agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 1712 .



Pourquoi modifier les stéréotypes? Et comment ? (IV)
essai [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Clara-Emilia ]

2011-04-30  |     | 



L’emprise des stéréotypes est difficile à contrecarrer individuellement. Une fois, parce que, à divers degrés, ils sont partagés par tous les membres d’un groupe. Une autre fois, parce qu’ils ont mis du temps à s’installer. Ainsi, un individu qui veut échapper au stéréotype attaché à son groupe devra fournir des preuves de non-conformité à ce stéréotype à la plupart des membres de l’autre groupe. En plus, il devra fournir ces preuves de façon récurrente. Autrement dit, il devra pouvoir contrôler simultanément la diffusion du stéréotype dans l’espace et sa formation dans le temps, ce qui est hautement improbable.
Par la suite, je ferai référence aux stéréotypes attachés aux tsiganes qui, constituant un peuple transnational, sont connus dans la plupart des pays d’Europe , et connus comme un tout négatif en général . « Ils sont considérés comme des voleurs, des gens sales, sans éducation, misérables… et, au bout du compte, dangereux pour la société. » (Diana Kirilova, Les stéréotypes à déconstruire, dans diversité 162 _ septembre 2 0 1 0)
Disons maintenant qu’un tsigane travaille comme instituteur et que, sur le lieu de travail, il fait preuve de professionnalisme et de noblesse de caractère. Pour ses élèves, il sera un bon instituteur, pour lequel ils auront de l’estime et de l’affection, pour ses collègues, il sera un bon instituteur et un bon camarade aussi. Si les stéréotypes attachés aux tsiganes n’ont aucune prégnance dans ce cas ou ont fini par ne pas en avoir c’est que ce tsigane a fourni des preuves de non-conformité aux stéréotypes à longueur de journée. Mais le capital-confiace qu’il a acquis auprès de ses élèves et de ses collègues, il l’a acquis en tant que tsigane. Et ce capital, s’il ne modifie pas les stéréotypes attachés à son groupe, il les rend moins réducteurs, ce qui représente une avancée.
Le problème est qu’un tsigane peut être un bon instituteur, mais s’il fait une erreur, il n’est pas un mauvais instituteur, il est tsigane. En d’autres termes, il n’a pas le droit à l’erreur. Il n’a pas le droit d’être comme les autres. Il est condamné à être un héros. Or le statut de héros peu d’individus peuvent l’endosser.
Et des héros qui traversent les siècles il en est comme des héros du quotidien; ils sont rares. En plus, ils n’ont pas brandi leur origine, ce qui fait que la communauté tsigane n’a pu les revendiquer, au cas où elle aurait tenu à le faire. Prenons, sur le plan mondial, Charles Chaplin, Yul Brynner, Django Reinhardt Elvis Presley, entre autres, connus en tant qu’artistes et inconnus ou méconnus en tant que tsiganes. Et sur le sol roumain, Sergiu Celibidache, Gheorghe Zamfir, Jean Constantin ou Stefan Bănică.
Pour cet état de choses, on serait tentés de rendre responsables les non tsiganes. Mais on aurait tort.
En partant de l’idée de Fritz. Heider, selon laquelle la perception des objets et la perception sociale obéit aux mêmes règles et aux mêmes structures d’organisation en mémoire, j’imagine la situation suivante. Un fermier a un verger de pommiers dont la production, dit-il, n’est pas bonne. Qu’est-ce qui lui fait dire cela ? Les quelques dizaines de pommes en bonne santé sur les quelques centaines de pommes abîmées, et donc le rapport entre les bonnes et les mauvaises pommes. Disons aussi que depuis de bonnes années, seule une année sur deux, la production revient à la normale. Cela lui fait dire que les pommiers de son verger ne sont plus bons. Et ce qui lui fait dire cela c’est le rapport entre les bonnes et les mauvaises années. Disons enfin, que lors d’une bonne année il voit une très belle pomme. Mais à la regarder de plus près, il découvre qu’elle a une carence, ce qui lui fait dire qu’elle est à l’image de son verger, qui est sans aucun doute compromis. Il décide donc d’arracher les pommiers de son verger pour en replanter d’autres plus jeunes ou d’une autre variété.
Qu’est-ce qui permet à ce fermier de porter un jugement négatif sur son verger à partir d’une seule pomme, qui en plus n’est pas vraiment mauvaise et fait partie d’une récolte plutôt bonne. Le fait qu’il s’agit d’une récolte plutôt bonne sur deux qui sont mauvaises, et cela depuis de bonnes années, et le fait que la pomme, qui n’est pas vraiment mauvaise n’est pas bonne non plus, et lui remet en mémoire les pommes abîmées dont le nombre l’emporte sur les pommes en bonne santé.
Mais qu’est-ce qui permet au fermier de porter un jugement négatif sur la très belle pomme, qui en plus n’est pas vraiment mauvaise ? Le fait qu’elle offre la même alternance néfaste que son verger.
Il y a ainsi les expériences négatives dont le nombre est largement supérieur aux expériences positives et il y a la façon dont ces expériences se sont succédé. La première production bonne après deux productions mauvaises, le fermier ne l’a pas vécue comme bonne mais comme très bonne, l’attribut « très bonne » n’étant pas propre à la production de pommes, mais au rapport que le fermier a établi entre cette production et les deux précédentes. La production mauvaise qui succède à la production bonne est particulièrement mauvaise pour le fermier qui avait espéré que la situation s’était redressée. La production mauvaise qui succède à l’autre, mauvaise aussi, il l’a perçue comme désastreuse. Enfin, la deuxième production bonne après les deux autres mauvaises, il l’a vécue comme moins bonne qu’elle ne l’était, sa joie étant entachée par la suite d’événements précédents. Et si l’incident avec la très belle pomme, mineur en apparence, a fini par décider du sort du verger de pommiers, c’est qu’à petite échelle, il résumait l’alternance néfaste de son verger.
Reprenons une dernière fois la suite d’événements à partir de « la première production bonne ».
1. La première production bonne, le fermier l’a perçu en rapport avec la deuxième qui était mauvaise. Suite à ce rapport, la première production a modifié la deuxième, qui a modifié simultanément la première. Le résultat : la deuxième production était moins mauvaise, la première était très bonne, et le verger n’était pas compromis.
2. La production mauvaise qui a suivi, le fermier l’a perçue en rapport avec la production très bonne. Suite à ce rapport, la production très bonne a été beaucoup moins bonne et la production mauvaise, particulièrement mauvaise, et le verger pouvait être compromis.
3. Suite au rapport entre la production particulièrement mauvaise et la production suivante, qui était mauvaise aussi, les deux productions devenaient désastreuses, et le verger était compromis.
4. Suite au rapport entre la deuxième production bonne et la production précédente, qui était désastreuse, la deuxième production était moins bonne, la précédente, moins désastreuse, et le sort du verger était incertain.
5. Enfin, le rapport entre la très belle pomme qui n’était pas vraiment saine et la production qui n’était pas vraiment bonne a donné un verger qui était certainement compromis et une pomme qui était à l’image du verger.
On constate ainsi que la deuxième production bonne n’a pu avoir raison du fantôme des mauvaises années. Et ce fantôme a ratrappé la très belle pomme qui n’était pas vraiment saine. Et cette pomme a fini par décider du sort du verger.
Il en est de même pour le tsigane qui a de bons côtés . À la moindre erreur, il est ratrappé par la mauvaise réputation rattachée à sa communauté. Qui plus est, son erreur renforce cette réputation.
Il n’est pas facile pour un tsigane de lutter avec une réputation bâtie pendant de longues années par le plus grand nombre de tsiganes. Mais il n’est pas facile pour un non tsigane non plus de faire taire cette réputation dans ses relations avec un tsigane .
Dans le texte suivant, je me propose de montrer pourquoi les actions isolées ne peuvent à elles seules déconstruire les stéreotypes négatifs attachés à certains groupes humains. À cet effet, je tiens à démontrer le rôle joué par le nombre des expériences et l’ordre de leur succession dans la construction et, par là même, dans la déconstruction des stéréotypes.


.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .