agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur






Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2403 .



Les Caractères
prose [ ]
Du mérite personnel (Ic)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [La_Bruyère ]

2011-01-27  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Dolcu Emilia



33. (I) Les enfants des Dieux, pour ainsi dire, se tirent des règles de la nature, et en sont comme l’exception. Ils n’attendent presque rien du temps et des années. Le mérite chez eux devance l’âge. Ils naissent instruits et ils sont plus tôt des hommes parfaits que le commun des hommes ne sort de l’enfance.

34. (V) Les vues courtes, je veux dire les esprits bornés et resserés dans leur petite sphère, ne peuvent comprendre cette universalité des talents que l’on remarque quelquefois dans un même sujet: où ils voient l’agréable, ils en excluent le solide; où ils croient découvrir les grâces du corps, l’agilité, la souplesse, la dextérité, ils ne veulent pluis admettre les dons de l’âme, la profondeur, la réflexion, la sagesse: ils ôtent de l’histoire de Socrate qu’il ait dansé.

35. (V) Il n’y a guère d’homme si accompli et si nécessaire aux siens, qu’il n’ait de quoi se faire moins regretter.

36. (I) Un homme d’esprit et d’un caractère simple et droit peut tomber dans quelque piège; il ne pense pas que personne veuille lui en dresser, et le choisir pour être sa dupe: cette confiance le rend mons précautionné, et les mauvais plaisants l’entament par cet endroit. Il n’y a qu’à perdre pour ceux qui en viendraient à une seconde charge: il n’est trompé qu’une fois.
J’éviterai avec soin d’offenser personne, si je suis équitable: mais sur toutes choses, un homme d’esprit, si j’aime le moins du monde mes intérêts.

37. (I) Il n’y a rien de si délié, et de si simple et de si imperceptible, où il n’entre des manières qui nous décèlent. Un sot ni n’entre, ni ne sort, ni ne s’assied, ni ne se lève, ni ne se tait, ni n’est sur ses jambes, comme un homme d’esprit.

38. (V) Je connais Mopse d’une visite qu’il m’a rendue sans me connaître; il prie des gens qu’il ne connaît point de le mener chez d’autres dont il n’est pas connu; il écrit à des femmes qu’il connaît de vue. Il s’insinue dans un cercle de personnes respectables, et qui ne savent quel il est, et là, sans attendre qu’on l’interroge, ni sans sentir qu’il interrompt, il parle, et souvent, et ridiculement. Il entre une autre fois dans une assemblée, se place où il se trouve, sans nulle attention aux autres, ni à soi-même; on l’ôte d’une place destinée à un ministre, il s’assied à celle du duc ou pair; il est là celui dont précisément la multitude rit, et qui seul est grave et ne rit point. Chassez un chien du fauteui du roi, il grimpe à la chaire du prédicateur; il regarde le monde indifféremment, sans embarras, sans pudeur; il n’a pas, non plus que le sot, de quoi rougir.

39. (VII) Celse est d’un rang médiocre, mais des grands le souffrent; il n’est pas savant, il a relation avec des savants; il a peu de mérite, mais il connaît des gens qui en ont beaucoup; il n’est pas habile, mais il a une langue qui peut servir de truchement, et des pieds qui peuvent le porter d’un lieu à un autre. C’est un homme né pour les allées et venues, pour écouter des propositions et les rapporter, pour en faire d’office, pour aller plus loin que sa commission et en être désavoué, pour réconcilier des gens qui se querellent à leur première entrevue; pour réussir dans une affaire et en manquer mille, pour se donner toute la gloire de la réussite, et pour détourner sur les autres la haine d’un mauvais succès. Il sait les bruits communs, les historiettes de la ville; il ne fait rien, il dit ou il écoute ce que les autres font, il est nouvelliste; il sait même le secret des familles: il entre dans de plus hauts mystères: il vous dit pourquoi celui-ci est exilé, et pourquoi on rappelle cet autre; il connaît le fond et les causes de la brouillerie des deux frères, et de la rupture des deux ministres. N’a-t-il pas prédit aux premiers les tristes suites de leur mésintelligence? N’a-t-il pas dit de ceux-ci que leur union ne serait pas longue? N’était-il pas présent à de certaines paroles qui furent dites? N’entra-t-il pas dans une espèce de négotiation? Le voulut-on croire? fut-il écouté? A qui parlez-vous de ces choses? Qui a eu plus de part que Celse à toutes ces intrigues de cour? Et si cela n’était ainsi, s’il ne l’avait du moins ou rêvé ou imaginé, songerait-il à vous le faire croire? Aurait-il l’air important et mystérieux d’un homme revenu d’une ambassade?

40. (VII) Ménippe est l’oiseau paré de divers plumages qui ne sont pas à lui. Il ne parle pas, il ne sent pas; il répète des sentiments et des discours, se sert même si naturellement de l’esprit des autres qu’il y est le premier trompé, et qu’il croit souvent dire son goût et expliquer sa pensée, lorsqu’il n’est que l’écho de quelqu’un qu’il vient de quitter. C’est un homme qui est de mise un quart d’heure de suite, qui le moment d’après baisse, dégénère, perd le peu de lustre qu’un peu de mémoire lui donnait, et montre la corde. Lui seul ignore combien il est au-dessous du sublime et de l’héroïque; et, incapable de savoir jusqu’où l’on peut avoir de l’esprit, il croit naïvement que ce qu’il en a est tout ce que les hommes en sauraient avoir: aussi a-t-il l’air et le maintien de celui qui n’a rien à désirer sur ce chapitre, et qui ne porte envie à personne. Il se parle souvent à soi-même , et il ne s’en cache pas, ceux qui passent le voient, et qu’il semble toujours prendre un parti, ou décider d’une telle chose est sans réplique. Si vous le saluez quelquefois, c’est le jeter dans l’embarras de savoir s’il doit rendre le salut ou non; et pendant qu’il délibère, vous êtes déjà hors de portée. Sa vanité l’a fait honnête homme, l’a mis au-dessus de lui-même, l’a fait devenir ce qu’il n’était pas. L’on juge, en le voyant, qu’il n’est occupé que de sa personne; qu’il ait que tout lui ied bien, et que a parure lui et assortie; qu’il croit que tous les yeux sont ouverts sur lui, et que les hommes se relayent pour le contempler.

41. (IV) Celui qui, logé chez soi dans un palais, avec deux appartements pour les deux saisons, vient coucher au Louvre dans un entre-sol n’en use pas ainsi par modestie; cet autre qui, pour conserve rune taille fine, s’abstient du vin et ne fait qu’un seul repas n’est ni sobre ni tempérant; et d’un troisième qui, importuné d’un ami pauvre, lui donne enfin quelque secours, l’on dit qu’il achète on repos, et nullement qu’il est libéral. Le motif seul fait le mérite de actions des hommes, et le désintéressement y met la perfection.

42. (IV) La fausse grandeur est farouche et inaccessible: comme elle sent son faible, elle se cache, ou du moins ne se montre pas de front, et ne se fait voir qu’autant qu’il faut pour imposer et ne paraître point ce qu’elle est, je veux dire une vraie petitesse. La véritable grandeurest libre, douce, familière, populaire; elle se laisse toucher et manier, elle ne perd rien à être vue de près; plus on la connaît, plus pn l’admire. Elle se courbe par bonté vers ses inférieurs, et revient sans effort dans son naturel; elle s’abandonne quelquefois, se néglige, se relâche de ses avantages, toujours en pouvoir de les reprendre et de les faire valoir; elle rit, joue et badine, mais avec dignité; on l’approche tout ensemble avec liberté et avec retenue. Son caractère est noble et facile, inspire le respect, la confiance, et fait que les princes nous paraissent grands et très grands, sans nous faire sentir que nous sommes petits.

43. (IV) Le sage guérit de l’ambition par l’ambition même; il tend à de si grandes choses, qu’il ne peut se borner à ce qu’on appelle des trésors, des postes, la fortune et la faveur: il ne voit rien dans de si faibles avantages qui soit assez bon et assez solide pour remplir son cœur, et pour mériter ses soins et ses désirs; il a même besoin d’efforts pour ne les pas trop dédaigner. Le seul bien capable de le tenter est cette sorte de gloire qui devrait naître de la vertu toute pure et toute simple; mais les hommes ne l’accordent guère, et il s’en passe.

44. (IV) Celui-là est bon qui fait du bien aux autres; s’il souffre pour le bien qu’il fait, il est très bon; s’il souffre de ceux à qui il a fait ce bien, il a une grande bonté qu’elle ne peut être augmentée que dans le cas où ses souffrances viendraient à croître; et s’il en meurt, sa vertu ne saurait aller plus loin: elle est héroïque, elle est parfaite.

.  | index











 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .