agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2346 .



„Berger de rochers”: de la conception à l’infini.
essai [ ]
Nicole Pottier

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Djamal ]

2010-05-15  |     | 



Djamal Mahmoud féconde les mots comme il féconde la femme. Ravi par l’amour, ébloui par la naissance - ce processus grâce auquel il réalise pleinement sa mission d’Homme - le poète accomplit sa mission de créateur, accédant ainsi au rôle de démiurge. Et c’est à la femme qui accouche, qui donne vie, qui met au monde, la Femme – épouse et mère - initiatrice de la vie qu’il rend hommage.
„je suis entrée en travail maintenant
je serre les dents et je me tais
(Frénésie)
„mais ton cœur est la cloche
qui bat éternellement m’annonçant
chaque résurrection”… (Lala)
Sa mère est le personnage central de nombreux poèmes, entrant en symbiose avec la nature, une nature fertile et authentique, qui est souvent source de nostagie, tel un paradis perdu.
„et lorsque je commence à m’assoupir
il tire l’ombre de maman bien cachée dans ses racines
il me la tend et appelle tous les oiseaux
pour qu’ils chantent jusqu’à ce que je m’endorme dans ses bras…” (L’ombre)
Plus que le résultat d’un désir, l’enlacement des corps n’étant pas absent de ces poèmes, la naissance conduit à cet accouchement de soi-même, qui se transforme peu à peu en une initiation, ponctuée par la mort à chaque étape de cette croissance nécessaire au processus de vie.
„dans mon arche gémit une femme en travail
ce n’est pas son premier accouchement et ce ne sera pas son dernier
(...)
je suis impatient
j’ai hâte qu’elle accouche de moi-même” (L’épitaphe)
„Elle
gémit
gémit en moi tout en me faisant naître” (La naissance)
Ces étapes de la vie sont autant de rites d’initiation visant à devenir Homme au plein sens du terme, à réaliser l’oeuvre de Dieu et par là-même à se rapprocher de l’infini. La mort n’est pas exclue, mais incluse dans le processus vital, tout comme l’ombre n’est pas en opposition mais en complémentarité de la lumière, mettant en relief le paysage et procurant par là-même plus de hauteur et de profondeur aux textes poétiques.
„ton corps ondule en moi
délicat et innocent
il danse la valse de ma mort
et de la résurrection des eaux mortes” (Tête)
Le poète se promène dans un paysage séculaire chargé d’histoire, décryptant les formes et les contours de sa géographie particulière.
„tenant en main le barrage érodé
par les rats et par les gens
nous nous heurtons à l’eau restante” (Mareb)
(Evocation de la digue de Marib au Yémen, symbole de l’Arabie heureuse, ancienne capitale du royaume de Saba).
„dans mes bras
se lève un chevalier arabe
il te récite la peau écrite
en lettres d’or sur le mur de la Mecque” (Duel)
Il s’agit là d’un espace ouvert, où la terre attend l’eau, cet élément vital qui la féconde, cette eau de la crue qui la nourrit. L’eau, élément essentiel de la vie, symbole de fécondation, tout comme à la naissance la femme perd les eaux.
„elle me regarde voilée
on ne voit que ses yeux
comme ceux d’un faucon enchaîné
d’eux s’échappe le désert
en quête de la pluie” (Pont)
Tout au long de ce parcours, entre silence (du désert) et attente (de l’eau), le poète fait un retour aux origines, se dénudant complètement, cherchant l’enfant intérieur, éternel visionnaire de la pureté originelle où le corps n’est que le réceptacle, périssable, de l’âme éternelle:
„entre mon âme et l’air
il y a un corps
et une camisole de force” (La toile humide)
Le poète se transforme ainsi en un „berger de rochers”.
„comme la majorité des prophètes
je m’imagine en rêve
chaque nuit
avec des troupeaux de rochers derrière moi
broutant des vagues” (berger de rochers)
Pourtant l’espace infini est offert à chacun de nous, qui naît dans la liberté de s’écouler sans opposer aucun barrage au cours naturel du fleuve et sans craindre l’ennui et la vanité du monde.
Pour traduire cet infini, cette liberté intérieure, le poète a recours à la poésie, tout comme le grand poète roumain Nichita Stanescu, qui était en quête du mot créateur de mondes, le mot „lumière”: „Fiat lux !”
„Dieu me manque
je veux le voir juste maintenant
cueillir la lumière de tes battements
d’ailes…” (Timbre)

Pour Djamal Mahmoud, la poésie est cet art qui repose en lui, attendant d’être fécondé, et c’est lors de cette mise au monde révélant l’écriture, que le poème l’accouche en tant que poète. A la gestation de l’un, se superpose la révélation de l’autre. Le cercle est parfaitement clos. L’Homme se réalise alors au plein sens du terme, il réalise l’oeuvre de Dieu en se rapprochant de cet infini. Telle est la mission du poète: dépasser ses ombres particulières, accomplir la mission humaine et au moyen de la poésie, langage universel, atteindre Dieu.
„séparé de mon ombre
je quitte les rochers blottis
je sors des murs abrupts” (Le premier cercle)

Nicole Pottier

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .