agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 1794 .



14 ème Festival de Biarritz
article [ Régional ]
26 septembre - 02 octobre 2005

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [NMP ]

2005-09-26  |     | 



Dossier de Presse :

Le Festival de Biarritz donne rendez-vous comme chaque année aux cultures d’Amérique latine et principalement au cinéma. Il démarrera le 26 septembre par une cérémonie d’ouverture animée par Laure Adler qui sera suivie de la projection du premier film en compétition : «O veneno da madrugada» de Ruy Guerra, en sa présence. La cérémonie de clôture aura lieu le 1er octobre et sera suivie de la projection de «Voces inocentes» en présence de son réalisateur, Luis Mandoki.

Entre ces deux soirées prestigieuses : 10 films en compétition long métrage, 14 documentaires, une cinquantaine de courts métrages dont 12 en compétition, une dizaine de films en panorama long métrage, des hommages, des rencontres littéraires, des rencontres universitaires, des rencontres professionnelles de cinéma, des expositions et un village festif et musical, lieu de rencontres, d’échanges entre le public, les professionnels et les artistes.

La 14ème édition va connaître une ambiance renouvelée avec la présence de nombreux jeunes talents, participant notamment aux soirées courts métrages ou aux rencontres professionnelles et un mercredi consacré au jeune public.

Les soirées du Village sont également prometteuses avec, chaque soir, deux groupes live suivi des plus grands Dj’s latinos.

MARC BONDUEL, Délégué général.


Sélection officielle :

O Veneno da madrugada
de Ruy Guerra
, Brésil - 2005

Basé sur le roman de Gabriel García Márquez La Mala Hora, le film raconte une histoire d’amour et de haine où passé et futur se confondent. Elle se déroule dans une petite ville isolée et balayée par des pluies torrentielles, les habitants vivent non seulement dans la misère, mais aussi sous une répression politique sans merci. Une guerre pour le pouvoir fait rage entre la famille qui contrôle l’économie de la région et le commissaire envoyé par le gouvernement central. Au milieu de ce chaos, passions, trahisons et vengeances affleurent sans que la population sache où s’arrête la vérité et où commence le mensonge.

Ce n’est pas la seule adaptation de Garcia Marquez que l’on doit à Ruy Guerra ; Erendina en compétition à Cannes en 1983, A Fabula da bela palomera en 1987; et la série télévisée en 6 chapitres pour l’Espagne en 91-92 : Me alquilo para soñar.

Il est né en 1931 au Mozambique, a étudié à Paris à I’IDHEC. Ses films dépeignent l’oppression et l’exploitation socio-économique avec une esthétique innovante. Il a filmé dans plusieurs pays, mais il est surtout associé au cinéma brésilien, comme l’un des pionniers du Cinéma Novo, né dans les années 60 notamment avec son premier long métrage Os Cafajestes (1963). Il participe également activement à la fondation du Cinéma mozambiquais pour lequel il tourne plusieurs documentaires entre 1978 et 1984.
Ruy Guerra est aussi un auteur de théâtre, un parolier, et est actuellement le directeur de l’École de Cinéma de l’Université Gama Filho, à Rio de Janeiro.


Noticias Lejanas
de Ricardo Benet
, Mexique - 2005

Un jeune de 17 ans qui a grandi dans un village au milieu d’une plaine salpêtreuse, entreprend un voyage initiatique à la ville pour essayer de rompre le cercle de marginalisation de sa famille. Avec l’idée qu’« on ne peut pas changer le futur mais le passé oui », il revient dans son village natal où les circonstances vont le conduire à détruire son père omniprésent, et à en finir avec son passé.

Noticias Lejanas est le premier long métrage de Ricaro Benet. Né à Cardel, Veracruz en 1961, il étudie l’architecture à l’UNAM, fait un troisième cycle d’histoire de l’art à Florence, de photographie au Centre Pompidou à Paris et de cinéma au Centro de Capacitaciòn Cinematografica (CCC).
Actuellement, il travaille comme réalisateur et directeur de la photographie et enseigne l’histoire de l’art, l’esthétique et le cinéma dans diverses institutions. Parmi ses réalisations, les courts métrages Antes Meridiano (2000), Fin de Etapa ( 2002) et En Cualquier Lugar (2005).


Gaijin 2 - ama-me como sou
de Tizuka Yamasaki
, Brésil - 2005

Quatre générations de femmes vivent entre le Japon et le Brésil. La pionnière Titoe s’habitue à la vie dure des immigrants de Parana, mais sa fille Shinobu renie la culture brésilienne et essaye d’empêcher un gaijin (un étranger) de se marier avec sa fille Maria. Pourtant, des évènements inattendus (la seconde guerre mondiale, le plan de confiscation des terres de Fernando Collor de Mello - président brésilien - en 1990, le tremblement de terre de Kobe en 1995) vont mettre en concurrence leur amour pour leurs familles et pour leurs pays.

Gaijin 2 est un film sur la saga des descendants d’immigrés japonais qui essayent de trouver leur identité.

Tizuka Yamasaki représente exactement l’esprit du Gambarê dont elle parle dans Gaijin 2 - Ama me como sou.
Née à Porto Alegre, elle a passé son enfance et sa jeunesse à Sao Paulo. Elle a découvert le cinéma à l’Université de Brasilia. Elle a débuté la réalisation en 1980 avec Gaijin-Caminhos da liberdade qui a été primé de nombreuses fois.
Dans les années 90, ses films pour enfants ont obtenu un succès public record au Brésil, spécialement Lua de cristal.


Alma Mater
de Alvaro Buela
, Uruguay - 2004

Pamela, 34 ans, est une femme solitaire et timide, un personnage anonyme à la vie peu brillante. Soudain, des messages divins commencent à lui parvenir par des voies insolites : un client mystérieux, un travesti aimable et charismatique, des rêves, des codes barres, des signaux réels et imaginaires. Le Sauveur du prochain millénaire est en route et elle paraît être l’Elue pour l’annoncer au monde. Sur le chemin, à mesure que Pamela devient plus mystique, elle devient aussi plus humaine.

Alvaro Buela (Durazno, Uruguay, 1961) est professeur, journaliste et cinéaste. Diplômé de psychologie à l’université de la République, il devient journaliste et écrit pour El País Cultural, les revues M Cine et Film. En 1994, il publie le roman Alka-Seltzer. Il est docteur et professeur d’Audiovisuel à l’Ecole de Communication de l’Université ORT Uruguay. Il a écrit le scénario et réalisé Una Forma de Bailar, prix FONA 1996. En 2000, il a gagné de nouveau le prix FONA du scénario avec Alma Mater, film présenté dans la section En Construction du festival de San Sebastian, où il a aussi gagné le prix Casa de America pour la post production.


Iluminados por el fuego
de Tristan Bauer
, Argentine - 2004/2005

Ce film raconte les souvenirs d’Esteban Leguizamòn, recruté en 1982, quand il avait seulement 18 ans, pour combattre aux Iles Malouines. Après la tentative de suicide d’un de ses ex-compagnons, Esteban se replonge dans les souvenirs de cette guerre qu’il a partagée avec deux autres jeunes recrues : Vargas, le suicidaire, et Juan, mort au combat. Apparaissent alors non seulement les horreurs propres à la guerre et les souffrances dûes au froid et à la faim, mais aussi des histoires d’amitié et de camaraderie. À partir du regard d’Esteban, le film met en évidence la lente et graduelle immersion de ces vies fragiles au cour de la mort. Pour le 20e anniversaire de cette guerre, Esteban décide de retourner aux Malouines afin de refermer ses vieilles blessures.

Tristan Bauer est diplomé du Centro Experimental del Instituto Nacional de Cinematografía. Il réalise des longs métrages , des documentaires et courts métrages et des programmes de télévision, souvent primés. Parmi eux : Después de la tormenta (1991) prix de la meilleure première oeuvre au festival de San Sebastián. Ses documentaires les plus révélateurs sont : Cortázar (1994), Evita, la tumba sin paz (1997), Los libros y la noche.
Sa deuxième oeuvre de fiction Iluminados por el fuego a obtenu le Prix Coral du meilleur scénario original au festival du nouveau cinéma de La Havane, et les prix SIGNIS et cinéma en construction à la 52e édition du festival de San Sebastian.


Maroa
de Solveig Hoogesteijn
, Venezuela - 2005

Le pain quotidien de Maroa, ce sont les télénovelas niaises, les rapts du quartier, et pendant la nuit le sifflement des balles et les coups de feu - 130 morts sont dénombrés, chaque week end, dans les faubourgs de Caracas -. Brigida, sa grand-mère, voyante, tricheuse et vendeuse de loterie, la maltraite, mais elle constitue son unique famille. Impétueuse et décidée, Maroa n’a pas d’avenir jusqu’au moment où elle découvre la clarinette. La connexion est immédiatement magique et profonde. Dès lors, sa vie est régie par les leçons de musique de Joaquìn, musicien timide et inconditionnel, qui s’intéresse immédiatement à cette petite fille talentueuse, mais manquant de la plus élémentaire discipline. Seul porteur d’espérance dans cet abandon, il découvre qu’à travers Maroa, son monde change pour toujours.

Solveig Hoogesteijn est née en 1946, de mère allemande et de père hollandais, elle vit au Vénézuela depuis l’âge de 1 an. Elle fait ses études à l’Université puis à l’Ecole d’Arts Plastiques de Caracas, diplôme de l’Ecole Supérieure de Cinéma et de Télévision de Munich. Elle travaille à partir de 1976 dans la production, réalise plusieurs documentaires et courts métrages avant son premier film colombien Puerto Colombo.


El trato
de Francisco Norden
, Colombie - 2005

Ce film est inspiré d’une histoire vraie. Rosalba, une jeune colombienne installée à Londres, est embauchée par une équipe de la télévision Anglaise qui veut tourner en Colombie un reportage à sensation sur la drogue. Rosalba fabrique de toutes pièces ce reportage, aidée par son ancien petit ami John Maria et son ami Reinaldo. Ce dernier simule devant la caméra qu'il avale 800 grammes d'héroïne, puis qu'il la transporte dans son estomac jusqu'à Londres.
Mais Rosalba va révéler la tricherie à la rédaction d'un grand journal londonien. Deux journalistes se rendent en Colombie pour enquêter, et leur reportage, qui fait beaucoup de bruit, porte un rude coup à la crédibilité de la télévision anglaise.
Simultanément, aux Etats-Unis, Marcos, l'associé de Pablo Velasco, est arrêté avec une cargaison de drogue. Pour obtenir sa libération, ses avocats acceptent un plea bargain avec la justice américaine, un deal dans lequel John Maria jouera un rôle de première importance.

Francisco Norden, d'origine colombienne, est critique de théâtre et de cinéma dans plusieurs journaux et revues colombiennes. Il a fait ses études d'architecture à l'Université Nationale de Colombie, à l'Ecole des Beaux Arts, à Paris, et au Polytechnic School of Architecture, à Londres. Il est diplômé de Réalisation à l'Institut des Hautes Etudes Cinématographiques (IDHEC), à Paris.


Cachimba
de Silvio Caiozzi
, Chili - 2004

Sur le ton de la comédie ironique et délirante, le film raconte comment Marcos découvre à l’intérieur d’une vielle bâtisse une collection de tableaux d’une valeur artistique douteuse. Le « Musée » et les «Oeuvres d’art » sont sous la surveillance d’un vieux bourru et alcoolique.
Notre héros sent qu’avec sa fiancée il doit assumer la mission de faire connaître ce « trésor artistique ». Et tel un Don Quichotte, il va affronter aventures et mésaventures en tentant de préserver sa découverte de l’intérêt soudain d’obscurs personnages… Finalement Marcos et Hilda recevront un cadeau inespéré du vieux gardien, et un secret qui changera leur vie pour toujours.

Né à Santiago du Chili en 1944, Silvio Caiozzi est l’un des réalisateurs hispanophones les plus primés avec ses films Julio comienza en julio , La luna en el espejo, Coronación et le documentaire Fernando ha vuelto. Il a collaboré avec l’écrivain chilien Jose Donoso pour trois de ses films dont Cachimba. Il est président de l’Audiovisual Platform Federation of Chile et, a été fait membre de l’Académie des Beaux Arts du Chili en 2004.


Dì buen dia a papà
de Fernando Vargas Villazòn
, Bolivie - 2004

A Valle Grande, en Bolivie, est enterré Ernesto Che Guevara. C’est l’histoire de trois générations d’habitants dont les vies s’entremêlent pour retracer l’histoire de ce petit village qui durant 30 ans, dissimula les restes du révolutionnaire. Le film raconte les amours, les conflits et les réconciliations de deux familles de Valle Grande pendant 30 années comprises entre la guérilla du Che Guevara en 1967 et l’exhumation de ses restes en 1997. La vie de tous les personnages a été marquée par le passage du Che dans le village.
Le film est divisé en quatre épisodes : Les Os 1997, Les Promesses 1987, Les Cartes 1977, Les mains 1967.

Di Buen dia a Papa est le premier long métrage de Fernando Vargas Villazòn, né en 1957 à la Paz en Bolivie. Il fait ses études à la faculté de cinéma de Los Angeles City College en Californie et enseigne à l’Université de Bergen en Suède et à L’EICTV de Cuba.
Il réalise le court métrage Sonia Lima te quiero en Bolivie en 1989. À partir des années 90, il participe à plusieurs projets cinématographiques comme directeur de photographie notamment pour Martin de las Crujias, Tierra Adentro ou Posesiòn, Fire beetle, Ajayu,Trono.


Tatuado
de Eduardo Raspo
, Argentine - 2005

Paco a un tatouage étrange sur l’avant bras, et il sait que c’est le dernier message que sa mère lui a laissé avant de s’en aller. Dans un petit village de la pampa, il trouve l’illusion de la vérité qu’il désirait tellement découvrir.
Jusque là il fait sa route avec Alvaro, son père. Alvaro sait qu’il a été heureux, et sait qu’il préfère reconstruire sa vie sous l’identité d’un homme veuf plutôt que d’un homme abandonné. La quête de Paco l’amène à la confrontation avec la certitude de l’adultère et de la présence de cet autre homme qu’Irène a choisi pour faire le voyage définitif.
Une troisième personne prend part au voyage : Tero, la petite amie de Paco, qui est porteuse de secrets et de mensonges.
Le futur se rapproche avec son poids d’oubli, de rancoeur, de douleur et de furie.

Eduardo Raspo est né à Cordoba en 1962. Il a fait ses études au Centro experimental de Realización Cinematográfica entre 1984 et 1988. Il partcipe à de nombreux projets de long métrage, Asesinato en el Senado de la Nación, 1984, de Juan J. Jusid ; Sentimientos, 1985, de Jorge Coscia/Guillermo Saura ; El dueño del sol, 1985, de Rodolfo Mortola; Tango bayle nuestro, 1986, de Jorge Zanada; Sofía, 1987, de Alejandro Doria; El escudo del cóndor, 1987, de Luis Palomares; Lo que vendrá, 1988, de Gustavo Mosquera; Cien veces no debo, 1989, de Alejandro Doria; Animalada,2000, de Sergio Bizzio)
Réalisateur de vidéo et producteur de télévision, il a dirigé deux courts métrages avant son premier long métrage comme réalisateur, Geisha, en 1996.

***

Source Internet :
Festival de Biarritz

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .