Warning: strpos(): Offset not contained in string in /var/www/dynamic/-agonia.v3-2/www/templates/default/article.php on line 321
Personnelles - Adresse aux gens de la planète Terre par Alec
agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 1400 .



Adresse aux gens de la planète Terre
personnelles [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Lalande ]

2012-11-13  |     | 



Gens du monde, particulièrement vous qui vivez dans les grandes villes américaines et canadiennes, et qui travaillez à la vitesse grand V à temps plein, vous qui, le soir, écumez les rues pour vous distraire, courant d’électrons fous s’écoulant sur les rues conductibles, qui allez expirer le peu d’énergie qu’il vous reste au cinéma, au bar, dans des soirées mondaines, à vous extasier de la haine qui dort en vous pour tous vos semblables qui, durant la journée, ont offensé votre amour-propre, vous qui, sans un regard pour ce qui vous entoure, passez, dans le délire universel, richement vêtus, vous, pour qui le don d’un sourire à moins de valeur que l’impression du visage de la reine sur un papier rectangulaire, ce papier rectangulaire qui vous pend devant le nez comme la carotte pend devant le museau du chien, inaccessible et pourtant si proche, vous dont les mains ne serrent d’autres mains que pour gagner la confiance hypocrite, vous qui distinguez si admirablement vie professionnelle et vie personnelle, vous, cocon infernal de probité sociale bien dans le confort inébranlable des aveuglements envers la réalité de l’esprit humain, fangeuse multitude de temps à perdre, immonde masse d’hypocrisie souffrante, mollusques à la coquille de déni, sensibilités renfrognées par les attaques de la honte, crapules menteuses, honnêtes travailleurs de l’industrie du mensonge capitaliste, démocratiques puces s’engueulant à qui mieux mieux pour l’endroit le plus fertile de la fourrure de la chienne de vie, vous, milliers d’enterrements progressifs, hommes et femmes clouant joyeusement leurs cercueils à coup de «progrès dans le monde», myriades de fleurs fanées dans des vases, myriades de fleurs coupées de la terre, essaim d’abeilles dont le miel n’est que vent, vantardise, vous, que j’ai tant voulu, des fibres les plus profondes de mon corps, des milliards de gouttes de sang qui se sont écoulées dans mes veines vaines, vous, à qui j’accordais les mêmes aspirations d’amour, d’amitié, en qui j’ai cru voir une grandeur belle comme le Soleil dont les rayons brûlants deviennent fruits, herbes et champs de verdure, animaux, Vie, vous que j’ai tant voulu aimer de ton mon corps de tout mon cœur et de toutes mes pensées, vous, mes amis imaginés, pour qui j’avais balayé la maison de ma tête, pour qui j’avais cultivé tant d’espoirs dans mon jardin, tout prêt que j’étais à vous recevoir, vous, avec qui je voulais danser, car s’agit-il d’autre chose après tout, vous que j’aimais tant dans mes rêves, vous avez profané ce sanctuaire qui vous était réservé, vous y êtes entrés avec vos bottes sales, vous avez saccagé le jardin pour vous repaître de ses fruits goulûment, vous avez mâchonné jusqu’à la plus infime parcelle d’espoir qui s’y démenait, frêle pousse de jeunesse verte, vous avez cassé les fenêtres, le vent circule et transporte la poussière de ma conscience, le vent dont nul ne sait d’où il vient, ni où il va, quand arrêterons nous ce jeu dément, débile, quand cette absurde mascarade prendra-t-elle fin, vers quelle obscurité de gratte-ciels, de ciels pollués, m’emmenez-vous, maudits soyez-vous, prenez ce cœur que je vous tends, piétinez le, je n’en ai plus rien à faire, c’est un organe maudit, je vous le dit, un poids inutile, je le déleste de ma poitrine, je vous le donne, mangez sa chair, vous qui êtes si affamés, vos dents grincent de cette faim qui vous tord les boyaux, masses de chair sinistres, employés à la solde de Satan, ministres du mal insidieux qui plane comme les vautours autour de tout ce qui palpite encore, prenez-le, je n’en veux plus, et donnez-moi d’être insouciant comme vous, donnez-moi de goûter votre froideur mécanique, que je sois comme vous, vous habitants des Grandes Villes Sublimes Îlots des Prodiges de Dieu, macabres pourrissoirs, «dévide machinalement les fumées» mais
«Plutôt la vie que ces prismes sans épaisseur même Si les couleurs sont plus pures
Plutôt que cette heure toujours couverte que ces terribles voitures de flammes froides
Que ces pierres blettes
Plutôt ce cœur à cran d'arrêt
Que cette mare aux murmures
Et que cette étoffe blanche qui chante à la fois dans l'air et dans la terre
Que cette bénédiction nuptiale qui joint mon front à celui de la vanité totale
Plutôt la vie
Plutôt la vie avec ses draps conjuratoires
Ses cicatrices d'évasions
Plutôt la vie plutôt cette rosace sur ma tombe
La vie de la présence rien que de la présence
Où une voix dit Es-tu là où une autre répond Es-tu là
Je n'y suis guère hélas
Et pourtant quand nous ferions le jeu de ce que nous faisons mourir
Plutôt la vie
Plutôt la vie plutôt la vie Enfance vénérable
Le ruban qui part d'un fakir
Ressemble à la glissière du monde
Le soleil a beau n'être qu'une épave
Pour peu que le corps de la femme lui ressemble
Tu songes en contemplant la trajectoire tout du long
Ou seulement en fermant les yeux sur l'orage adorable qui a nom ta main
Plutôt la vie
Plutôt la vie avec ses salons d'attente
Lorsqu'on sait qu'on ne sera jamais introduit
Plutôt la vie que ces établissements thermaux
Où le service est fait par des colliers
Plutôt la vie défavorable et longue
Quand les livres se refermeraient ici sur des rayons moins doux
Et quand là-bas il ferait mieux que meilleur il ferait libre oui
Plutôt la vie
Plutôt la vie comme fond de dédain
A cette tête suffisamment belle
Comme l'antidote de cette perfection quelle appelle et qu'elle craint
La vie le fard de Dieu
La vie comme un passeport vierge
Une petite ville comme Pont-à-Mousson
Et comme tout s'est déjà dit
Plutôt la vie» (A. Breton)

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .