- Écoutez, vous avez une tache de tristesse, mec.
- Ha, ha, ha! Où?
- Buvez votre boisson, elle se réchauffe.
- Écoutez, pourquoi ne fermez-vous pas en hiver?
- Je ne peux pas. Je mourrais chez moi un, et le second, tous mes clients sont ceux avec les villas autour de moi, ceux comme vous, qui veulent se débarrasser des problèmes de la ville. Que fait ton garçon?
- C'est bon. Maintenant, il fait ses devoirs avec Luis.
- Un traitement hospitalier très agréable et coûteux, m'a dit Luis.
- Oui.
- Écoutez, vous manquez le comptoir du bar?
- Pas vraiment.
- Tu peux peut-être nous faire quelque chose de bien.
- Je ne sais pas, tu as peu d'assortiments là-bas.
- Eh bien, la plupart d'entre eux sont sous le comptoir, pour les prendre plus facilement. Viens s'il te plait!
- Peut-être plus tard dans la soirée, quand il y aura plus de spectateurs.
- Très agréable. Avez-vous faim?
- Ouais, je ne sais pas quoi manger, je n'en ai pas envie.
- Pas même après le malheur de le boire.
- Non.
- Je vous honore avec un steak de boeuf, je viens de l'apporter.
- Peut-être plus tard.
- Eh bien, c'est fait plus tard.
- Bien.
- Écoute, tu vois cette blonde seule, elle est comme toi, perdue, je ne sais pas ce qu'elle a, elle ne s'accroche à aucun homme, peut-être la fais-tu tomber malade.
- Elle est roumaine?
- Non, un mélange français.
- O! Je ne connais pas le français.
- Je ne pense pas non plus, nous parlions de parents, Pascal.
- Oh je vois. Je connais aussi quelqu'un qui a une formation en français, il connaît beaucoup de langues.
- Oui, il y en a un qui a une villa ici, un peu plus loin dans la vallée. Il ne vient pas très souvent, très rarement, il est toujours préoccupé par quelque chose, comme s'il disait qu'il avait oublié la nourriture sur le feu.
- Quel est son prénom?
- Tiago, je pense.
- La villa avec des pins est-elle en face?
- Oui, magnifique! J'y ai déjà servi. Nourriture, boisson, tout. Je n'ai jamais vu un g blessé si joliment, tout a bon goût, mais quel dommage que cela vienne très rarement.
- Je comprends.
- Est ce que tu le connais?
- Je ne sais pas si nous parlons de la même personne, mais je peux la connaître.
- Bien, bien! Allez, va voir la blonde, je lui signale que tu pars.
- Je ne sais pas quoi dire.
- Tu n'as pas d'échappatoire, elle vient, désormais tu l'as confondue!
- Salut! Felicia, je m'appelle toi?
- Pascal.
- Pourquoi es-tu sombre?
- Juste fatigué, mademoiselle.
- Montré! Vous pesez et maintenant vous vous sentez épuisé.
- Quelque chose comme ça.
- Danse?
- Je ne sais pas.
- Ha, ha, ha! Moi non plus!
- Eh bien…
J'ai dansé avec une femme magnifique, qui avait de la chair blonde dans sa chair, des yeux bleus curieux, ils mangeaient vos yeux, et le feu en elle semblait s'éteindre récemment. Son corps était mince, bien arrangé avec sa tête et ses longs cheveux joliment arrangés.
- Tu as dit que tu ne savais pas danser!
- Tu ne vois pas, je ne sais pas.
Je lui ai pris la main et l'ai traînée vers l'océan, sur le sable doux, par petits pas de danse. La musique était à peine audible, mais c'était suffisant pour moi, comme si j'avais commandé ce son. Nous nous sommes assis sur le sable doux et avons regardé l'eau turquoise clair.
- Je suis après…
- Ne me dis pas, laisse-la là.
- Qu'est-ce qui ne va pas chez toi, tu as l'air si fatigué.
- Oui, je suis peut-être fatiguée, mais je n'ai pas eu de femme depuis longtemps, c'est peut-être pour ça que je ressemble à ça.
- Je n'ai pas eu de mari depuis longtemps non plus, mais je n'en ressens pas non plus le besoin.
- Pourquoi, tu ne le sens pas, tu es juste jeune?
- Je ne sais pas.
- Êtes-vous local?
- Oui, par alliance, mon père est français, ma mère ici.
- Pourquoi ne restes-tu pas avec ton père en France, peut-être que la vie là-bas te ravira.
- Je ne peux pas rester là-bas. Quoi qu'il en soit, je ne lui ai laissé.
- Oh, ne me dis pas que son nom est…
- C'est un bon docteur, mais…
- Ce serait trop!
- Qu'est-ce que tu dis là? Papa travaille dans un hôpital… en ville…
- Oh, très gentil, tout le temps?
- Oui, il vient ici parfois. Il a une villa dans ces parties.
- Je comprends. Ils ont besoin de vous voir de temps en temps.
- Oh, il ne me connaît pas vraiment, il a un ami à l'Institut, il fait des quarts de travail, c'est un chirurgien.
- Je comprends, et maintenant je devrais faire de la magie, te dire le nom de ton père.
- Pouvez-vous vraiment?
- Qu'est-ce que j'obtiens, si je l'obtiens.
- Je ne sais pas, je t'embrasserais, mais c'est trop tôt.
- Est-ce que je peux?
- Quoi qu'il en soit, quelle chance de deviner! Oh pourquoi pas!
- Je dis ferme les yeux, donne-moi le baiser à partir de maintenant.
- Tu n'as aucun moyen de connaître mon père!
- D'accord, ferme les yeux, car dès que je dirai le nom, tes lèvres rencontreront les miennes.
- J'ai commencé à aimer le jeu, je me fais prendre.
Ses yeux magnifiques se fermèrent, et ses lèvres chaudes s'accrochaient aux miennes, comme si j'étais dans un autre monde, s'enfonçant dans cet étranger.
- Oh, tu n'es pas honnête, Pascal! Tu as volé mon baiser!
- Je le suis, mais je ne voulais pas le perdre.
- Non, vous ne connaissez pas le nom et vous avez terminé!
- Tiago.
Elle attrista aussitôt, se levant de moi, son visage jusque-là magnifique, il devint de travers, c'était clair, le souvenir de Tiago, ça ne lui fit pas grand bien, d'ailleurs j'avais proposé de l'embrasser, mais je n'ai pas vu la réaction depuis . Je me suis levé et je l'ai attrapée par le milieu, mais elle a retiré ma main.
- Il t'a envoyé?
- Ne pas.
- Oui! Il le fait toujours, il me contrôle!
- Tous les contrôleurs vous ont-ils embrassé?
- Personne.
- Tu vois!
- Tu t'appelles Rui, il te serre la main.
- Manger?
- Ne pas. Je veux rester ici un moment.
- Quoi qu'il en soit, j'étais prêt à croire qu'Alves était ton père au début.
- Parlez-en plus tard, allez refroidir le steak.
Un steak aussi gros que tous les jours m'attendait avec une bouteille de vin, des choses que je ne pouvais certainement pas me permettre, alors j'ai demandé une fois de plus, après quoi j'ai continué. J'étais tellement optimiste que je mangeai goulûment, et Rui, maintenant qu'il ne savait pas quoi penser, jeta un coup d'œil à Felicia, près de l'océan, qui semblait sûr de pleurer.
- J'espère que tu n'as pas de problèmes Pascal?
- Oh non! Reste calme Rui, j'ai vécu avec les meilleurs médecins, je n'ai pas eu de crise depuis, je vais très bien.
- Luis, il m'a parlé de tes crises. Je ne veux pas que notre fille te déclenche.
- Oh non! Se détendre! Écoutez, où vit-il?
- Elle a une maison modeste en bas.
- Oui, qu'est-ce qui fonctionne?
- Oh, professeur, pour les enfants en difficulté, nous avons un centre près de chez elle.
- Je vois, mais pourquoi ne reste-t-elle pas avec ses parents?
- Oh, je ne sais pas, ce que je comprends, c'est qu'ils sont français ou quelque chose, la distance, tu comprends.
- Oh, comme Tiago!
- Eh bien, c'est un homme différent, le français c'est vrai, mais mon avis est que…
- Écoute, tu sais quelque chose sur sa femme?
- Je sais qu'elle est morte, elle a quelque chose à voir avec la petite fille maintenant, des problèmes à la naissance, mais je ne suis pas sûr.
- Aha, donc elle n'a plus d'enfants?
- Oh, s'il n'a pas de problèmes, il en a, il a emmené une roumaine avec une petite fille pendant un moment, oui attends, j'ai entendu dire que la petite fille est maintenant sous ta garde.
- Donner. Parfait!
- Tu vois, ici au bar, on entend tout, mais Felicia, elle nous échappe à chaque fois qu'elle parle à un garçon, elle prétend la suivre de ses parents.
- Oui! Il m'a dit la même chose.
- Dommage qu'elle soit une femme extraordinairement belle, je ne pensais pas qu'elle regarderait une blonde éclatée comme moi, mais toi non plus, même moi je te regarderais Pascal.
- Magnifique, blague!
- Bien sûr, je n'ai pas franchi la clôture, Pascal.
- Fo beaux-Arts.
- Écoutez, vous feriez mieux de nous faire une démonstration, peut-être que Felicia est amusée.
- Je ne pense pas, mais nous essayons.
La première commande a été faite par quelques personnes âgées, mais j'ai immédiatement commencé à mettre la main dessus, car Rui n'était pas en vain, il m'a fait correspondre avec de la musique. Felicia, me regardant de loin, semblait amusé par mes silhouettes avec les bouteilles, mais surtout par les couleurs des verres assortis à toutes sortes de fruits, ce qui ne manquait pas à Rui, d'ailleurs, il le coupait aussi en un À ce moment-là, cependant, la chose à laquelle il était confronté était aussi le prix, car j'ai fait les boissons en mettant le prix sur un morceau de papier, qu'il a approuvé, en le mettant sur une cheville ou en l'ajustant, selon le cas. Habituellement en bas, mais à la fin je lui ai dit qu'il y avait plusieurs sortes de fruits, qu'il devrait regarder de plus près, et à la fin il prendrait juste mes reçus et les mettrait sur le bûcher.
Tout cela a duré quelques bonnes heures, Felicia, maintenant assise parmi les tables sur la plage, applaudissant avec la foule, je me suis arrêtée, mais Rui, n'a pas voulu accepter, me disant une somme pour continuer, mais m- Je me suis penché et je lui ai tendu un verre pour Felicia, qui a pris le verre avec élégance et l'a placé sur un plateau en argent, assorti à une serviette magnifiquement colorée et à une fleur dont je ne sais pas d'où il venait. Bien sûr, la foule n'était pas en vain, observant tous les préparatifs et les signes vers lesquels ils se dirigeaient tous. Tout le monde criait Felicia, Felicia… dans cette belle musique. Ce corps translucide nous a juste souri et nous a dit au revoir en partant. Nous étions tous si tristes. Rui s'assit au comptoir, applaudissant frénétiquement, mais c'était tout pour le moment, tout le monde regardait cette beauté, qui s'éloignait paresseusement sur la plage. Rui m'a regardé et a hoché la tête si je voulais la suivre, mais tout d'un coup j'ai haussé les épaules, à la recherche de ce corps étonnant.
Je n'ai fait que quelques ordres de plus et je suis parti, en regardant la foule qui continuait à applaudir Rui, il y avait une sorte d'aimant en moi, à quoi bon, j'étais parti. J'étais près de la villa de Luis, j'essayais de rentrer de l'océan, mais je me suis arrêté, j'ai été séduit par la soirée fraîche, la niche en pierre, comme celle d'Alves, avait encore des fruits, j'ai pris un ananas que j'avais couper rapidement, mais comme cela ne fonctionnait que dur, je me suis penché pour voir si je pouvais trouver une bouteille, mais une main chaude m'a empêché de chercher, mettant ma bouche sur la mienne, au début j'étais bouleversée, parce que je pensais à Felicia, mais les touches indécentes m'ont mis en lumière, tout comme j'ai tiré ce corps vers moi.
- Yaritza, qu'est-ce que tu fais ici, je savais que cet enfant avait besoin d'une mère!
- Oui, c'est pourquoi je suis venu lui apporter de l'essence à travers moi, c'est-à-dire qu'il sent son signal!
- Je pense que tu es fou, pardonne-moi!
- Pas mon cher, comme lui… mes pères adoptifs, parce que je ne veux pas être un participant, j'ai pris de qui je voulais, ce qu'il avait de mieux.
- Yaritza, les hommes sont toujours emportés par l'eau, pour diverses raisons, mais théoriquement, ils devraient descendre sur terre pour gagner avec la fichue raison.
- Si tu me donnes encore beaucoup de leçons, je vais te battre et te finir rapidement, Pascal.
- Oui, tout le monde veut me battre, y compris ton père. Soit dit en passant, vous savez quelque chose sur certaines des sœurs de vos pères.
- Eh bien, Tiago, ma fille…
- Vous avez bien commencé, a-t-il développé.
- La sœur cadette qui vit avec lui.
- Développez!
- Je n'en sais pas plus…
- Pourquoi as-tu changé de visage?
- Morela, je savais quelque chose… Luis, oui je comprends que tu sais, on m'a juste appris à te rappeler que ce n'est pas agréable de se développer, Alves veut ramener sa famille à la maison.
- Oui, je comprends ça. Cependant, je voulais plus de détails, mais ils semblent confidentiels.
- Peut-être Pascal. Laissez-les comme bon vous semblez.
- Tu as raison.
- Comment va notre fille?
- Très bien, ils sont tous les deux dans l'appartement, ils vont à l'école, ils apprennent de façon très satisfaisante, c'est tout.
- Oui, le tien?
- La nôtre, Pascal.
- Je pense que c'est une plaisanterie dont nous ne voulons pas. Julien est un homme dont vous vous souciez beaucoup.
- Je le garde dans sa poche, Pascal.
- Vous garde en.
- Non, mes parents adoptifs paient les frais qui ne sont pas payés par l'hôpital.
- Quand?
- Julien, il paie ma vie là-bas, car ce n'est pas une vie facile à Paris.
- C'est comme ça.
- Sinon, je devrais juste rester à la maison et étudier.
- Eh bien, n'est-ce pas ce que fait une mère?
- Oui. Sache qu'il est aussi beau que toi.
- Yaritza, je n'ai plus besoin d'enfants, je veux juste prendre ceux que j'ai.
- Avez-vous eu du mal à récupérer Veronica?
- Oui, très dur, surtout effrayant, j'ai vécu de tels moments à la naissance de Savin.
- Intéressant ce que tu me dis. At-il été perdu immédiatement?
- Oui, terrible. Pour moi, la naissance est quelque chose qui me fait peur.
- As-tu pensé à moi quand j'ai accouché?
- Tu ne veux pas savoir.
- Que fais-tu avec cette bouteille dans ta main, tu la réchauffes, j'ai froid!
- Vous n'allaitez pas?
- Je suis presque prêt, il ne reste plus beaucoup de lait, Julien a trouvé un…
- Et il fonctionne?
- Oui très bien.
- Tu sais pourquoi je te le dis, parce que Savin n'a pas mangé, j'ai dû l'élever avec du lait c'est spécial.
- C'est bon.
- Alors ça veut dire que c'est Julien, le mien était censé faire de la nourriture.
- Ha, ha, ha! Entrez dans la maison, j'ai froid.
- Écoutez, ou vous avez ouvert avec Luis, faites-moi de la place.
- Tu es fou, l'homme était avec Savin, il donnait des cours, je n'y ai même pas pensé, nous sommes juste frères, non!
- Ha, ha, ha! Tu me déranges tellement avec tes notes…
- Prenez soin de vous.
- Ha, ha, ha! Nous avons ri tous les deux, nous poussant vers l'entrée.
Nous nous sommes assis sur le canapé, la soirée a pris sa place, la lune est venue de ses promenades pour s'émerveiller devant le miroir de l'immense eau. Le soir, nous venons de parler, parfois en riant, de nos ébats.

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .