agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 23 .



La légende d’Aboujakan et de sa Belle
prose [ ]
Récit

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [gui ]

2018-11-06  |     | 




Il y a si longtemps
Quelque part en Nouvelle-France
Aboujakan et sa Belle…

Oui, il y a si longtemps
Quelque part en Amérique
Entre les deux grands lacs
Témiscouata et Matapédia…

Ô cette belle Malécite à crinière de panthère !
Ô cette jolie daine à rondelette bedaine
Biche Ravissante
C’était son nom
Écrit sur le dos de tous les hérissons
Du canton

Il y a si longtemps
Quelque part en terres malécites
Entre nos deux cœurs…

C’était au mitan
De notre verte jeunesse follette
Tu n’avais que seize printemps à peine
Et tes yeux pers de pivert
Un tantinet pervers
On aurait dit deux perles de verre…

C’était au temps
Du dégel et des bourgeons
Moi, Aboujakan, si jeune et si fringant,
Guerrier en royaume de Madawaska,
Chasseur et traducteur
Pour les Visages Pâles à mes heures,
Toi seule, Biche Ravissante,
Tu m’appelais par mon vrai nom
ABOUJAKAN ! ABOUJAKAN !
« Collier de Coquillages ! »

Il y a si longtemps
Quelque part en Nouvelle-France
Aboujakan et sa Belle…

C’était au printemps
Qui fait gonfler nos rivières
Et crever nos lacs et étangs…

C’était au temps
Où fleurissent les sureaux et les anémones
Souviens-toi, ma belle Biche Ravissante,
Nous étions à la lisière de la forêt
De bouleaux et de pimbinas
À deux doigts du torrent bouillonnant d’écume
Tes yeux pépites de feu et de flamme
Tes cuisses lisses nues et dodues
Ta crinière de panthère flottant dans le suroît
Moi, Aboujakan, près de toi,
Les bras entourant ta taille
Les mains pétrissant tes seins
Les lèvres épousant tes lèvres
Nus étions-nous
Dans les nues logions-nous
Baisers et étreintes
En haut des rochers et buissons
Puis
Glissement et roulement
De nos deux corps enlacés
En bas dans le torrent broyeur…

Depuis ce jour
Quelque part en Nouvelle-France
Aboujakan et sa Belle…
Fraient comme touladis
Dans les eaux froides et gelées
De nos claires rivières
Quelque part en Nouvelle-France
Entre nos deux grands lacs
Témiscouata et Matapédia

.  |








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .