agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 145 .



La main de mon garçon 8
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-03-29  |     | 



Chaque jour qui passait, j'étais une personne différente, je n'étais nulle part ailleurs quand je n'allais pas travailler, j'avais atteint la journée normale le deuxième jour. Savin, il avait l'air plus souriant ce matin, j'ai posé ses cheveux comme d'habitude, et ceux qui font sa toilette quotidienne ont dit qu'ils voulaient les couper, s'ils voulaient des préférences maintenant c'était le moment. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas mes cheveux qui m'intéressaient à ce moment-là, mais l'autre partie de mon corps, mais il m'est venu à l'esprit qu'il se souciait beaucoup de ses cheveux, surtout quand il était petit, je me suis à peine coupé les cheveux, seulement après que je lui ai promis que je ne sais pas quels bonbons, mais maintenant il était impossible de résister. Je suis sortie prendre un café, sauvée par cette gentille infirmière, qui m'a fait du café à chaque fois que j'étais en service.
- Salut Pascal! Si tu veux, je peux rester à ta place, j'ai tellement de choses à dire avec Savin.
- Veronica! Bonjour! Qu'est-ce qui ne va pas avec toi ce matin?
- Eh bien, j'ai trouvé mon ami parfait, il m'écoute sans me contredire.
- Ha, ha, ha! Est-ce déjà un problème pour vous?
- Pour donner! Les enfants autour de nous n'ont pas atteint le niveau suivant, aucun.
- Je suis inquiet, que signifie le second?"
- Oh, rien de grave, ne reste calme! Personne n'a pu écouter plus d'une phrase.
- Je comprends. Dis-je en poussant un soupir de soulagement.
- Eh bien, qu'en penses-tu Pascal, je ne suis qu'un enfant ou tu as gardé mon sort avec toi!
- Je suis probablement passé à d'autres niveaux il y a longtemps.
- Oui, c'est vrai, seulement tu es un adulte!
Il y avait un cri de la chambre de Savin, c'était sa voix, même si je ne l'avais pas entendu depuis longtemps, je l'ai reconnu tout de suite. J'ai couru avec Veronica, froide dans la chambre. Savin était dans une chaise spéciale pour couper de telles personnes, mais au moment où nous sommes arrivés, nous nous étions encore évanouis.
- Qu'a t'il dit?
- Laissons ses cheveux tranquilles.
- Je comprends, c'est tout?
- Il est épuisé, mais ses sens sont éveillés cette fois.
- J'ai touché froidement sa main attachée et il a bougé ses doigts.
- Le médecin doit venir, il a déjà commencé, mais il est à l'autre bout de l'hôpital.
- Merci.
- Maintenant, finis de l'arranger, ça doit être beau.
- Oh oui! Nous avons beaucoup à discuter. Dit Veronica.
Le médecin est venu dès qu'il était à sa place, bien sûr je suis retourné prendre mon café dans le couloir, et Veronica a couru rapidement chez elle pour en parler à Cecilia. J'étais tellement impatiente d'entendre de nouvelles du médecin, bientôt notre bienfaiteur, le Dr Alves, est arrivé et m'a pris dans ses bras de bonheur.
- Je dois aller le voir, nous parlerons plus tard, reste ici, Pascal.
- Je suis un médecin! Sûrement.
- C'est comme ça que je te veux, à partir de maintenant, Pascal.
- Oui.
Il ne fallut pas longtemps avant que Cecilia vienne et me prenne dans ses bras avec des larmes aux yeux.
- Alves est-il venu?
- Oui. Il est avec les autres médecins.
- Espérons que ça va.
- Elle ira bien, je la sens déjà.
Une heure s'était écoulée, pas même un médecin n'était sorti, une seule infirmière, transportant un outil ou des documents pressés. Je m'approchai de la porte, mais je ne vis pas grand-chose en se refermant, je laissai entrer, mais la main ferme du mécanicien m'arrêta avec autorité.
- Non Pascal! Votre présence peut le provoquer, nous n'avons pas besoin de nouvelles émotions, son cœur est faible.
Une infirmière était sortie et nous l'avons suivie immédiatement, mais notre portugais était très déficient et elle ne savait pas l'anglais. En tout cas, j'ai compris que nous étions sur la bonne voie, Veronica ne voulait plus attraper quelque chose quand la porte s'est ouverte.
- Pascal, tout le monde examine la main de Savin.
- Oui, Veronica. Il reste à voir si cela fonctionne correctement.
- Eh bien, ce n'est pas fini?
- Oh oui! Seulement à l'intérieur, il y en a tellement qui ont dû être attachés ensemble.
- Je comprends. Il doit me sentir quand tu le caresses, non!
- Ha, ha, ha! Oui bien sûr!
- Allez, Veronica! Tu fais trop de bruit ici, on est dans un hôpital. Je pense que je devrais la retirer, nous ne voulons pas déranger les médecins.
- Je sais, il ne peut pas nous laisser le voir, n'importe quel parent crée de fortes émotions.
- Peut-être quelques secondes là-bas?
- Oui, Veronica.
- Je ne sais pas…
- Attends une minute, Cecilia. Il sera ravi de vous voir aussi.
- D'accord, à une condition, Veronica, ne bouge pas du canapé jusqu'à ce que les médecins nous donnent le feu vert.
- Bonne mère, oh!
Après presque deux heures, Alves est sorti, nous a donné de bonnes nouvelles, mais s'est excusé d'avoir été rappelé à l'intérieur. Cette infirmière est revenue, cette fois Cecilia a parlé davantage, qui comprenait un peu, elle nous a dit qu'ils travaillaient toujours sur la main et les poumons, définissant des mesures en cours. Finalement, le chirurgien est sorti avec l'orthopédiste, qui se parlait encore, mais si rapidement que nous avons à peine pu saisir un extrait de la discussion, et finalement il est venu vers nous.
- Monsieur Pascal, vous aviez raison, votre enfant se porte bien.
- Oui, qu'est-ce qui se passe avec la main sur laquelle tu as travaillé si dur?
- On dirait qu'une substance dans la bouche du requin l'a sauvé de sa maladie, nous pensons. Des mesures sont toujours en cours.
- Serrer la main?
- Ça va! J'étais en train de travailler…
Le Dr Alves était également sorti et avait pris le chirurgien à part, expliquant quelque chose que nous ne comprenions pas vraiment en portugais, de cette distance. Notre portugais était limité aux quelques phrases apprises presque mécaniquement au pub.
- Enfants, rassurez-vous, l'enfant est entre de bonnes mains.
- Que se passe-t-il docteur?
- Rien de grave, Pascal. Vous devez comprendre que ce remède à l'aide d'un requin est une première.
- Le chirurgien nous a dit quelque chose, mais vaguement.
- Oui, on dirait que le requin a été le sauvetage.
- Comment?
Sa bouche contenait un autre groupe de bactéries, bonnes cette fois, qui a fait du bien à Savin.
- Oui, ces bonnes bactéries, sont-elles toujours là dans la main de Savin?
- Je ne crois pas. Ce n'est pas concluant, car les requins ne sont pas communs en général, bien qu'ils contiennent beaucoup de saleté dans cette cavité.
- Peut-être aces ta ce requin
- Je dois retourner à Savin.
- Quand pouvons-nous le voir? Dit Cecilia.
- De toute façon, tu ne peux pas lui parler, dis-je, va te coucher, maintenant il s'évanouit, il est conscient, mais ce n'est pas bon de le fatiguer, surtout avec des parents.
- Nous voulons le voir!
- Bien, bien! J'emmènerai les médecins, et vous entrerez tous une fois toutes les cinq minutes, après vous être endormi, nous avons convenu!
- Oui.
Nous sommes tous allés à l'intérieur de Savin, le plus important est qu'il avait le sourire aux lèvres et leva la main pour nous saluer. Je ne pouvais plus parler, une boule dans la gorge ne me laissait pas, je pleurais simplement doucement, tenant sa main, de l'autre côté ainsi que Veronica, et Cecilia était assise à côté de moi, les larmes aux yeux.
- Nous devrons le laisser se reposer, il sera en meilleure forme demain matin, je le promets. Dit Alves derrière nous.
Veronica, la dernière à être sortie, était passée depuis longtemps à un autre niveau, se débattant entre les mains du Dr Alves, le disant toujours à Savin.
- Allez les enfants, je sais que c'est difficile pour vous, mais le gros risque est de retourner là où nous nous étions arrêtés.
- Je ne comprends pas.
- Je veux dire, trop de fatigue fait mal, Pascal.
- Bien, bien! Quand pourrons-nous revenir?
- Demain matin serait le plus sage, alors si tout va bien nous le déplacerons dans une autre pièce.
- Alors nous partons. Dit Cecilia, prenant ma main, à sa manière brutale, pour me faire comprendre.
J'ai quitté l'hôpital, mais personne ne voulait partir. La chaleur nous fondait, comme si nous nous sentions mieux maintenant.
- Pascal, allons chez nous, vous pouvez à peine voir votre maison, au moins avec vos yeux, de loin.
- Ouais, j'ai juste un peu faim.
- Et! Les deux filles ont dit d'une seule voix.
- Je plaisantais, je viens de quitter le travail, mais j'espère que tu me donneras une bière, non!
- D'accord, nous allons prendre une bière fraîche, puis allons aux toilettes avec toi.
- Oui, Veronica! Vous voyez, nous nous entendons très bien.
- Tu plaisantes encore, donne-lui ton petit doigt et il te serrera la main.
- Oh oui! Finis maman! Je ne suis pas
- Mise en garde!
- OK Maman!
- Qu'est-il arrivé aux filles?
- Non, rien! Comme les filles!
- Vous êtes passé à un autre niveau!
- Ha, ha, ha! Nous avons tous ri joyeusement.
La soirée est venue si vite, les filles se sont abstenues de manger, se retrouvant toutes avec seulement des liquides, de la bière et du jus. Nous avons chacun fait notre chemin, Veronica chez elle dans le petit quartier de carton, et nous pour travailler. J'étais tellement pesé maintenant, comme si les gens me semblaient différents, leurs blagues me faisaient parfois rougir, et les petites astuces, je semblais les faire plus précisément, provoquant parfois un silence momentané en tenant la bouteille. Le patron est venu me voir au milieu de la nuit, me disant de faire une pause, car il se sentait fatigué. Il m'a félicité pour Savin et m'a donné une bière froide sans alcool. Je suis allé dans l'océan, j'ai mis la bière à côté de moi sur le sable et j'ai regardé la lune se refléter si joliment dans cette eau calme. D'une certaine manière, je n'étais plus en colère contre le requin qui a attaqué mon garçon, je ne savais tout simplement pas pourquoi il avait dû subir autant de tourments pour se débarrasser de sa maladie compliquée. Je voulais être optimiste maintenant, car j'avais le courage de quitter la maison. Le temps sec a soulagé Savin et ces gens formidables que j'ai rencontrés m'ont rendu si endetté. Le matin, comme si je dormais, Cecilia a pris ma main, me tirant, et je pouvais à peine faire plus de pas.
- Écoutez, si vous pensez que vous devez entrer dans la peau d'une personne normale, tout ce que vous avez à faire est.
- Qu'est-il arrivé, Cecilia?
- Je te vois si doux, mets ta tête dans l'océan et mets-toi au travail!
- Quel est le problème?
- Désolé, allez… que tu m'as rendu fou de ta condition, va à Savin!
- Pour donner! Bon, allons-y, mais ce n'est pas trop tôt.
- Oui, nous allons après la visite du matin pour en savoir plus.
- Droite. Alors on s'endort.
- Bon, alors allons-y, je vais prendre Veronica…
- C'est vrai, je n'y vais pas, laisse Veronica venir seule, peut-être qu'elle est déjà là, on part en vain.
- Alors restez au bord de l'océan jusqu'à…
- Pourquoi?
- Parce que… si je te fais sortir du lit, je ne te ferai pas sortir de là!
- Ça semble si sérieux?
- Étant donné que vous avez tant de changements actifs, qui n'étaient pas par hasard, je l'avoue, c'est-à-dire pour une bonne raison, je ne veux pas risquer.
- D'accord, alors… sois m ...
- On ne boit rien!
- Pourquoi?
- L'alcool vous adoucit encore plus, Pascal.
- L'eau?
- De l'eau oui.
- O le sommes-nous assis?
- Entre ta maison et le bar, je ne veux pas que quoi que ce soit nous influencions aujourd'hui.
- Bien.
Je me suis assis tranquillement là où nous avons combattu le requin, mais personne ne s'en souciait plus, Cecilia dormait debout et j'étais partie penser à mon projet, que je n'avais pas touché depuis longtemps, me demandant même- Je n'ai pas eu la fièvre du travail, ce qui dérange généralement les gens. J'étais si calme, comme si je voyais les enfants jouer autour de nous, Veronica coupant Savin, la mère du feu, et il l'écoutait avec plaisir.
- Que fais-tu ici?
- Système! Laissez-la dormir, où… Veronica…
- Je suis allé chez Savin, ils l'ont déplacé, mais ils ne m'ont pas laissé entrer après la visite, a-t-il expliqué.
- Très agréable!
- Pourquoi ne dors-tu pas?
- Il n'y aurait personne pour nous réveiller.
- Pourquoi n'avez-vous pas choisi une maison?
- Ta mère dit qu'elle a raté la visite à Savin.
- Ce fut une nuit difficile?
- Oui, un peu lourd.
- Allez, restons un peu et allons à Savin, d'accord?
- Oui, tu es assis de l'autre côté.
Veronica a mis sa tête à côté de sa mère et a regardé l'océan calmement, comme si rien ne pouvait l'enlever de ses pensées. Nous sommes tous arrivés à midi à l'hôpital. Savin était dans une pièce qui semblait beaucoup plus spacieuse, car tous ces appareils autour de lui manquaient. La chambre semblait être pour les enfants, dans des couleurs vives, bien assortie au mobilier. Savin était bien assis entre des oreillers spéciaux, qui le soutenaient en position assise, comme s'il semblait tirer son visage maintenant, mais le sourire faisait tout l'argent.
- Pour l'instant, le seul effort, pour le premier jour, c'est de s'asseoir dans le cul.
- Bon travail, Savin.
- Peut-être que demain je sortirai du lit.
- Je crains qu'après tant de jours, tu devras tout apprendre depuis le début.
- Eh bien, je viens de descendre et j'ai couru, papa!
- Oui, Savin.
- On va aller chez leur patron Savin, ça va être fantastique, on va prendre notre chambre par la salle de bain, les babelairs dans la casserole…
- Veronica!
- Oui maman!
- S'il vous plaît!
- Ne me fais rien, laisse-la parler.
- Ne t'endors pas, Savin. Dit Cecilia.
- Il n'y a aucun moyen, Veronica
- Savin, comment te sens-tu, la main de papa?
- Parfois je me fais picoter, mon poing me joue toujours des tours, mais je ne serai pas boxeur.
- Ha, ha, ha! Nous avons tous ri de la blague de Savin.
- Combien de jours me faudra-t-il pour reconstruire mes muscles?
- Je ne sais pas, seulement les médecins, peut-être pas non plus, c'est à toi de décider, parce que ça va être un peu douloureux au début.
- Oui", a déclaré le Dr Alves, "vous ne devez pas me faire peur quand je ne peux pas serrer la main de celle que je serre.
- Exactement.
- Bonjour à tous!
- Dr Alves, bonjour!
Tout le monde salue le Dr Alves, qui vient embrasser Savin sur le front.
- Enfants, désormais nous sommes sur la bonne voie, il ne nous reste plus qu'un pas, nous ferons la récupération comme un livre, surtout avec la main attachée, en tout cas, les médecins avec qui je travaillerai sont sous ma supervision, il ne reste plus rien cela peut arriver.
- Merci beaucoup, Dr Alves, vous étiez le seul à nous donner de l'espoir.
- Peut-être que tu es trop indulgent avec moi, Pascal.
- Pas du tout.
- Oh, n'oublions pas, je comprends que tu n'es pas beaucoup rentré de toute façon.
- Non, pas vraiment.
- Voilà pourquoi nous avons envoyé une équipe pour la désinfection, y compris vos vêtements de la maison, ils seront…
- Ce n'est pas un problème, nous avons appris à dormir sur le sable.
- Ha, ha, ha! Tout le monde riait à l'unisson.
- Oui mieux! L'eau de l'océan est salée, il n'y a donc aucun problème avec… bien qu'ils n'aient jamais été atteints de la maladie de Savin comme ça auparavant, faites attention.
- Compris, quand puis-je faire les métiers?
- Est-ce jamais possible?
- Nous n'en avons plus, tu sais.
- Je sais, mais cette bactérie était extrêmement agressive, mais heureusement Savin n'a pas toussé, il s'est juste noyé…
- Oui je sais. Mais ils ne peuvent pas être cuits.
- Oh oui! Je plaisantais, mon peuple les a mis dans un désinfectant spécial, nous verrons.
- Pas de problème, je les ai tous fait, je ne m'intègre pas avec toi de toute façon, mais je le fais avec le patron.
- Pascal, pas du tout voler, tu entends! Cecilia m'a dit, avec son poing de mécanicien.
- Ne t'inquiète pas, au fait, j'ai mis ton secours au même traitement, et ce gentil papa, il m'a dit qu'il avait un fils, eh bien, qui te ressemble, il serait très heureux de te donner quelques vêtements, la plupart sont nouveaux.
- Oui merci! Seulement, je ne porte pas de vêtements portugais.
- Ha, ha, ha! Nous avons tous ri de la mère du feu.
- Pas Pascal, a déclaré Alves, toujours en riant, la plupart des vêtements sont français, a déclaré le garçon.
- Je comprends.
- Oui, qu'est-ce que mes vêtements ont à voir avec les vôtres?
- Rien, c'était juste une blague, c'est vrai.
- Ha, ha, ha! Nous avons tous ri sans cesse.
- Oui, Savin? Veronica a dit, après que tout le monde se soit calmé.
- Je vais le porter.
- Docteur, je veux une chemise en soie, un pantalon en lin et un chapeau en feutre.
- Ha, ha, ha! Oui, où vas-tu, si bien habiller?
- Je vais d'abord chez le fleuriste, puis chez Veronica.
- Oh, très gentil de ta part! Oui quoi cherchez-vous la pauvre fille?
- Je veux qu'il termine mon histoire, car il ne comprend jamais.
- Ha, ha, ha! Je riais de la mère du feu.
- Allez, tout le monde chez Veronica, sauf Savin.
- Ha, ha, ha! Comme si je courais demain, Dr Alves!
- Allez Veronica, vas-y, je vais me les apporter un peu. Vous vous fâchez?
- Ne pas. Je voulais dire autre chose à Savin, mais si je ne peux pas.
- Voyez ce que je vous ai dit!
- D'accord, au revoir!
Nous sommes tous allés à la Clinique d'Alves, l'invitant à la terrasse, il nous a honoré de toutes ses forces, mais cette fois je ne me suis pas endormi avec ça dans ma main, car la main du mécanicien m'a arrêté. Le médecin nous explique comment il pourrait, quelles sont les étapes et combien de temps durera la période de récupération, si tout s'est bien passé.
- Une chose que je veux savoir, combien devons-nous payer maintenant?
- Pascal, les deux jours, je les ai déjà couverts, je sais qu'ils vous ont laissés tous pieds nus, maintenant vous n'avez plus à donner de toute façon si ça va être une petite quantité, quelque chose de différent, d'autres différences, qu'en général ils sont plus Je me souviens que je ne sais pas quelles aiguilles ils ont utilisées, ce qu'elles n'étaient pas, je ne sais pas où, vous comprenez, mais elles ne sont pas si colossales qu'elles les couvrent.
- Je comprends.
- De toute façon, tu es déjà vendu à Cecilia. Tu vas devoir travailler pour elle pendant quelques mois.
- Non, pour moi, pour Savin, je la remercie du fond du cœur quand même, sans elle je ne sais pas ce que j'aurais fait.
- Tu as perdu Yaritza, je t'envie pour ça, mais tu l'as fait pour Cecilia.
- Ha, ha, ha! Je suis sûr que Yaritza m'aurait tout autant aidé.
- Et moi, juste moi…
- Docteur, Yaritza est spécial.
- L'as-tu ressenti, Cecilia?"
- Bien sûr, mais nous avons tous aidé Savin.
- Alors Cecilia, ne lâche pas, applique-lui un crochet pour qu'elle ne s'endorme pas!
- Viens dormir! A demain à Savin. Oh, n'oublions pas, viens voir papa avec les sauveteurs, donne-lui quelque chose.
- Bien, bien!
- Au revoir, docteur!
- Dors doucement, Cecilia! N'oubliez pas, vous êtes libre de moi, bat Pascal!
- On dirait qu'il n'y a pas besoin.
- Pourquoi dites vous cela?
- Il ne s'est pas endormi avec le verre à la main, d'ailleurs, il l'a bu!
- Ha, ha, ha! Partez une fois!

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .