agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 3859 .



Peut-on préserver la diversité linguistique et culturelle?
essai [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Clara-Emilia ]

2009-03-28  |     | 





Les rapprochements entre langues et entre cultures se font le plus souvent par le biais de la langue et de la culture anglo-américaine. La question pour moi est de savoir si, dans ces conditions, on peut préserver un optimum de diversité et si, dans le cas de la langue française en particulier, qui sert elle aussi de relais linguistique et culturel, le péril de l’anglicisme est réel.

Afin d’avoir une réponse à cette question, j’ai conçu un corpus formé des chroniques d’Yvan Amar¹, journaliste à Frace Culture, croniques qui, chaque semaine ou presque, depuis 1998, éclairent un mot ou une expression de l'actualité. Mon objectif : identifier et décrire les anglicismes et les américanismes afin d’en déterminer le poids dans l’évolution du français
On peut se demander, certes, en quoi un tel corpus est représentatif ? Trois raisons pourraient être invoqués: 1. Il réunit des chroniques qui couvrent une période repésentative, une décennie environ. 2. Les chroniques portent sur des mots et expressions appartenant à un langage représentatif, celui des médias, un langage qui se situe à mi-chemin entre la langue courante et les langues de spécialité et qui, comme dit Sophie Moirand, est devenu « un lieu de construction des mémoires collectives des sociétés actuelles». 3. Le critère qui a guidé le choix des mots, l’actualité des faits dont ces mots se font l’écho, est représentatif, et confère un caractère unitaire au corpus.


« Les mots de l’actualité»


Anglicismes/Américanismes

1. Artnapping; 2. Beach volley/beach soccer (plage); 3. Big brother; 4. Bling bling; 5. Blog; 6. Boycott; 7. Chalenger; 8. Crash ( crash et krach); 9. Kidnapping (enlèvement); 10. Exit; 11. Forcing; 12. Glamour; 13. Goal; 14. In et off; 15. King kong; 16. Leadership; 17. Lowcost; 18. Self service (libre service); 19. Lider (lider Maximo); 20. Made in; 21. Non stop; 22. Panel; 23. Peer to peer; 24. Recordman (record); 25. Scoop; 26. Shopping; 27. Show; 28. Spot; 29. Sprint final (dernière ligne droite);30. Stock options; 31. Stress; 32. Subprime; 33. Super Tuesday; 34. Trader; 35. Tuning.


Néologismes formels

1. Africanophonie; 2. Altermondialiste; 3. *Artnapping; 4. *Beach volley/beach soccer (plage); 5. *Big brother ; 6. Bio (biocarburant) ; 7. *Bison futé ; 8. *Blairisme ; 9. *Bling bling ; 10. *Blog/blogosphère ; 11. Bouclier fiscal ; 12. Bravitude ; 13. *Cabinet fantôme(fantôme) ; 14. Caillasser/ Caillassage ; 15. Capteur ; 16. *Clé(s) en main ; 17. Clic ; 18. *Coach ; 19. Commerce équitable (équitable) ; 20. *Contre sommet ; 21. *Crash /se cracher ; 22. Déchetterie (déchet) ; 23. Déclinologue ; 24. Dialogue social (dialogue ; 25. *Dollariser/Dollarisation (dollar) ; 26. Énarque (éna et énarque) ; 27. Ethnicisme ; 28. Etudiant ; 29. Exoplanète ; 30. Factrice (facteur) ; 31. *Flexisécurité ; 32. Fuiter (fuite) ; 33. Fondamentaux ; 34. *Forcing ; 35. *Gaza city ; 36. Géométrie variable (à) ; 37. *Glamour ; 38. *In et off ; 39. Instrumentaliser; 40. *Leadership;
41. *Scoop ; 42. *Self (service) ; 43. *Lowcost ; 44. *Obamania ; 45. Ouverture haussière/Ouverture baissière (hausse) ; 46. Paris Plage (plage) ; 47. *Peer to peer; 48. Provoc; 49. Realpolitik; 50. *Relax (relaxe); 51. Sécure (sécuritaire) ; 52. *Subprime ; 53. *Super Tuesday ; 54. *Stock options ; 55. Taïkonaute ; 56. Tecktonik ; 57. *Téléchargement ; 58. *Trader ; 59. Tsunami ; 60. *Tuning ; 61. Turbuler ; 62. Yaka; 63. Y a pas photo.

Néologismes sémantiques

1. Alternative (alternative à l’alternance) ; 2. *Atlantisme ; 3. Bio/ biologique (biocarburant) ; 4. Bouquet ; 5. Ça craint ; 6. Cercle vicieux ; 7. Chercheur ; 8. Compatible ; 9. Crédible ; 10. Débordement ; 11. Déploiment/ redéploiement ; 12. D’enfer (enfer) ; 13. *escalade ; 14. Etat de grâce (coup de grâce) ; 15. Ethnique ; 16. *Fierté (homosexuelle) ; 17. Information ; 18. *Informel ; 19. La réponse du berger à la bergère ; 20. Mec ; 21. *Mémorial ; 22. *Opportunité ; 23. Partenaire ; 24. Presse ; 25. *Propre ; 26. Régime; 27. Senior; 28. *Ticket; 29. *Total; 30. *Trop.


1. l’astérisque indique, selon le cas, l’ anglicisme , l’ américanisme, le mot formé sous l’influence de l’anglais ou de l’américain, le mot dont le sens a changé sous l’influence de l’anglais ou de l’américain.
2. entre parenthèses, on indique le nom de la chronique chaque fois qu’il ne conïncide pas avec le mot.


• sur 843 « des mots de l’actualité », 35 sont des anglicismes et des américanismes, ce qui représente 4,10 % du total.
• sur 63 des néologismes formels, 29 s’expliquent par l’influence de l’anglais ou de l’américain ou des réalités anglaises ou américaines, ce qui représente 4,60 % du total.
• sur 30 des néologismes sémantiques, 10 s’expliquent par l’influence de l’angalis ou de l’américain ou des réalités anglaises ou américaines, ce qui repésente 33,3 %, du total.

Si la néologie est le moteur de l’évolution d’une langue, on peut dire que l’anglais relayé par l’américain sert de carburant, et que la tendance à l’angliclisation est plutôt forte.
Par la suite, on tentera une description de ces néologismes afin de voir ce qui les motive.

Néologismes formels

Le renouvellement lexical est un processus continu de transfert, d'adaptation et d'innovation. Ce processus met en œuvre des procédés variés qu’on peut ramaner, d’après L. Guilbert (1975), à quatre grandes catégories : la néologie phonologique, la néologie syntagmatique, la néologie sémantique et la néologie d’emprunt. Il est vrai d’autre part que la création d'un mot peut relever de plusieurs procédés néologiques. Ainsi les néologismes d’emprunts « bling bling », « blog », « crash », « glamour », « peer to peer », mais aussi « beach volley », « beach soccer », « big brother », « relax » et « trader » relèvent de la néologie phonologique aussi. On peut même dire que leur emploi se justifie tout autant par des besoins expressifs que par des besoins de dénomination.
Quant aux néologismes d’emprunt « artnapping », « lowcost », « stock options », « leadership », ils engagent à la fois la néologie sémantique et la néologie phonologique.
Avec les néologismes d’emprunt « subprime », « super tuesday », les besoins de dénomination l’emportent sur les besoins expressifs, et la néologie sémantique sur les autres catégories de néologie. Et pourtant employer un mot étranger pour désigner une réalité étrangère, ça fait couleur locale. Et « il est bien vu de faire couleur locale en américain »².
« Obamania » et « dollarisation » représentent le genre de mots créés pour l’occasion et qui ne durent pas plus que l’état d’esprit qui les a engendrés. Ces deux mots en particulier relèvent de la néologie syntagmatique et phonologique.
Reste « in et off » à dominante syntagmatique et « bison futé », « clé(s) en main » et « cabinet fantôme » pour lesquels la néologie syntagmatique est mise à contribution tout autant que la néologie sémantique.

Néologismes sémantiques

Le sens général du mot « atlantisme » a changé un peu ces derniers temps. Et on peut expliquer cela par une réorganisation des traits de sens existants plutôt que par l’ajout de sens nouveaux. En cause : la logique des blocs qui, pour les nations d’Europe, commence à gagner sur la logique des nations.
La « fierté » au sens d’affirmation forte, à la limite un peu provocante, l’« opportunité » au sens d’occasion favorable, l’« escalade » au sens d’inquiétude devant une situation qui devient plus grave de jour en jour, le « mémorial » au sens de monument commémoratif, « propre » au sens de sans dopage, sans se salir les mains, tout cela vient d’Amérique par le moyen de l’américain. Le mot « informel » au sens de familier vient de l’anglais.
La néologie sémantique doublée d’une néologie syntagmatique du type « « Ah celui-là : il est trop.. », que cela corresponde à une admiration ou à une critique, ou du type « total respect ! », « totale confiance ! », pour exprimer une certaine exclamation, cela vient plutôt de l’anglais.

Si les besoins expressifs et de dénomination sont à l’origine des néologismes formels, pour les néologismes sémantiques, il faut s’en rapporter à la réalité phénoménale, et donc à la réalité pour le locuteur. Autrement dit, un événement n’est pas positif ou négatif en lui-même, il est positif ou négatif pour le locuteur. Qui plus est, l’existence même de cet événement ne se pose qu’en termes de relation. Qui sont les Yankees, par exemple ? Quel est le sens du mot Yankees ? Quand on est en Europe, nous dit Yvan Amar, le mot « Yankees » désigne clairement les Américains, ceux qui habitent les États-Unis d’Amérique. Et le mot accentue l’américanité de ces Américains, leurs spécificités, leurs particularités. Il met souvent l’accent sur le cliché, sur la représentation stéréotypée, l’image toute faite. Mais quand on est en Amérique, ajoute le journaliste, là aussi, et dans la langue anglaise, on peut parler de « Yankee ». Et le sens est un peu différent. Il nous rappelle d’abord l’importance de la guerre de Sécession dans l’histoire américaine, et cette différence, encore sensible, entre le Nord et le Sud. Les Yankees, c’étaient les nordistes, surtout dans le langage des sudistes. Puis, le mot a désigné l’Américain pragmatique et entreprenant, opposé à l’aristocrate un peu indolent, qu’on imagine dans le sud du pays. A cela, j’ajouterais, qu’il y a des européens ou autres pour qui les Yankees n’existent même pas. Tout est question de relation. Et comme les relations, qui génèrent les besoins expressifs et de dénomination, s’établissent au niveau de la perception, c’est à ce niveau que le dialogue des cultures, et donc la sauvegarde de la diversité, prend tout son sens.



Références bibliographiques

Amar, Ivan, Les mots de l’actualité, http://www.rfi.fr/lffr/listes/001/liste_abcdaire_mots_de_l_actu_A.asp








.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .