agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 36 .



Lettres à ma mère
personnelles [ ]
Opuscule

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [gui ]

2017-09-26  |     | 




Un an après le décès de ma mère, survenu le 12 mai 1998, j’avais rassemblé plusieurs documents qui dormaient dans mes tiroirs et qui se rapportaient aux souvenirs de maman. Après avoir démêlé et classé ces documents, j’avais relié le tout, coiffé du titre : « Lettres à ma mère et autres textes ».
L’opuscule d’une centaine de pages était assez disparate et éclaté ! L’ouvrage contenait en gros : 5 lettres envoyées à ma mère, surtout à l’occasion de son anniversaire le 2 mars, 4 textes anciens retrouvés dans de vieux journaux personnels ou d’anciennes correspondances, 13 lettres de ma mère envoyées à ses enfants et petits-enfants, des copies manuscrites d’une chanson et de recettes de ma mère, de l’allocution que j’avais faite pour le soixantième anniversaire de mariage de mes parents le 30 août 1998, etc.
Je présenterai et commenterai seulement la première section des cinq lettres que j’avais adressées à ma mère. De la centaine de lettres envoyées à ma mère entre les années 1968-1998, il n’y a que cinq lettres que j’ai pu retracer et je présume que toutes les autres ont pris le chemin de la poubelle ou du poêle, car le respect pour tout ce qui a trait à l’écriture et autres « écriteaux » n’a jamais pesé bien fort à la maison. Seul le papier « utilitaire », c’est-à-dire, le papier hygiénique, la gazette pour allumer le poêle ou encore les billets verts $$$, avait droit à une certaine considération !
Que dire de ces cinq lettres sauvées in extremis du néant ? La première lettre (02-03-1991), comporte la première des trois versions du poème « Elle », poème en hommage à ma mère, qui se retrouve dans le recueil de poèmes achevé en 1998 « Amours, délices et orgues ». J’ai déposé ce poème sur le Web sur quelques sites de poésie depuis quelques années. La seconde lettre (02-03-1993), a été retranscrite de mémoire car j’avais retenu essentiellement un extrait du petit roman d’amour de Khalil Gibran « Les ailes brisées » (1912) où il décrit ce que signifiait : être mère. Les trois autres lettres (celles du 2 mars 1994, 1995 et 1997), ont été sauvées par hasard, car j’avais commencé à photocopier quelques lettres avant de les poster à mes parents. Je préparais depuis quelques années un recueil de poèmes « Amours, délices et orgues » et je travaillais deux poèmes sur ma mère Florence et mon père Charles-Eugène. Ces deux poèmes : « Lui », « Elle », poèmes-hommages à mes parents, ainsi qu’un troisième « Sur l’amour », déjà composé et reproduit dans un précédent recueil de poèmes « Ballades amoureuses » (1988), ont été lus à la soirée organisée pour le soixantième anniversaire de mariage de nos parents le 30 août 1998.
Voilà donc en gros tout ce qui touche à l’historique de cette mince récolte ou cueillette de lettres adressées à celle qui m’a mis au monde, ma chère Florence. Merci, maman !
Voici un échantillon de l’opuscule intitulé « Lettres à ma mère et autres textes » composé en 1999.

Lettre à ma mère Florence Champagne du 2 mars 1994

DES BÉBÉS, DES ANGES ET DE DIEU

Ma chère Florence,
Réalises-tu que tu auras 78 ans le 2 mars ! Le temps passe si vite. Heureusement que ton beau EUGÈNE nous dit que la VRAIE VIE, ça commence à 80 ans !
Que te souhaiter en ce glorieux jour ?
D'abord, la SANTÉ, le SOURIRE et la SAINTETÉ.
Un CORPS en SANTÉ, c'est un corps heureux.
Un COEUR qui SOURIT, c'est un coeur amoureux.
Une ÂME en état de SAINTETÉ, c'est une âme en état de grâce et de béatitude.
Et puis, il ne faut pas oublier l'ESPRIT. C'est par l'ESPRIT que l'on peut s'adresser aux ANGES et aux DIEUX. La pureté et l'innocence en l'ESPRIT nous emmènent tout droit dans le VENTRE de DIEU. Celui-ci nous enfante et que sort-il de son ventre ? Pas un bébé, mais un petit ange pareil à un oisillon couvert de duvet. Petit à petit, on apprend à voler lorsque nos ailes se raffermissent. C'est plein d'ANGES qui volent autour de nous. Il y en a plus que d'oiseaux, sauf qu'il faut fermer les yeux pour les voir. TOI, FLORENCE MA MÈRE, tu nous as enfantés BÉBÉ pour que nous devenions humains, mais notre seconde naissance, celle qui commence avec notre mort, devient VIE dans le VENTRE de DIEU. C'est comme cela que DIEU remplit son PARADIS d'ANGES...
Te rappelles-tu le beau texte que j'avais écrit à la mort de mon parrain et de ton petit frère ROSAIRE ? (Petit ajout à la lettre initiale : Mon parrain est décédé le 26 juillet 1993). J'avais écrit cette belle pensée philosophique intégrée au poème-hommage « Mon parrain ou In memoriam » :

« Les funérailles des humains ne seraient-elles point les fiançailles des anges ? »

Eh bien ! dans cette lettre, je t'explique un peu ce que voulait dire cette belle pensée écrite par un poète et philosophe KHALIL GIBRAN (1883-1931) dans son volume "LE SABLE ET L'ÉCUME" (1926).
C'est ce même poète qui avait écrit de si belles pensées sur ce que signifie être MÈRE, MAMAN. (Voir ta carte de souhaits de BONNE FÊTE de l'an dernier)
BONNE ET HEUREUSE FÊTE MAMAN !
DE TON FILS QUI T'AIME BEAUCOUP GUY !

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .