agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2541 .



Mélodie de l\'esprit
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Miruna Tarcau ]

2008-09-20  |     | 



Je ferme les yeux et mes doigts vagabondent
Sur ce vieux clavier blanc aux touches poussiéreuses.
La douce mélodie des notes improvisées,
De ce piano libre qui m’invente des gammes
Amène mon esprit loin des choses de ce monde.

Les yeux clos je peux voir.
Sur la douce mélodie des mots
S’écrit une histoire.

Les gammes sont tantôt
Le chemin des vagues avant d’atteindre la côte,
Tantôt le chuchotement d’une chute,
Le chant doux d’un oiseau, paroles poétiques
De la nature resplendissante.

Je ferme les yeux et je vois.
Je vois un écran de pétales roses choir
D’arbres en fleurs au-dessus d’un lac glacé
Qu’une brise fait doucement frissonner
A la rosée du matin. Devant moi s’étend
L’horizon d’Aton et les tombeaux des rois
Flamboyants sous le soleil ardent de la vieille Égypte;
Devant moi s’ouvre un pont jusqu’aux îles des Antilles
Où l’océan a la couleur turquoise
De la plus belle des émeraudes, et où les tropiques
Magnifiques accueillent les naufragés.

Je vois des fauves d’Afrique courir
Dans la savane, et la fumée d’une flamme
S’élever dans l’air frais de la nuit
Dans le campement d’un voyageur solitaire.

Je vois un océan aux couleurs merveilleuses
Des poissons exotiques, aux rencontres dangereuses
Des arpenteurs des mers, le requin roi des eaux
Comme le lion est roi de la savane.

Je vois des monarques, ces papillons oranges
Aux grandes ailes délicates, emportés par le vent
Venir se poser sur la tête d’un dragon
Immobile paressant au soleil.

Je vois un crépuscule sur Rio
Mettre à feu la belle ville
Où soudain s’allument en même temps cent mille lumières.

Je vois un oasis de verdure, seul point d’eau
Dans le désert après un long voyage.

C’est une histoire,
Chaque note est un mot, chaque accord une phrase,
Chaque refrain l’insistance des vers
Dans une poésie. Mais en ouvrant les yeux,

Je ne vois plus. Mes doigts quittent le piano
En laissant une longue traînée rouge –les touches poussiéreuses
Sont marquées à jamais par l’histoire qui y a laissé son empreinte.

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .