agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 759 .



La rose et l’ortie
poèmes [ ]
Cœur et aménagement du territoire (3)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [fabrice ]

2016-04-21  |     | 



Une caravane, une chaise et elle…

Silhouette au bout de l’ornière,
Elle vit sur ce lopin de terre,
Nul ne sait d’où elle vient,
Elle a toujours était là.

Elle porte des habits de couleur,
Toujours les mêmes, dit-on,
Parce que souvent elle en change,
Qu’elle aime aux caprices des cieux,
Sous l’ombrelle, se faire belle.

Pluie, nuages et vent dans ses rubans
Font d’elle une lointaine bohémienne,
Familles venues de Bohême ou d’Espagne,
De vielles tombes encore en gardent le nom.

C’est un mystère pour le cœur…

Les yeux trop bleus,
Le regard fier, elle intrigue,
Son silence impressionne,
Qui la protège et la libère,
Mais la rend folle.

Elle cueille les fleurs du cimetière,
S’y promène les jours de Toussaint,
Elle apparait, étrange et familière,
Sourit aux uns, les autres s’étonnent.

Chez elle, s’éparpillent de lourds
Parfums d’automne, bouquets
De solitude aux senteurs de bruyère,
De si loin, qu’on les devine,
On détourne la tête.

Du cyclamen à l’ordure…

Au conseil municipal, on pense à elle,
À son lopin de terre, si prés des offices…
Déclaré, d’office, utile à ce funèbre service.

Exilée, au-delà, plus loin encore,
S’y nourrit tout un peuple charognard,
Mouettes et corbeaux criards.

Le laid, la nausée, l’ordure,
Rien n’épargne ce cœur pur.

Sans nom toujours, on la méprise…

Elle git, sous son coin de terre,
Loin des lys et des glaïeuls,
Et dessous l’ornière, porte,
Gravé encore, le nom de son aïeul.

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .