agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 128 .



La main de mon garçon 2
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-02-17  |     | 



II

Comment pourrais-je me débarrasser de l'ombre misérable qui m'attaquait, beaucoup dans leur stupidité pensaient le faire, les problèmes étaient enchaînés. Les médicaments de mon fils n'étaient plus approuvés, nous avons dû le porter à un autre niveau, mais il y avait déjà un autre garçon qui attendait. Nous avons pris en main toutes les villes à climat sec, mais qui avaient accès à la mer, vérifiées les meilleures, mais aussi celles proposées par notre médecin, étaient les côtes du Portugal et de l'Australie. J'ai arrêté de penser, j'ai mis mon C.V. à toutes les entreprises qui avaient un domaine similaire à celui dans lequel j'avais déjà travaillé, mais aucun signe de leur part, puis j'ai fait un itinéraire avec Savin, en commençant par les côtes françaises, en effet le médecin avait raison, au Portugal j'ai vu Savin sourire, et ses joues violettes ont commencé à prendre une couleur, mais les jours froids et brumeux m'ont donné une sensation de terreur. Bien sûr, nous avons également consulté quelques médecins sur notre chemin, mais que pourraient-ils nous dire après seulement quelques jours passés dans cet environnement.
Un soir, j'ai rencontré un Roumain dans l'un des pubs modernisés les moins chers du bord de mer. Molan Ion est resté une main dans la mâchoire et de l'autre, il a soutenu tout cet ensemble main menton, après que je lui ai raconté tout ce que j'ai vécu jusqu'à ce que je le rencontre.
- Monsieur, parce que je ne veux pas vous dire le contraire, je dis de continuer à vous battre pour votre enfant.
- C'est ce que je savais, monsieur Molan, le problème qui me dérange, c'est que je ne trouve pas de travail dans les domaines recommandés par les médecins.
- Lorsque vous quittez la maison, vous devez avoir un travail dans votre poche, je vois en vous un homme intelligent, pas une claque comme moi, vous devez manipuler l'ordinateur et vous trouverez quelque chose à aimer, pas à votre convenance, qui C'est plus difficile.
- Bonne chance. Donc, chercher les positions existantes, puis choisir.
- Exactement! C'est la seule façon de le faire, et après avoir vu que le garçon va bien, cherchez ce que vous aimez, si vous le souhaitez.
- Ne dis pas de mauvaises choses. Cependant, il y a aussi des jours assez mauvais qui me font frissonner aussi, mais mon fils.
- Oui, il est parfois difficile de s'asseoir sur le sable ici. Oui pourquoi ne pas essayer…
- Australie, c'est trop loin pour nous.
- D'ici, ce n'est pas long.
- C'est juste une blague, non!
- Oui, je l'admets! Mais il y a d'autres établissements beaucoup plus secs avec des hivers très doux, presque inaperçus par une personne qui a vu de la neige.
- Je ne sais pas quoi dire, ceci avec un autre type de travail, je pourrais l'essayer ici aussi. Où travaillez vous?
- Je cueille des fruits, des légumes, du jardinage… là où c'est nécessaire.
- L'agriculture, non?
- Oui, c'est ce que nous faisons. Quel âge a le garçon?
- Dix ans, pourquoi?
- Tu ne peux pas le mettre au travail ou l'emmener avec toi, c'est comme…
- Savoir.
- Mais je connais des familles qui sont venues ici avec des enfants, on peut le laisser ici, on peut le laisser avec eux, je vois leurs grands-parents.
- Je ne sais pas si quelqu'un est contrarié?
- Il n'a personne! Viens avec moi, rencontre-les ce soir, si ça te va, va travailler demain, on a vraiment besoin de quelqu'un pour les melons.
Il ne m'a pas fallu longtemps pour réfléchir, j'ai pris Savin par la main et je me suis dirigé vers la maison de Molan. Il y avait plusieurs maisons en bois, disposées de telle sorte qu'elles ressemblaient à une cour au milieu, où il y avait des bancs et des tables où des gens d'environ quatre nations étaient assis en train de parler à mes oreilles, les enfants jouaient au milieu de la cour, où ils il a trouvé un très vieil arbre, peu développé. Savin s'accrochait à moi, sans plus rien dire, sans voix. Une petite fille est venue à lui et l'a salué en roumain, tendant sa main bronzée à son menton, Savin l'a prise légèrement et a touché la peau foncée.
- Pourquoi avez-vous la peau…
- Elle est bronzée.
- Êtes-vous autorisé au soleil?
- Oui, je reste avec ma mère.
Savin, en larmes, joignit ses mains à sa poitrine.
- C'est bon, si tu es juste avec ton père, je suis juste avec ma mère.
Molan, il nous a amenés tous les deux à l'une des tables, il y a plusieurs Roumains que j'ai rencontrés rapidement. Molan m'a fait signe de parler à la mère de la fille, lui disant qu'elle n'allait pas travailler demain. Tout s'est passé si vite, mais le résultat était simple, Savin convenait à la petite fille de la dame, donc ce n'était pas un problème pour le lendemain.
La matinée est venue très vite, d'autant plus que je ne me souvenais pas d'avoir cueilli de melons, mais je l'ai fait en montant dans un tas de camions et je suis arrivé sur le terrain en question. Une personne nous a montré quelle taille choisir et où les stocker, et une autre nous a donné un couteau avec un couteau avec une très petite lame presque émoussée. Le temps des repas est arrivé à une vitesse effrayante, le temps que nous avons passé sur le terrain a simplement volé, nous a tous conduits à une camionnette, où il y avait des paquets de papier, magnifiquement placés dans de grandes boîtes vertes. J'ai apprécié le package en écoutant les précieuses instructions de Molan, en termes de temps d'arrêt et de mouvements d'essai. Le soir, c'était plus difficile, mais quand je suis arrivé dans le petit parc, le seul gagnant m'a semblé Savin, comme s'il était plus brillant, et la mère de la fille Il me tenait la main pendant que je lui disais ce que j'avais fait au travail, bien sûr sa journée était largement passée par l'océan.
La nuit, tous mes os me faisaient mal, Savin dormait profondément, mais le plus ridicule me semblait la petite somme gagnée le soir. Le lendemain, j'ai demandé à Savin s'il voulait toujours rester avec cette petite fille aux taches de rousseur, il a juste hoché la tête, sans rien dire, j'ai pris sa main le menant dans une autre direction, il m'a serré dans ses bras main, me regardant avec ses yeux perdus dans les orbites, je l'ai finalement remis à la dame avec la petite fille, cette fois je ramassais des oignons avec Molan, bien qu'on ne m'ait pas appris à m'asseoir sur les genoux, à rouler sur la ligne d'oignon, après avoir été déplacé par une machine devant nous, le plus dur était que nous devions tirer derrière nous une caisse qui devenait de plus en plus lourde, quand elle était pleine, nous devions aller à une immense table avec des bords en bois où Je l'ai retourné pour le tri.
Après une journée d'oignons, sept autres produits agricoles, nous avons pris Savin par la main, nous présentant au médecin qui a pris soin de lui lorsque nous sommes arrivés à cet endroit. Plus de deux semaines s'étaient écoulées et je voulais connaître l'évolution de la maladie de Savin. La chose la plus gratifiante qui se soit produite a été que la maladie a stagné de l'avis du médecin, mais nous ne pouvions pas être satisfaits, le traitement d'entretien faisait son travail, mais nous voulions une évolution positive, le médecin aimait Savin, et m'a donné une adresse à un Institut dans cette ville. Nous avons marché sur la route avec Savin en main, avec l'amère pensée que nous n'aurions pas à payer pour les consultations là-bas. Entre les maisons multicolores, nous avons finalement atteint un mur noirâtre avec des tuiles de pierre qui le protégeaient, et j'ai donné le billet à celui à l'entrée. La première personne à qui j'ai parlé semblait être un médecin, j'ai expliqué que nous n'avions pas d'argent pour la consultation, mais il m'a pris la main, l'empêchant de faire des gestes, surtout en montrant ses deux doigts frottant l'un des l'autre, le signe international de l'argent, me tirant avec l'autre du déni, m'a demandé les antécédents médicaux de Savin. La consultation a duré plus d'une heure, plusieurs spécialistes se sont rassemblés, lisant et tapotant avec leurs doigts enflés, derrière Savin. Le dernier mot a été donné à tous les médecins qui l'ont reçu, probablement parce qu'il connaissait mieux l'anglais, il m'a écrit une ordonnance, m'a pris la main, et à mon tour Savin, il a hoché la tête, m'emmenant dans un petit bijou quelque part dehors, il s'est ouvert et la conversation en portugais a duré plus de vingt minutes, après quoi la recette a disparu et la confiture s'est refermée. Nous avons attendu ensemble encore vingt minutes, lorsque la petite fenêtre s'est finalement ouverte, où une main avec la prescription de Savin est sortie, suivie d'un sac de médicaments. Nous nous sommes tous assis à l'une des tables libres de la cour, et le médecin a renversé le sac sur la table, a pris une boîte au hasard, l'a mise sur la liste vide, a écrit le nom dans la première rangée, puis l'a coché le matin, le déjeuner et le soir. Où le médicament devait être pris, après que nous ayons reçu tout le médicament, il nous a dit de venir dans deux semaines.
Nous nous sommes installés chez la dame avec la petite fille aux taches de rousseur, laissant les enfants manger une tarte.
- Comment va Savin?
- Mieux, juste fatigué, parce qu'il marchait de bureau en bureau, les médecins l'ont retourné de tous côtés.
- Es-tu toujours en train de travailler?
- Je ne sais pas…
- Ce travail ne te convient pas très bien.
- Oui…
- Est-ce que ce sac de médicaments vous a coûté cher?
- Il ne nous a pas fallu longtemps maintenant, voyons voir dans deux semaines, quand nous pourrons vérifier.
- Sans blague, non!
- Oui…
- Écoutez, il y a un bar océanique près de nous, c'est là que mon mari travaillait.
- Où est-il maintenant?
- Non, non…
- Tu as rompu?
- Non, ça ne l'est pas, l'Océan me l'a volé.
- C'était une tempête?
- Oui. Chaque fois que je pars avec les enfants, je le cherche.
- Je suis désolé, madame
- Cecilia, me dit-on, les gens m'appellent Lia.
- Ça veut dire "je suis désolé" mais j'ai profité de toi.
- Non, non… j'ai bien aimé m'occuper de Savin, monsieur…
- Pascal, excusez-moi, madame, mais j'étais tellement insensible.
- Ce n'est pas de ta faute, Molan était censé faire nos présentations, il sonne, et tu m'as vu entouré d'enfants, où est la mère de Savin?
- Il nous a quittés.
- Désolé.
- Parmi ces enfants…
- Juste des taches de rousseur…
- Pauvre chose, tu ne manques pas la maison?
- Non, la maison vide me fait peur, j'étais en vacances, mais je ne veux pas.
- On ne fait que soutenir les enfants, il me semblait très peu sur le terrain.
- Les enfants sont un bonus, le soir ils sont au bar je vous le rappelle, ce n'est pas trop, mais c'est bien mieux que…
- Je vous comprends, Mme Lia.
- Je voulais te dire… le boulot de mon mari, personne ne l'occupait.
- Quel travail? Combien d'hommes sont là!
- Eh bien, quelques-uns, mais la plupart ne savent pas compter.
- Je vois, est le poste au bar?
- Oui, barman. Je suis serveuse, cuisinière, presque tout, si vous savez faire de la nourriture, mieux, parfois c'est trop de travail et nous avons besoin d'aide.
- Les enfants?
- La fille dort avec une famille décente, mon mari a fait une porte entre les appartements, mais elle dort dans sa chambre.
- Je vois, je n'ai personne avec qui laisser le garçon.
- On peut le laisser avec la même famille dans ma chambre. Comment dormait-il à la maison?
- Seul, appris indépendamment.
- Alors ça va. Quel homme il est… prendra soin de mes taches de rousseur.
- Je connais.
- On peut essayer, de toute façon le bar est ouvert jusqu'à deux heures du soir, après ça on s'endort où on peut, dans les premiers jours le patron m'a laissé voir mon visage… peut-être…
- Je ne pourrais essayer que si Savin pouvait appeler cette porte par besoin.
- Ça peut être arrangé, monsieur Pascal.
- C'est là que nous avons un problème, la nuit ils sont beaucoup plus fréquents…
- Existe-t-il un moyen de.
- Non, il suffit de se calmer et de se rendormir. À la maison, il était beaucoup plus agité, peut-être que cette eau et l'air salé avait changé quelque chose.
- Oui. Nous pourrions changer les chambres des enfants, nous avons mis Savin au lit à côté des voisins, bien que ma fille ne les ait pas appelés depuis longtemps.
- Oui, je ne veux pas faire de cauchemar les nuits de tes voisins.
- C'est vraiment si mauvais?
- Non, mais ça peut arriver.
- Ensuite, nous laissons le tout entre les mains de ma petite fille, et en cas de quelque chose de très grave, les voisins interviendront, qui pourraient nous dire quelque chose de grave.
- C'est une situation délicate, je ne pourrais pas… s'il était en bonne santé…
- Oui, mais pas…
Savin s'approcha de moi, sans faire de bruit, me prit la main, me regarda les yeux perdus, acceptant d'approuver toute l'histoire.
Nous ne l'avons pas fait tout de suite, nous avons passé notre temps ensemble pendant les prochains jours, en prenant soin de lui faire un horaire quotidien, mais surtout de lui apprendre quels médicaments prendre après l'horaire. Un soir, alors que nous regardions le soleil se noyer, Savin m'a montré un poisson en criant aussi fort que possible.
- Le dauphin, le dauphin!
J'ai regardé avec curiosité, parce que dans notre mer, ils sont très rares et difficiles à voir, mais nous n'avons pas été un peu surpris, lorsque notre dauphin a sauté avec un élan incroyable de l'eau, quelque part à quelques mètres, attrapant un oiseau en vol ou. Ce poisson noirâtre ne ressemblait plus au joli poisson qui nageait tranquillement à la surface de l'eau, tout ce qui restait du pauvre oiseau était quelques flocons flottant sur la surface lisse de l'océan. Aussi vite qu'ils sont apparus. Savin, il était assis, une main sur la bouche, et de l'autre il me montrait ces flocons flottants.


.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .