agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 647 .



New idols, new icons (part.1)
article [ Société ]
Au sujet des nouveaux tabernacles et reliquaires

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Reumond ]

2015-12-01  |     | 






Les nouveaux retables jetables jonchent le sol. De nouveaux tabernacles high-tech s'exposent et se vendent sur le Net. Les nouveaux reliquaires « châssent » les anciens ; entre les ostensoirs Wi-Fi et nos amis virtuels, nous vivons le jeu et nous jouons la vie.

Ainsi, moi-même, depuis hier, je me connecte à même mes ports de peau fébriles à la grande Matrice du Network et entre nous, dans la béatitude la plus grande, avec nos Play stations, « nous prions » en ligne, nous parlons, nous mangeons, nous aimons en ligne, et la vie nous sourit sur ses multiples écrans plats !

Essayez un peu d’endiguer ce flot de croyances diverses qui se déverse dans nos têtes vagabondes, et voyez en vous comme tout autour de nous comment il est difficile de lutter contre cette tendance naturelle à “croire” !
À titre d’exemple, et pour jouer entre nous, prenons le risque d’abroger quelque croyance et illico presto, une autre surgit du néant !

Invalidez vous-mêmes vos pensées erronées et vos croyances obsolètes, et tout de suite, de nouvelles convictions prennent place, car la nature homo sapienne a horreur du vide, de l’insécurité et de l’inconfort !

Un clou chasse l’autre dit-on, on s’adapte assez vite à de nouvelles convictions, rien ne résiste vraiment aux nouvelles pensées comme aux nouvelles habitudes !

Voyez, prenez du recul, quittez vos repères, et aussitôt, des certitudes plus actuelles ou plus modernes viendront immédiatement prendre leur place ; c’est ainsi, parce que le besoin de croire dur comme fer chez l’homo sapiens est une réalité aussi vitale que celle de se reproduire ou de se nourrir.

L’homo sapiens est donc un animal croyant, quasi religieux, je dirais même magiquement religieux, même s’il s’en cache bien ! Il est un homo religiosus de la pire famille des primates.

C’est comme ça chez nous, « chez ces gens-là monsieur » comme disait Brel ; c’est ainsi depuis que le soi-disant Sapiens se prend pour un dieu, ou pire, pour ce qu’il n’est pas encore : Un Homme véridique.

C’est ainsi que le charme des mots, la magie des pensées et des opinions, le poids des rumeurs, du qu’en dira-t-on laveur de conscience, notre profond besoin de certitudes... Tout cela conjugué à la puissance de nos crédos et autres livres de lois et constitutions, fait poids !

Nos incantations politiques ou syndicales, nos divinations climatiques, nos statistiques et prévisions de prophètes modernes, nos militances de nouveaux disciples et nos pratiques du dialogue en bons apôtres… tout “ça” donne forme à nos croyances et font de nous des croyants des plus sincères, des fidèles ou des révoltés du monde, des pratiquants convaincus d’avance, presque des mystiques !

Au nom de tous les martyrs de la liberté ou de la propriété privée, aux victimes du libéralisme et du capitalisme, aux rescapés de l’anarchisme et du socialisme… Nous célébrons jour et nuit en pieux adeptes de la libre pensée, de la laïcité ou de quelque religion qui soient; honorant ainsi au pied de la flamme de la croyance inconnu, nos pensées « correctes », nos dieux d’état, ceux de la très Sainte Liberté, de la bienheureuse Famille, de l’ordre et de la Normalité… parfois même en véritables despotes.

C’est ainsi que nous “communions” corps et âme à la bienheureuse Démocratie et à la très Sainte humanité… En quelque sorte, nous sommes tous, sans exception, et moi le premier des larrons, comme les enfants de chœur d’une Grand ’Messe économique retransmise en Eurovision, ou relayée de rumeur en rumeur lors de majestueuse célébration mondialisée.

Car l’homo sapiens a grand besoin de businessman comme de Superman, de super héros sportifs, artistiques... De prix Nobel et de prix littéraires, se courbant ainsi devant la fine fleur de l’homo sapiennité. Il a toujours eu besoin d’élites pensantes et agissantes pour lui ; de sénateurs et de grands prêtres patentés célébrant du haut de leur chaire gouvernante ; de managers sexués, de femelles et de mâles dominants comme dans quelque tribu primitive.
Dans ce monde qui est devenu une sorte de grande église universelle, au cœur d’un seul et unique village, et sous prétexte que les homo sapiens d'affaires savent y faire, notre existence se résout le plus souvent en passe-temps ritualisés et en une véritable litanie de doléances, de saintes plaintes, de solennelles revendications, de saintes attentes et de complaintes électoralistes… C’est alors que j’allume un cierge devant mon impuissance.

Pensez à nous … lors des prochaines élections !

Nos grands principes et nos valeurs incontestables, nos devoirs excellents ou plus ou moins corrects … tout concoure et tout sert à ce besoin profond de croire en quelqu’un ou en quelque chose ; tout contribue à faire de nous des croyants de la pire espèce, des pratiquants du jugement de masse et des praticiens de l’opinion publique.

C’est clair comme l’eau d’un bénitier ! L’ensorcellement des discours militants et des propagandes idéologiques remplacent les prédications d’hier ; l’envoûtement des images et des maléfices publicitaires se font l’appeau et l’apologie des jours.

Mais, délivrez-nous du mal et donnez-nous notre leurre quotidien et nous serons les plus heureux des homo sapiens chantent les idoles sur leur podium !

De l’artifice des écrans plats aux bouquets colorés des platitudes du monde… tout est fait pour que de nouveaux mythes s’installent, que de nouveaux simulacres s’établissent comme de « Nouvelles réalités ».

Car sachez-le, le Ciel est à faire sur Terre où l’Enfer lui-même y côtoie le Paradis. De nouveaux mythes y remplacent les anciens que les conservateurs répugnent à lâcher, c’est ainsi que de nouveaux totems et de nouveaux tabous deviennent les idoles et les interdits de nos clans protecteurs.

Nouvelles Madones, nouvelles Icônes et Nouvelles Idoles… De nouvelles formes de traditionalismes voient le jour, d’autres fondamentalismes aussi mortifères que les anciens s’enracinent dans le terreau ancien ; les anciens dieux se meurent, mais Phénix inépuisables d’autres se relèvent… Mais qu’importe, nos idoles et nos divinités au jour d’aujourd’hui préparent sous d’autres cieux celles de demain.

Les traditions changent, les us et coutumes évoluent, nos journaux télévisés deviennent pareils à une forme de liturgie quotidienne ; nos commentaires sur les réseaux sociaux, nos péroraisons à heures fixes ; nos ressentiments préférés, nos émissions et films cultes, etc. Tout cela remplace avec facétie nos anciennes dévotions ou celles de nos parents et grands-parents. Incontestablement, vous avez beau lutter contre le nouveau obscurentisme et de nouvelles formes de fondamentalisme, rien ne se perd, et rien ne se crée vraiment, mais tout se transforme, comme dans un éternel printemps, tout se renouvelle !

Parce que nous avons besoin d’éternelles croyances, d’éternels placebos comme de reconnaissance éternelle ; et parce que nous en avons besoin, nous désirons ces Placebos Éternels, d’Absolus Placébos qui peuvent donner sens à ce que nous vivons.

Nous avons donc grand besoin de croire en demain pour dépasser le jour d’aujourd’hui et surtout la nuit; parce que nous avons besoin de faire de la réalité à coups d’imaginaire et de croire et d’espérer ainsi en l’avenir.
« Nova Idola »

Telle est ma devise, même si dans la galerie d’exposition les LED remplacent les lumignons et les cierges à l’odeur de cire d’abeille ; même si la chapelle ardente se nomme aujourd’hui « maison de quartier » ou « centre culturel » ; même si les valeurs qui nous tiennent debout se confondent avec quelque veau d’or ; ce qui a nos yeux vaut de l’or, j’en fais justement le sujet de mon œuvre plastique.

Les nouvelles idolâtries et leurs nouvelles Icônes peuvent être aussi nombreuses que les étoiles du ciel ; des hautes technologies à la physique quantique, de la biotechnologie au transhumanisme… Cela changera-t-il l’homo sapiens en Homme, je ne sais ? Car il existe en nous une telle convoitise que j’en doute fort !

Mais le doute n’est-il pas le premier pas qui va du Sapiens à l’Homme comme celui de Neil Armstrong sur la Lune ? Et la réponse se trouve peut-être là, dans ce vide et dans l’empreinte poussiéreuse des résidus lunaires, là où aucune croyance ne vient encore vraiment freiner le pas de l’Homme qui vient trop lentement à nous, et celui d’une « Humanité » qui est toujours en marche.


.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .