agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2170 .



Tel-Aviv en poèmes
communautés [ ]
Continuum No. 6

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [marlena ]

2010-08-16  |     | 



Nathan Alterman (Varsovie 1910 - Tel-Aviv 1970)

Demain surprises


Tel-Aviv penche, sur le point de sombrer
Soir millionnaire, son or éparpillé.
Une ville entière qui flambe et crie et bouge
Pour découvrir soudain que tout était vain.

La nuit, vieil ouvrier,
Avec son balai de couchant rouge
Ramasse les miettes du jour.

Haute en vicissitudes une bâtisse respire le silence et le vent.
« Plus de va-et-vient de voisins jusqu’à demain »…
Des terrains vagues se disent : « Reposons maintenant,
Même les souteneurs dorment quand la nuit vient ! »

Du ballot du firmament chenu
Roule un reste d’opulence,
Une lune d’un sou.

Nous dormirons enfin, nous aussi, sans savoir,
Pourquoi nous avons fait tout le jour tant de bruit
Pourquoi la ville se languit chaque nuit
De fermer les yeux du matin.

Au bord de la rue, orphelin,
Un réverbère déchiffre sur l’affiche :
« Tirage des prix : demain ;
Et lots-surprises ».

Traduction : Francine Kaufmann
(Première version parue dans Ariel n° 77-78, Jérusalem, 1989, 154)



David Avidan

Les rues décollent un peu

La rue belle belle s'arrêtera en fin de route
le calme dur se cassera comme une croûte
et le matin humide sera carbonisé dans sa foudre.

Les gens halèteront comme après une course de fond
la ceinture de la ville serrée serrée à fond
les murs comprennent quelque chose et tombent.

Sur la ville agonisante descend un soleil de feu
par un temps pareil il n'y a pas de père heureux
ni d'homme mort et les rues décollent un peu.

Les rues décollent vers la lumière comme un tapis magique
les murs tombés sont bientôt redressés (l'esprit civique)
et la ville n'a ni commencement ni fin. Ses entrées sont
uniqes.

Et tes mains chantent du mur comme un murmure de mousse verte
verte
et tes yeux fleurissent comme des perles dans le cou de l'éclat
mais ta tête fatiguée est étroite et ta bouche prend l'air.

Traduction: Michel Eckhart-Elial



Meir Wieseltier


J'ai de la sympathie*

J'ai de la sympathie
pour l'art
conceptuel
à Tel-Aviv

une ville sans conception
le plâtre qui tombe le volet qui gémit
l'autobus qui est mort

j'ai de la sympathie
pour les gens
qui s'obstinent à Tel-Aviv

une ville sans passion
blanchie de plâtre désespéré
balancée de bruit de tôle

j'ai de la sympathie pour les gens
qui désespèrent à Tel-Aviv.

*ce poème a été mis en musique et depuis, il est devenu une sorte d'hymne de Tel-Aviv.

Traduction: Michel Ekhart-Elial




Raquel Chalfi

Plage à Tel-Aviv en l'hiver 1974*

Un nuage-crocodile avale un nuage-nuage.
Tout est épais
où la guerre s'en est-elle allée?
Le quai est peint en jaune et rouge
On y voit le nom de Tel-Aviv.
Les tambours des abîmes sont indifférents.
Dans le ciel des formes sombres
s'agitent lentement. Scène d'un combat infini
au rythme d'une caméra au ralenti.
La grue surgit au-dessus de l'hôtel Super-
Hilton. Mais où s'en est allée la guerre,
un nuage-crocodile avale un nuage-nuage, où
la guerre s'en est-elle allée. Là-haut dans le ciel profond
des nues douces font l'amour avec des avions.
L'air remplit les poumons
de sel piquant et de rire.
Le soleil est une photo délavée
les oiseaux gris de la plage picorent dans le sable.
La mer – ses muscles gémissent.
Une femme solitaire, un foulard de nylon
sur la tête qu'est-ce qu'elle est face à
une tempête de foudres.
Le tremplin aussi est peint en orange.

Une vieille femme, ses lèvres tâchent:
Il était un ange
Il était un ange

Traduction: Marlena Braester

*Poème écrit après la Guerre de Yom Kippour (octobre 1973)




Ronny Someck

Tel-Aviv la nuit

Baisse un peu la tête et montre-nous ta nuque,
allume le chauffage, faisons venir l'hiver!
Sur les draps d'asphalte repasse les plis des voyages,
Tu as déjà peuplé les routes de clameur.

Arrache le bouton de la chemise des images,
Souviens-toi que la métaphore
Est aussi un carton d'œufs

Regarde le jaune doré
comme le soleil au-dessus de Guivon,
et son pair le blanc faisant pâlir la lune
au-dessus d'Ayalon!

Viens donc, glisse avec moi
Dans la même friteuse
Et dans les gouttes d'huile faisons cuire encore une phrase!
Traduction: Marlena Braester







King George. La nuit. Poème d'amour

Celui qui a fourré une fois la main dans la cage de la lionne connaît ce frisson
Si on cherche le rugissement il faut être à l'écoute d'une autre ville
Ici l'âme c'est des zoos.
Comment peut-on décrire les bras qui forgent des grilles
si l'acier est une image qui brûle
et si le clandestinité du corps t'échappe entre les doigts
devant un horizon qui s'étire comme un cou
et un lion de pierre gisant comme un souvenir dans une ruelle
portant le nom du roi George.
Traduction: Marlena Braester



Haïm Gouri (Tel-Aviv 1923 - )

Le réverbère

Seul au bout du quartier, l’était un réverbère.
Notre petite enfance passa à sa lumière,
Nos parties de cache-cache toujours s’y déroulaient
Et c’était à son pied que le loup y était.
Et lorsque les gendarmes tenaient – presque – le voleur,
La voix de maman criait que c’était l’heure :
« Viens vite à la maison, le dîner est servi,
Il est déjà très tard, tu devrais être au lit. »

« Juste une minute maman, juste un petit instant,
Tu gâches toujours les choses au tout dernier moment.
On commençait à s’amuser à peine. »
Mais nos supplications restaient vaines.

Seul au bout du quartier, l’était un réverbère.
A côté du jardin, non loin de la barrière.
C’est là que je lui dis ce que tous les garçons
Disent à toutes les filles au seuil de leur maison,
Brûlant de caresser ses cheveux au passage.
« Pardonnez-moi, dit-elle, je me lève tôt demain,
Il est déjà bien tard, et j’ai un examen. »

« Juste une minute Rina, juste un petit instant,
Tu gâches toujours les choses au tout dernier moment.
On commençait à bavarder à peine. »
Mais mes supplications restaient vaines.

L’était un réverbère, les années ont passé.
Une lumière différente éclaire tout le quartier.
Les HLM, les rues, s’abritent dans les refrains,
Mais toujours les mêmes voix résonnent dans les jardins.
Et quand un môme s’appuie dehors sur son vélo
Et de sifflets stridents remplit tous les échos,
Je sors sur mon balcon, j’interpelle l’enfant :
« Rentre chez toi, p’tit gars, ou sinon je descends. »

« Juste une minute p’tit gars, juste un petit moment,
Ce n’est pas grave, joue donc, crie, mais modérément. »
Je voulais simplement effrayer le garçon.
Jamais je ne serais descendu pour de bon.


Traduction : Francine Kaufmann
(Publiée d’abord dans Le Chant ininterrompu – 170 poèmes choisis, traduits et présentés par Francine Kaufmann, éditions de l’O.S.M., Jérusalem, 1984, pp. 84-85).

























.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .