agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 144 .



La main de mon garçon 6
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-03-25  |     | 



J'avais faim, je ne savais pas quoi faire, il y avait en moi une faim que je ne pouvais pas contrôler. Dans la cuisine du pub, je rassemblais maintenant toutes les portions intactes d'une dame fantaisiste, Cecilia ne savait pas comment me prendre, elle était venue me battre sur les mains avec toutes sortes de plantes dans la cuisine. Un matin, mon patron m'a apporté un énorme steak de boeuf hors du programme.
- Pascal, mange ce steak, tu te sentiras différent.
- Boss, elle est énorme, mangeons ensemble! Cecilia, s'il te plait!
- Non, Pascal! Tu le manges seul, mec! Vous allez peut-être vous fatiguer.
- Oui, Pascal.
- Chef!
- Après, j'ai une bouteille de vin.
- Bien!
- Si vous ne réussissez pas bien après ce test, nous vous rendrons fou.
- Pourquoi, patron?
- Parce que nous n'avons rien à voir avec toi!
- D'accord, merci!
J'ai mangé un steak doux et juteux comme un gobelet, buvant une petite gorgée de vin. Le patron travaillait derrière le bar, comptant les bouteilles pleines restantes, même si je lui avais déjà donné la liste des assortiments. Cecilia faisait semblant d'essuyer les verres d'eau dans le coin du bar, un peu plus loin du propriétaire. En moins de vingt minutes, j'ai fini ce géant, y compris la bouteille de vin. Ils s'assirent tous les deux sur leur siège, m'espionnant en silence. Au début, je me suis calmé, parce que j'avais encore un peu faim, mais j'ai tout masqué, les regardant joyeusement tous les deux.
- Eh bien, maintenant oui, je suis enfin fatigué!
- D'accord, Pascal! Maintenant, va chez moi, compte les bouteilles en deux et essuie les verres mouillés, on va manger maintenant.
- Que voulez-vous dire?
- Donc ...
- Oui, Pascal! Si vous réussissez le test, nous ne vous emmènerons pas à Maison de fous, n'est-ce pas?
- Oui patron!
- Voici le tissu.
- Merci, Cecilia!
Ils s'assirent à côté d'un steak identique, mais ils le mangèrent ensemble, m'ignorant, s'embrassant pour goûter un morceau. Au milieu de la portion, ils ont cessé de jeter leurs fourchettes et leurs couteaux avec dégoût, s'essuyant la bouche avec tact, après s'être allongés, chacun du coin de l'œil vers moi, ils m'ont commandé une bière fraîche, pour me rapprocher du reste du steak.
- Monsieur, madame! Votre bière!
- Que ce soit froid!
- Oui, il fait froid.
Je plaçai légèrement les bières sur la table, faisant semblant de ne pas voir le reste de la viande qui me faisait un clin d'œil. J'ai essuyé la table avec la serviette, après quoi je voulais me débarrasser de tout, mais la jambe de Cecilia m'a marché dessus et j'ai mis la serviette sur mon épaule, demandant avec désintéressement.
- Voulez-vous un dessert, quelque chose de sucrer?
- Non, merci! Laissez le steak ici se gâter jusqu'à ce soir, quand nous arriverons au travail.
Je me suis retourné nerveusement, voulant devenir utile, mais le coude de Cecilia m'a frappé par-dessus les testicules, me faisant me pencher en leur disant.
- Comme vous le souhaitez!
- Pascal, tu en as eu un peu plus, et nous nous séparions, j'espère que ça restera comme ça, je ne sais pas exactement ce qui t'arrive, mais si tu continues à manger chez les clients, tu rentreras chez toi.
- Oui patron!
- Quoi, oui!
- Oui… je ferai attention de ne pas…
- S'il vous plaît, sachez que vous êtes basique derrière le comptoir du bar, mais je ne peux pas avoir honte de mes clients de cette façon.
- Je vois, ça ne se reproduira plus.
- Alors je ne veux pas que tu me déçoives, bien sûr!
- Oui patron!
- D'accord, tu peux manger le reste du steak, si tu veux.
Je voulais passer, mais je ne l'ai même pas compris, le même coude est entré dans mon foie avec une force incroyable, j'avais presque envie de vomir et le dernier geste a été lu sur mon visage.
- C'est comme ça que je te veux! Maintenant que je l'ai compris, vous pouvez vous coucher.
- Allez, je pense que j'ai mangé ton steak trop vite.
- Très vite.
- Allons Pascal, le patron a du travail à la maison.
- Aller, aller!
Nous sommes sortis de la porte du pub, plus poussés par Cecilia, quand nous nous sommes éloignés, elle a cessé de pleurer.
- Quel est le problème avec toi mec, tu en avais un peu plus et tu as perdu ton travail?
- Je ne sais pas, je pense que je suis stressé.
- Nous le savons tous, mais contrôlez-vous!
- Comment se fait-il que mon garçon soit sur les machines depuis trois semaines?
- Il ira bien, dit-il, parce qu'il a été très faible.
- Allons le voir, peut-être qu'il t'a réveillé aujourd'hui.
- Non, nous irons tout de suite au Dr Alves.
- Je ne peux pas! Me laisseras-tu chez le docteur, Cecilia?
- Ordinaire.
- Allons aux toilettes, Cecilia. J'ai l'impression de gifler!
- Tu mets tellement de viande en toi…
- Colère…
- D'accord, peut-être que l'eau du matin vous fera du bien, allons chez nous.
- Allons!
Nous sommes allés chez nous en nous déshabillant complètement, Cecilia est allée dans l'eau en premier, je suis allée dans la petite eau assise et serrant mes genoux autour de mon cou, Cecilia a nagé en souriant, m'attirant dans l'eau, mais rien Je pourrais encore bouger de là.
- Allez, mobilise, mec, Savin a besoin de toi!
Un grand cri me brisa, je reniflais dans les airs, pleurant fermement dans la petite eau, Cecilia vint vers moi et plaça ses beaux seins au milieu, me prenant dans ses bras. Je ne pouvais pas m'arrêter, les larmes et la salive coulaient à l'infini, Cecilia lavait et caressait constamment mes cheveux mouillés, se penchait plus fort, m'embrassant sur la joue, les lèvres chaudes, comme s'il y avait un clic en moi, les pleurs s'arrêtant avec un hoquet bruyant, je tremblais désormais dans tous mes poignets, comme si je m'étais réveillé d'un sommeil juste là dans l'eau.
- Qu'est-ce qui ne va pas avec toi, Pascal?
- Je ne sais pas, je ne sais pas pourquoi je suis ici.
- Parce que tu voulais prendre un bain.
- Non, comment suis-je arrivé ici?
- Tu plaisantes bien!
- En te voyant, je pense que oui.
Est comme ça que ça se passe, allez dans les eaux profondes et nettoyez un peu.
- Bien.
- C'est comme ça que je te veux.
Je suis entré dans l'eau, mais j'ai été immédiatement arrêté par Cecilia.
- Peut-être une autre fois! Laissez-le, lavez-le ici, vous avez un gémissement qui dit autre chose!
- L'eau monte jusqu'à ma poitrine près du mur, que puis-je faire?"
- Je ne sais pas, je ne veux pas te porter sur mon dos.
- Qu'est-ce que vous voudriez qu'on fasse?
- Autre chose, même le sexe, si nécessaire.
- Je te crois sur parole, tu n'as pas besoin d'être une prostituée pour moi.
- Je n'étais pas une prostituée, un jour nous le ferons, et si c'est le jour où une partie de sexe vous excite, je le ferai.
- Tu es fou! Je suis meilleur.
- D'accord, allons au Dr Alves.
- Voulez-vous me quitter?
- Peut-être que si tu dis que tu vas bien, tu te défendras.
- Aller chez le docteur!
Je suis allé chez le médecin le cœur dans la bouche, non pas parce que j'avais des nouvelles de Savin, simplement parce que je ne savais pas quoi dire de ce qui m'arrivait.
- M. le docteur!
- Cecilia, que fait le mécanicien de service?
- Nous sommes allés chez Savin avec Pascal, et maintenant nous voulons vous voir pour nous parler de lui.
- Bonjour à toi, Pascal!
- Bonjour!
- Qu'est ce qui te tracasse?
- Pascal, dit Cecilia, hochant la tête comme si j'allais ailleurs avec mes pensées.
- Je te crois, dis-moi ce que tu as?
- Je ne sais pas, je mange… je mange, je mange!
- On dirait que tu ne dormais pas!
- C'était mieux.
- Heureusement que tu ne l'as pas bu!
- Je n'étais pas loin, seul le sauvetage m'a éloigné.
- Trouvez un sauvetage pour la nourriture.
- Facile à dire!
- Bien sûr que c'est facile, écoute… tu as une femme à côté de toi, plus qu'une survivante.
- J'en suis convaincue, elle m'a fait venir ici, je ne voulais même rien entendre de médical.
- Je te crois. Il serait préférable de changer un peu l'espace, mais vous avez Savin dans une situation délicate.
- On peut l'emmener à la rescousse!
- Oui, Cecilia. Seul ce genre de vieillesse ne peut pas prendre en charge les appareils dont Savin a besoin.
- Oui. Dit Cecilia.
- Où aller, ici j'ai du travail, là tout le monde m'aime, y compris le patron.
- Je connais Pascal. Sortez d'ici, regardez!
- Je ne peux pas quitter Savin.
- Je vais m'occuper de lui, prendre Cecilia et partir.
- Non, nous irons tous quand Savin ira bien.
- Je m'occuperai de Veronica aussi, ou elle s'occupera de nous.
- Ne pas.
- Ensuite, prenez quelques jours de congé et nous essaierons différemment.
- Comment?
- Vous resterez à la tête de Savin jusqu'à ce qu'il se réveille.
- Je ne sais pas si je peux.
- Oui, tu peux le mettre, non! Tu as mal aux bras, mec!
- D'accord, j'accepte cette option.
- J'ai accepté le premier, si j'étais à ta place, l'enfant ira bien, écoute-moi!
- Je le répète, nous rentrerons tous chez nous, peut-être chez nous.
- Oui, c'est une bonne idée.
- Je t'attends demain matin, je te laisse dire au revoir à ceux qui disent t'aimer.
- Je viendrai.
- Merci, M. Alves!
- Cecilia, je ne sais vraiment pas quoi dire, il a la douleur actuelle, le tien est parti quelque part sur l'océan, sinon tu étais probablement dans le même pot.
- Je vois, monsieur, nous nous soucions tous vraiment de cet enfant.
Je me suis réveillé dans la maison vide dans l'après-midi, me rafraîchissant, comme si j'étais plus heureux de penser que je serais avec Savin, qui avait disparu de la maison. J'ai laissé Cecilia résoudre le problème du service, j'avais déjà honte de tout ce que j'avais fait les jours précédents, j'étais vraiment contente de la proposition de M. Alves.
Savin, il était toujours sur les machines, je me suis assis dans un fauteuil confortable, à côté de lui, avec un livre d'histoires à la main, dont j'ai parfois lu il y a longtemps. Je regardais la télé dans le coin de la pièce, mais je ne pouvais pas la voir, j'étais désespérée, mais curieuse, je n'avais plus faim. J'ai placé quelques mèches de cheveux sur son front, lisant l'histoire à haute voix pour être entendue, regardant de temps en temps le visage de Savin, vérifiant chaque petit muscle sur son visage.
Sa main déchirée de requin était en place, elle n'avait pas de bandage, les cicatrices un peu d'aubergine, elle avait l'air mauvaise, et la main elle-même avait la chair de poule, un peu brune, mais les choses étaient en place, pas à partir de là. Il s'est réveillé, ce choc de rencontrer le monstre de requin l'a amené à cet état.
- Pascal!
- Docteur, Alves! Je suis contente de te voir…
Des larmes coulaient sur ma joue, mais cela semblait me libérer d'un poids dans mon corps.
- J'espère sincèrement que je n'ai pas fait d'erreur en vous appelant ici. Je ne pense pas que vous serez désolé si vous vous brisez le cœur, non!
- Pas loin, mais ça n'arrivera pas.
- J'ai pensé.
- Savin, il se repose, mais il ira bien.
- C'est comme ça que je te veux, homme optimiste!
- Tu dis quelque chose?
- Je dis que je suis vraiment content, que j'ai pris cette décision, je vois que tu as aussi un livre de contes.
- Oui, il a aimé quand il était plus jeune.
- Il a besoin de voix familières autour de lui, nous appellerons Veronica aussi, je pense.
- Oui, est-il revenu?
- Elle est venue, mais pour elle, je l'ai ne l'a assise qu'une minute, elle est encore une enfant.
- Nous continuons avec le docteur minute, bien qu'elle soit la plus forte d'entre nous.
- Tu as raison, mais le cerveau enregistre.
- Oui, tu me dis, après… le salaud réagit!
- Oui. Je voudrais vous honorer, mais nous sommes dans un hôpital.
- Pas besoin, maintenant que j'ai fini avec la nourriture, je ne veux pas aller à un autre niveau.
- Qu'est-ce qui vous avez fait quitter la nourriture? Je suis curieux, car je pèse aussi quelques kilos…
- Cecilia.
- Comment?
- Il vient de me battre hier.
- C'est une femme forte, cette fille. Si au début je pensais que tu allais me voler Yaritza, maintenant je suis convaincu que j'ai une autre chance.
- Pourquoi dites vous cela?
- Yaritza, il parlait avec passion de toi à un moment donné.
- Sérieusement?
- Oui, j'étais jalouse de toi, je ne t'ai rien dit à l'époque, parce que je la voulais tellement.
- Je ne crois pas!
- Oui! À un moment donné, il me disait même qu'il allait juste vous sauter dessus.
- J'ai eu une discussion neutre sur le sexe, mais je n'ai pas pensé sérieusement à cet acte.
- Tu as fait beaucoup de mal, si je n'aimais pas la fille, je t'encourage vieille femme, maintenant tu aurais une autre fille sur la liste. Quelle fille, encore!
- Oui, il ne me réchauffe pas maintenant, au moins je suis content que tu m’aies prévenu de Cecilia.
- Rester…
- Je sais, parce que tu n'aimes pas la fille!
- Ha, ha, ha! Je plaisantais, mec! Je pense que cette nourriture vous a beaucoup affecté.
- Mais comment!
Le pire était la nuit, le fauteuil était réglable, on pouvait très bien dormir dedans, mais le pire était que dans tout ce silence, si je puis dire, les appareils ont changé leur fréquence de grincements, puis j'ai sauté comme une brûlure, allumant la lumière super de voir si Savin a bougé, mais tout était encore. Le matin, l'infirmière m'a viré et m'a envoyé aux toilettes pour me rafraîchir. Bien sûr, j'ai tout fait à grande vitesse, croyant que quelque chose vous était arrivé pendant l'intervention de l'infirmière, après l'introduction des médicaments, mais j'ai de nouveau été renvoyé par les nettoyeurs. Je m'assis dans le couloir, savourant un café fait maison, préparé par l'une des infirmières, dans une immense tasse.
- Bonjour!
- Salut, mon sauvetage!
- Quel sauvetage, tu es fou!
- Cecilia, tu ne m'as pas entraînée…
"Non Pascal, l'eau de l'océan, j'espère que tu ne l'as pas essayé!" Voyez, plus facile avec ce café!
- Combien de café
- Je sais aussi! Que fait Savin?
- Tout comme vous le connaissez.
- Parle-lui, comme s'il te répondait, tu verras qu'il te répondra un jour.
- Le médecin m'a dit, on verra, ça fait seulement un jour que je suis ici.
- C'est comme ça que je te veux, optimiste.
- Maintenant que tu es venu ici.
- J'espère que tu ne l'as pas compris!
- Un peu.
- Dès que Savin se réveillera, nous ferons la promenade prescrite par le médecin.
- Sûrement. Où?
- On verra, peut-être montrez-moi votre maison.
- Oui pourquoi pas.
- Écoutez, allons chez Savin, finirent les nettoyeurs.
- Ça ne peut pas être, après que le panneau sur la porte ait disparu, Cecilia.
- Tu as raison! Écoutez, je voudrais prendre un bain jusqu'à ce que la chambre de Savin sèche.
- Moi aussi, mais si je fais une petite pause, j'ai faim.
- C'est tout ce dont tu as besoin, je te bat pour ne pas t'avoir vu!
- Je plaisantais, oui c'est une bonne idée, mais les visites commencent, je veux être là, quand les médecins viennent, je ne sais pas, on dirait que la main de Savin est différente.
- Bien sûr, c'est bien qu'il ne soit pas meurtri, cela signifie qu'il a été accepté par le corps.
- Je ne comprends toujours pas, mais était-ce sa main?
- Laisse ça aux médecins, peut-être demain matin, quand tu seras en pause, je t'emmènerai aux toilettes.
- Tu vois, tu pars?
- Oui, je vais dormir.
- Veronica, qu'est-ce que tu fais?
- Il vient de temps en temps dans l'après-midi avec moi.
- Faites-la pratiquer le portugais, peut-être que nous serons en retard ici.
- Pratiquez toute la journée avec les enfants locaux ici.
- Compris, va dormir!
- Oh, patron, il m'a dit qu'il était désolé pour ce qu'il vous avait fait alors, peut-être que vous retournerez au travail la nuit dernière. Nous avons à peine fait face ensemble.
- Je viendrai quand quelque chose arrivera à Savin.
- Je vois, je fais de mon mieux pour garder ton travail occupé.
- Merci!
Les jours passaient, je regardais avec horreur le corps de mon fils, mais en même temps j'étais content d'être près de lui, tout ce que je voulais, c'était être présent à son réveil. Ma main n'avait pas l'air différente, peut-être juste la couleur de ma peau, mais je pense que les solutions avec lesquelles il se frottait tous les jours étaient également à blâmer. Un jour, comme d'habitude, le Dr Alves était présent, un peu changé de visage, ce qui m'a fait frissonner.
- M. Pascal!
- Dr Alves! Je suis content de sentir ta présence.
- Je voulais juste vous dire que les derniers tests, merci à mes collègues de m'avoir permis de vous informer, se sont très bien passés.
- Quant à la main de Savin?
- Oui, surtout à la main, mais le plus important est que nous nous soyons débarrassés de cette fichue bactérie qui mangeait des poumons du bébé.
- Comment?
- Nous ne savons pas, nous n'avons fait que suivre les procédures standard pour un tel attachement, mais les bactéries simplement…
- Êtes-vous sûr que vous n'avez pas gâché les flacons de sang?
- Absolument, peut-être à cause de la douleur que vous avez oubliée.
- Que dans ressemble à si…
- Rester! Ne dis rien de plus! Vous êtes dans le déni ce matin.
- Bonjour! Qu'est-ce que le médecin a fait d'autre, que je vais le réparer tout de suite!
- Non, rien! Bonjour Cecilia! Je viens de recevoir de bonnes nouvelles, les médecins du grand laboratoire travaillent toujours sur le cas, mais l'important est que nous nous sommes débarrassés de cette fichue bactérie.
- Oh, très gentil, docteur! Bonjour à toi aussi, Pascal!
- Salut, Lia!
- Pourquoi n'es-tu pas heureux?
- Laisse le! J'espère que tu n'as plus faim, mon garçon?
- Pas de docteur, pire, je vais bien, mais je ne peux pas être heureux.
- Pourquoi?
- Regarde-le!
- Laissez-le se reposer, quand il se réveillera, il vous battra toute la journée!"
- Ha, ha, ha! Très bien, merci docteur.
- Je pense que l'air d'un hôpital, vous a-t-il trompé, "peut-être que vous devriez retourner au travail.
- Non, je ne le ferai pas jusqu'à ce qu'il se réveille!
- Pascal, écoute-moi bien, ne m'interromps pas du tout.
- Attends, qu'est-ce que tu fais, Cecilia? Ne le concrétisez pas, s'il vous plaît!
- Nous n'avons plus d'argent, docteur.
- Quel argent Cecilia?
- Votre enfant n'est plus sous la garde de M. Alves, tout cela coûte de l'argent.
- Je comprends, mais jusqu'ici…
- Cecilia s'en est occupée.
- Ce n'est pas possible, je vais apporter tout ce que j'ai!
- Pas besoin, quand tu as labouré, tu m'as donné tout l'argent, pour m'occuper des paiements pour Savin, ils ne sont plus.
- Que ne couvrons-nous pas?
- Enfants, calmez-vous! Je vais couvrir le reste, mais de toute façon je vais parler aujourd'hui pour mettre le cas en recherche, vous allez devoir signer des documents Pascal.
- Combien devons-nous payer Cecilia?
- Nous sommes à jour Pascal, mais dans les jours à venir, nous n'avons rien à payer.
- Que payons-nous réellement, docteur?
- Seul le traitement, qui n'est pas inclus dans leur liste de… s'il vous plaît.
- Et l'hospitalisation?
- Disons simplement qu'il y a aussi une petite contribution.
- Écoutez, docteur! Comment est l'automne ici?
- Un peu plus frais, mais l'air reste de qualité.
- Je vois, donc si nous le gardons sur les machines, je dois accepter de faire de lui un cobaye.
- Quelque chose comme ça, mais je faisais quand même les tests, donc rien de plus ne lui arrive jusqu'à présent, et je serai présent jusqu'à
- Je comprends, que dites-vous Cecilia?
- Si vous venez travailler, nous pouvons tout couvrir ensemble, si les taxes restent les mêmes.
- Médecin?
- Oui, seulement après une certaine période, je pense qu'il y aura environ deux semaines de plus si je ne me trompe pas, le lit ne peut être gardé qu'avec des frais supplémentaires, car il serait normal d'être déconnecté après cette période.
- Je ne comprends pas, pourquoi veulent-ils plus?
- Parce qu'il y a d'autres patients qui ont besoin de ces appareils, qu'ils doivent louer dans un autre hôpital.
- Tout le discours mène à la putain de contrat.
- Oui, quelque chose comme ça! Croyez-moi, j'ai payé avec vous, même votre patron m'a donné quelque chose, quand je voulais savoir combien il vous payait.
- Bon docteur. Laissez-nous jusqu'à la limite maximale avec des charges normales, si elle ne se réveille pas d'ici là, nous verrons.
- Très bien.
- Merci docteur!
- Cecilia, je veux dire que tu dois garder un œil sur Pascal, maintenant il a une autre inquiétude, il n'a toujours pas réalisé ce que je lui ai dit.
- Oui docteur, réalisai-je, seulement je ne peux pas en profiter pleinement, si vous ne pouvez pas me donner un pronostic de…
- Nous ne savons pas quand il se lève, mais ce que je sais, c'est que si vous n'allez pas au travail, discipliné, avec un esprit clair, vous n'aurez rien à payer pour cette période que je vous ai rappelée.
- Quoi qu'il en soit, votre prescription a pris effet. Je vais retourner au travail, j'espère qu'ils me laisseront voir.
- D'accord, alors je dirai à mes collègues d'attendre très attentivement jusqu'à la fin de la période prescrite.
- Oui, nous allons payer, docteur, je vous le promets. Dit Cecilia en posant sa main sur mon épaule.
- Je ne comprends toujours pas, pourquoi ne nous as-tu pas mis au programme?
- Pas encore, tu as une main libre sur son sang quand même, alors…
- Oui, je ne comprends rien!
- Parce que le projet sera pour une certaine période comme d'habitude, et je ne sais pas si je pourrai durer jusque-là.
- Oui, mais pendant tout ce temps, l'enfant sera sous observation.
- Oui, seulement je ne supporte pas de voir les hôpitaux pendant longtemps.
- Je pense que vous êtes ici depuis trop longtemps, vous avez une phobie de garçon.
- Peut être. Jusqu'à la fin de la période, je vous la laisse.
- Je vais m'en occuper, mes collègues sont des meilleurs, des gens de qualité et des spécialistes, l'un d'eux est prêt à faire un travail pour Savin.
- Merci à travers vous, car sans leur travail, nous ne serions pas arrivés ici, mais vous faites tout pour vous réveiller à l'heure, et jusque-là vous lui serrez tout.
- Voilà comment nous allons le faire.
- Oh, docteur!
- Oui, Cecilia.
- Je pensais que s'ils étaient toujours aussi généreux, vos collègues, je pense qu'ils devraient mettre quelque chose dans leur tirelire, pas un autre, mais nous avons besoin d'argent pour l'avion.
- D'accord, Cecilia! J'y pensais vraiment, je ne comprends toujours pas ce qui vous a mis si en colère?
- Rien ne nous a endurcis, peut-être que notre gène ne trait pas tous les bons messages comme le monde.
- Je pense, Pascal. Quoi qu'il en soit, je suis content que vous soyez debout.
- Merci beaucoup, M. Alves!
- Cecilia, promets-moi qu'elle restera entière jusqu'à ce que Savin te serre dans ses bras.
- Je, je le promets, docteur, je le promets.


.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .